Delphine Burguet

Biographie

Docteure en anthropologie sociale et ethnologie de l’Institut des mondes africains de l’EHESS (Paris), ma recherche se situe à Madagascar, « La grande île », de l’Océan indien Occidental, et plus précisément en Imerina, la région nord des Hautes Terres centrales du pays. A la croisée du religieux, du politique, de la santé et du médical, la recherche s’intéresse aux systèmes dans leurs rapports et leurs confrontations. Il s’agit des systèmes institutionnalisés (biomédecine et santé publique ; Eglises traditionnelles chrétiennes) et ceux historiquement reconnus mais devenus tacites (culte aux esprits ; culte de possession ; pratiques de guérison populaires). Ma recherche s’intéresse également aux stratégies individuelles et collectives engagées par les devins-guérisseurs (ombiasympimasympanandrompanazary, mpisikidy, etc.) qui possèdent des savoirs et des savoir-faire (divination ; astrologie ; thérapeutique ; possession ; rites collectifs) adaptés à la contemporanéité de la société. Ce travail comprend l’étude des rituels pratiqués dans un contexte de transe de possession et des modalités de la performance qui valorise le pouvoir et la figure d’autorité du maître religieux qui se met en scène.

Résumé de la proposition

Deux mondes en miroir : capitale et campagne. Une ethnographie multi-située pour une méthode comparative et une construction théorique (Tananarive/campagne de l’Imerina, Hautes Terres centrales, Madagascar)

Il s’agit de présenter une ethnographie multi-située ou multi-locale pour l’étude du culte aux esprits ancestraux et de la nature dans la région de l’Imerina, située sur les Hautes Terres centrales de Madagascar et qui abrite la capitale du pays, Tananarive (Antananarivo).

L’ethnographie et sa méthode comparative sont adaptées à l’étude des actions rituelles et sociales dans le domaine religieux, en contexte rural et en contexte urbain. Ce choix d’enquêtes multi-situées offre des caractéristiques propres à chaque territoire et il s’agit là d’une forme d’ethnographie à caractère multi-site classique qui permet l’étude des variantes d’unités culturelles en des lieux précis.

La comparaison permet de répondre à une série de questions qui a trait aux circulations des savoirs entre les deux mondes, aux types de clivage qui leur sont associés mais également aux réseaux mêlés qui montrent leur interdépendance. Elle montre aussi que les spécificités locales, l’environnement direct et les réalités socio-géographiques influencent les pratiques religieuses et les stratégies sociales. En fonction du monde habité, on constate que le champ du magico-religieux évolue différemment, oscillant entre la recherche d’authenticité, rattachée au rural, et celle de légitimité et d’innovation, liée à l’urbain.

La comparaison amène aussi une méthodologie particulière dans la réalisation des terrains car les modalités d’enquête se révèlent fort différentes en fonction d’un site rural ou d’un autre urbain. On retient l’idée que la matérialisation ethnographique est différente entre ces deux mondes. Malgré l’effort de récolter des données méthodologiquement similaires, la réalisation de l’ethnographie se concrétise selon des spécificités.

Au niveau temporel, il s’agit, par exemple, de la mise en réseaux des informateurs privilégiés (ou enquêtés) et de leur quotidienneté, des modalités du recueil des données en fonction des moyens technologiques (moyens de circulation et de communication), et/ou de la fréquence et de la durée des descentes sur le terrain.

Il en est de même du rapport à l’espace appréhendé selon des échelles variables pendant l’enquête entre l’urbain et le rural, deux mondes qui, à Madagascar, s’opposent fortement. L’ethnographe est amené à appréhender ses terrains d’observation selon des temps fragmentés qui supposent une approche diachronique des choses.

Il en est de même des interactions et des situations ethnographiques : le citadin et le campagnard sont des personnages que le chercheur ne peut saisir de la même façon. Il faut ainsi penser que la comparaison multi-site révèle l’élasticité ethnographique tant dans sa dimension spatiale, temporelle qu’interactionnelle.

Mots-clésMadagascar; culte des esprits; devin-guérisseur; contexte urbain/rural; ethnographie multi-située.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search