Derrière les portes des centres d’hébergement pour demandeurs d’asile

Co-organisateurs.trices de l’atelier

Chayma Boda (EHESS-CECMC) – hel.boda@gmail.com

Zoé Barry (EHESS et Observatoire du Samusocial de Paris) – zoe.barry@ehess.fr

Julie Lavayssière (Paris 8, Observatoire du Samusocial de Paris) – julielavayssiere@hotmail.fr

 

Notre atelier porte sur l’hébergement d’assistance à destination des demandeurs d’asile. Il s’inscrit dans le fil d’enquêtes ethnographiques récentes menées par l’Observatoire du Samusocial sur l’hébergement d’urgence en hôtel de familles étrangères (Le Méner, 2013) et l’accueil des demandeurs d’asile depuis 2015 (Baciocchi et al., 2017). En décrivant ces lieux d’hébergement de l’intérieur, ces enquêtes examinent des formes d’habitat méconnues et documentent le rapprochement contemporain entre politiques sociales et gestions des migrations (Frigoli, 2004).

Dans le domaine des études sur les migrations, peu de travaux académiques rendent compte d’enquêtes ethnographiques de première main au sein de ces lieux d’assistance. Notre atelier vise à rassembler de tels travaux qui documentent leur genèse, leur fonctionnement et leurs effets sur les populations qui y sont prises en charge. Le croisement de tels travaux permettra de développer une réflexion sur les modalités du rapprochement entre gestion des exclus et des étrangers.

Dans un contexte dit de “crise migratoire” et de remise en cause de l’inconditionnalité de l’accueil, nombreuses sont les associations qui alertent sur les conditions de l’asile et jugent insuffisants les dispositifs d’hébergement des migrants. Par ailleurs, la compréhension de la société civile vis-à-vis de l’accueil des migrants semble s’arrêter aux portes des centres d’hébergement.

Si de nombreuses recherches en sciences sociales s’intéressent à la gestion, au contrôle et à l’enfermement des étrangers, il existe relativement peu d’enquêtes réalisées à l’intérieur même des centres d’hébergement pour migrants en France. À travers la notion de camp, certains travaux analysent la banalisation de ces espaces de mise à l’écart (Agier et Babels, 2017) et la continuité des formes d’enfermement contemporain, qu’il s’agisse des foyers de travailleurs migrants (Bernardot, 2008) ou du centre humanitaire de Sangatte (Courau, 2007). Mais ce sont avant tout les centres de rétention administrative (CRA) qui ont fait l’objet d’enquêtes par observation directe, s’attachant notamment à décrire les pratiques quotidiennes des professionnels dans ces centres (Tassin, 2016). Seulement quelques enquêtes donnent à voir le travail ou la vie menée à l’intérieur d’hébergements d’assistance pour demandeurs d’asile (e.g. Kobelinsky, 2010), et c’est dans cette démarche que notre atelier s’inscrit.

Face à la saturation du dispositif national d’accueil des demandeurs d’asile, différents types d’hébergement se multiplient et leurs spécificités se recoupent, brouillant un dispositif déjà peu lisible. Aux centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) et hébergements d’urgence pour demandeurs d’asile (HUDA) s’ajoutent dès 2016 les centres d’accueil et d’orientation (CAO), puis les centres d’hébergement d’urgence-migrants (CHU-migrants), les programmes d’accueil et d’hébergement des demandeurs d’asile (PRAHDA) et autres centres d’accueil et d’examen de situation (CAES).

Il s’agit alors de s’interroger sur les caractéristiques de chacune de ces structures d’hébergement et leur articulation, en se plongeant dans leur quotidien. Quelles logiques régissent la répartition et le transfert des migrants dans ces centres et hôtels ? À quel point la vie dans ces hébergements est-elle soumise aux aléas des politiques migratoires ? Quels sont les enjeux et les limites de l’accompagnement des migrants par les travailleurs sociaux ? Quels mouvements de solidarité, bénévoles et militants, se déploient à l’intérieur et autour de ces structures ? Comment les hébergés gèrent-t-ils l’attente en centre, et que se passe-t-il lorsque l’intégration n’est plus un objectif de la procédure administrative dans laquelle ils sont prise, notamment au sein des centres destinés au tri et à l’éloignement ? Enfin, parce que les personnes étrangères sont de plus en plus nombreuses parmi les sans-domicile (enquêtes nationales de l’INSEE en 2001 et 2012) et occupent de ce fait une part croissante des places dans les hôtels sociaux et centres d’hébergement (Dietrich-Ragon, 2017), on peut se demander s’il existe un accompagnement spécifique des migrants dans les lieux de l’accompagnement social en France ?

L’atelier proposé prendra la forme d’une table-ronde autour de laquelle nous réunirons des enquêtes ethnographiques éclairant les mondes de l’hébergement pour demandeurs d’asile et les connexions entre gestion des sans-domicile et des migrants. Nous tenons aussi à construire cet atelier comme un temps d’échange qui invite les participants à croiser leurs descriptions et leurs analyses de l’hébergement plus que n’y obligent les cloisonnements académiques qui tendent à séparer l’étude des migrations de celle de l’assistance.

Références

Agier M. & Babels. (2017), De Lesbos à Calais : comment l’Europe fabrique des camps, Neuvy-en- Champagne, Le Passager Clandestin.

Baciocchi S., Boda C., Boukir K., Eberhard M., Guénée L., Le Méner E., Réginal M. & Siffert I. (2017), « L’accueil des migrants : mise à l’abri ou mise à l’écart ? Une enquête collective en Ile-de-France (juin 2015-novembre 2016). », Intervention au séminaire «Pratiques d’enquête et sens de la réalité sociale », EHESS, Paris, 21 décembre 2017.

Bernardot M. (2008), « Camps d’étrangers, foyers de travailleurs, centres d’expulsion : les lieux communs de l’immigré décolonisé. », Cultures et Conflits, vol.69, pp.55-79.

Courau H. (2007), Ethnologie de la forme-camp de Sangatte. De l’exception à la régulation, Paris, Éditions des Archives contemporaines.

Dietrich-Ragon P. (2017), « Aux portes de la société française. Les personnes privées de logement issues de l’immigration. », Population, vol.72, n°1, pp.7-38.

Frigoli G. (2004), « Le demandeur d’asile: un “exclu” parmi d’autres ? La demande d’asile à l’épreuve des logiques de l’assistance. », Revue européenne des migrations internationales, vol.20, n°2, pp.153-167.

Kobelinsky C. (2010), L’accueil des demandeurs d’asile. Une ethnographie de l’attente, Paris, Éditions du Cygne.

Le Méner E. (2013), « L’hôtellerie sociale: un nouveau marché de la misère ? Le cas de l’Ile-de-France. », Politiques sociales et familiales, vol.114, n°1, pp.7-18.

Tassin L. (2016), « Les frontières de la rétention. Genre et ethnicité dans le contrôle des étrangers en instance d’expulsion. », Critique internationale, n°72, pp.35-52.