Cyril Lacheze

Biographie

Cyril Lacheze est doctorant au sein de l’Equipe d’Histoire des Techniques de l’Université Paris 1. Il travaille particulièrement sur les différentes modalités d’expression de la technique, notamment entre le savoir-faire et la technique écrite. Il explore cette thématique sur les briqueteries dans le cadre de son doctorant, après l’avoir fait dans deux Master 2 en Histoire des techniques et en Archéologie sur le violon baroque et la tannerie. Il est parallèlement violoniste classique mais également spécialisé en musique ancienne, éditeur associé au Centre de musique baroque de Versailles et s’attachant à mettre en œuvre les techniques de jeu historiques dans sa pratique.

Résumé de la proposition

Etudier le geste en musique ancienne européenne: le cas du violon baroque

Cette communication se penche sur l’étude de gestes ayant la particularité de ne plus être pratiqués et d’avoir été oubliés depuis plus de deux siècles, ce qui la place d’emblée à la limite entre les champs disciplinaires de l’histoire des techniques et de l’ethnographie. Ce cas particulier permet d’appréhender de manière plus générale les situations dans lesquelles l’observation du sujet d’étude ne peut pas être menée directement, mais s’effectue via diverses sources de première voire seconde main. Le contexte européen permet par contre à ce sujet de bénéficier d’un large panel de sources : traités et autres textes, une iconographie nombreuse, la notation du résultat obtenu sous forme de partitions, ou encore quelques indices archéologiques via les instruments. Depuis une quarantaine d’années, la renaissance de la musique dite « historiquement informée » pousse même à retrouver concrètement ces geste à partir desdites sources, offrant ainsi à la fois une occasion de tester les hypothèses précédemment émises, et d’observer les gestes reproduits pour en tirer de nouvelles hypothèses.

Que ce soit pour le travail de l’observateur scientifique, ou simplement du musicien qui reconstitue ces gestes plus artistiquement, la problématique se résume assez vite à un jeu d’identification des modalités d’informations sur la technique ancienne, et de la pertinence et la portée des informations elles-mêmes. Ceci est valable aussi bien pour les sources anciennes, pour l’observation du musicien actuel qui reconstitue, et même pour le chercheur qui effectue une observation sur lui-même dans un but d’expérimentation.

Malgré la multiplicité des données, de grandes logiques méthodologiques peuvent être définies. L’observation directe n’est possible que dans le cadre d’une reconstitution actuelle, expérimentale ou non. Il serait ici virtuellement possible d’enregistrer l’ensemble des paramètres du jeu, mais il convient en réalité de définir précisément ceux à observer car porteurs de signification. correspondent à une mise par écrit du savoir-faire gestuel, mais de manière partielle et partiale nécessitant une critique poussée.

L’étude du geste en musique ancienne se trouve ainsi à la frontière de nombreuses disciplines, et implique le recours à des sources variées en corpus « ouvert », pour palier à l’absence d’observation directe. Seule la maîtrise de ces sources, une approche clairement pluridisciplinaire, ainsi que d’une pratique personnelle de l’objet étudié, permettent alors de constituer un tableau pertinent de l’ethnographie historique de ce geste technique.

Mots-clés : geste, technique, savoir-faire, musicien, violon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search