Edouard Gardella

Biographie

Edouard Gardella a récemment soutenu (décembre 2014) une thèse de sociologie sur la justice locale et les temporalités de l’aide d’urgence auprès des personnes en situation de sans-abrisme en France depuis les années 1980. Il poursuit au cours de cette année 2015-2016 ses investigations au croisement de la sociologie de l’assistance et de la sociologie du temps à partir de terrains où est engagée une relation d’aide et de soins, que ce soit dans le cadre d’une étude sur les personnes installées durablement « à la rue » pour le compte de l’ONPES et d’un postdoc au CriDis sur la relation de soins dans plusieurs établissements de Bruxelles.

Résumé de la proposition

Les cadrages temporels de l’expérience, appui pour une ethnographie des activités de temporalisation ?

L’urgence serait devenue un registre temporel d’action et d’expérience quotidiennement vécu comme à la fois stimulant et oppressant par nombre d’individus, et elle serait devenue un schème d’action publique centrale. Au cœur de l’urgence se situe un registre d’action proprement temporel, l’exigence de réactivité. La réactivité signifie le sentiment d’obligation de réagir rapidement à une menace estimée. Que signifie être réactif en pratique? Comment caractériser la réactivité à partir d’observations de type ethnographique? C’est donc à partir de pratiques où la réactivité est en jeu que je vais aborder la question de l’observation « du temps ».

Le cas de l’urgence sociale sera ici abordé. La politique sociale d’aide aux personnes en situation de sans-abrisme s’est développée sur le registre de l’urgence entre les années 1980 et aujourd’hui dans plusieurs pays occidentaux. La France est le pays dans lequel l’urgence s’est le plus fortement institutionnalisée. Observer les pratiques d’urgence conduit alors à mettre à l’épreuve de l’ethnographie le «rapport au temps». Autrement dit, cette démarche invite à soulever la question de savoir comment on peut observer « le temps ».

La communication porte sur un dispositif central dans l’urgence sociale parisienne et la réactivité institutionnalisée : les «maraudes» du Samusocial de Paris, équipes mobiles composées d’une infirmière, d’un travailleur social et d’un chauffeur qui se rendent auprès des personnes sans-abri. Les observations ont été réalisées à plusieurs reprises sur 10 ans : 11 entre octobre 2005 et février 2006, 2 en juillet 2009 et 2 en septembre 2015.

Ce dispositif a été justifié, dans l’histoire de cette politique sociale, au nom des dangers encourus par les personnes sans-abri, qu’il s’agisse du froid ou de leur dégradation psychique et corporelle, fonction de la durée passée «dans la rue». L’objectif de cette communication est de caractériser des pratiques concrètes de réactivité. Autrement dit, il s’agit de d’abord décrire et comprendre les formes temporelles que prennent les interactions entre maraudeurs et sans-abri. L’enjeu de la communication portant sur la façon d’observer «le temps», la démarche d’explication des variations dans les formes temporelles décrites ne sera pas ici abordée.

La description part de l’observation de la plus ou moins grande synchronisation existant entre les acteurs en coprésence. Une interaction d’assistance, dans le cadre légal d’une absence de contrainte physique, peut être vue, à l’instar de musiciens jouant ensemble, comme une action collective nécessitant une certaine coordination. Il est alors nécessaire de ne pas faire « du temps » une catégorie unifiée. L’observation du temps conduit à en faire une action, ou plutôt une série d’actions. L’observation « du temps » dans les interactions de secours d’urgence conduit ainsi à distinguer plusieurs actions de temporalisations.

Ainsi, j’ai pu observer comment maraudeurs et sans-abri se coordonnent pour faire durer l’interaction dans la rue de façon convergente ou non, comment ils s’engagent ou non sur le même tempo, comment ils s’accordent ou non sur un même rythme, comment ils se rejoignent ou non sur des projections dans certains horizons temporels. Les moments de désynchronisation explicites sont des révélateurs, notamment de l’importance des signes verbaux et non verbaux dans cette coordination. Comment un membre de l’équipe ou la personne sans-abri fait comprendre, de façon plus ou moins explicite, que l’interaction a suffisamment duré ; comment un participant de l’interaction pointe un défaut ou un excès de vitesse dans l’accomplissement de l’aide ; comment un participant souligne un problème de rythme ; comment un participant explicite la non pertinence d’une projection sur un horizon temporel.

Cette explicitation de diverses temporalisations conduit à construire une typologie des types de réactivité observables dans les pratiques des maraudeurs du Samusocial de Paris : l’urgence-frénésie et l’urgence-vigilance.

A partir de ces descriptions, on pourra ainsi aborder la question de l’agency dans la sociologie du temps, en particulier à partir du travail, encore peu connu en France, de Michael G. Flaherty et de son concept de « Time Work » (Textures of Time, 2011). Dans ce problème du rapport entre structure et agentivité dans les actions de temporalisations, il s’agira enfin de discuter des avantages théoriques que procure le concept de « cadrage temporel », inspiré du travail d’Erving Goffman.

Mots-clefs : activités de temporalisations ; cadrages temporels de l’expérience ; relation d’assistance ; rythme ; tempo ; projections ; durée

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search