Elodie Lemaire

Biographie

Docteure en sociologie, chercheuse postdoctorale à l’Institut des Sciences sociales du Politique de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan ( ISP/ENS Cachan)

Résumé de l’intervention

La communication propose un retour réflexif sur les modalités de sélection des données produites dans le cadre d’une recherche doctorale menée pendant deux ans dans un commissariat de sécurité publique (Lemaire, 2011). L’approche ethnographique de la police, qui se réalise concrètement dans l’observation des multiples services qui composent un commissariat, dans la participation au travail ordinaire (procéder aux photocopies lors de la mise en page des procédures, apposer les scellés, rédiger les PV, accompagner les prévenus dans les geôles, construire des cartographies de la délinquance, suivre les policiers dans leurs déplacements, perquisitions, arrestations, ou encore mener des interrogatoires etc.) mais aussi, dans le partage, jour et nuit, des espaces de sociabilité (le repas à la cantine ou à l’extérieur des murs du commissariats, les jeux de tarot le midi, l’apéro au bar du coin, les match de football etc.), nous a permis de collecter des données empiriques aussi variées que riches.

Cependant, à la lecture de la thèse, force est de constater une sous-restitution des données empiriques recueillies pendant les deux années d’enquête. Rendre raison du décalage entre les sources collectées et restituées est un moyen d’interroger les limites du racontable. Par qui ces limites sont-elles fixées ? Pourquoi choisit-on de ne pas « tout dire » de l’enquête dans la thèse ? Comment sélectionne-t-on les données ethnographiques que l’on publicise ?

Dans un premier temps, nous montrerons que les limites du racontable sont moins établies par les policiers que par le chercheur (Monjardet, 2005 ; Pruvost, 2007). Si la police est une institution qui implique des coûts d’entrée importants, le contrôle sur les productions académiques est en revanche plus faible qu’on ne pourrait le croire.

Dans un second temps, nous reviendrons sur les limites que nous avons posées au racontable. Nous présenterons les types de données qui n’ont pas été restituées dans la thèse, en prenant soin d’expliquer les logiques qui président à ce choix.

Dans un troisième temps, nous centrerons l’analyse sur un critère important de sélection des descriptions ethnographiques que l’on donne à voir dans un texte scientifique. Nous montrerons que c’est surtout le souci de la preuve – et de faire preuve – qui a déterminé les modalités de sélection (« ce qui est dit ») et d’exposition (« comment on le dit ») des données. D’une part, nous avons trié les données recueillies sur les modes de pensée et les pratiques des policiers en fonction d’une idée directrice, celle de la complexification de la division du travail dans l’institution policière. D’autre part, notre parcours dans l’institution et les relations entretenues avec les enquêtés n’ont pas été restitués sous un mode descriptif, mais analysés, pour mieux comprendre les caractéristiques du terrain d’enquête (Bazin, 2010).

Bibliographie :

Bazin (L.), « L’ethnologie, pratique et dispositif politique. Parcours d’enquête en Côte d’Ivoire, France, Ouzbékistan », in A. Guerreiro (dir.), Retour sur le terrain. Nouveaux regards, nouvelles pratiques, Paris, L’Harmattan, 2010, pp. 147-172.

Lemaire (E.), Division du travail dans l’institution policière. Ethnographie d’un commissariat de Sécurité Publique, Amiens, Université Picardie-Jules Verne, Thèse de sociologie, 2011, 366 p. + 34 d’annexes.

Monjardet (D.), « Gibier de recherche. La Police et le projet de connaître », Criminologie, vol. XXXVIII, n° 2, 2005, pp. 13 -33.

Pruvost (G.), « Enquêter sur les policiers : entre devoir de réserve, héroïsation et accès au monde privé », Terrain, n° 48, 2007, pp. 131-143.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search