Engagements, mises en débat, prises de position : enquêter aux côtés des acteurs. Le cas des innovations en agriculture

 

Co-organisateurs.trices de l’atelier

Mathieu Rajaoba (MINES ParisTech, Université PSL, CSI – Centre de sociologie de l’innovation, i3) – mathieu.rajaoba@mines-paristech.fr

Sophie Tabouret (INRA-UMR SADAPT – Equipe Proximités ; MINES ParisTech, Université PSL, CSI – Centre de sociologie de l’innovation, i3) – sophie.tabouret@mines-paristech.fr

  

La prolifération des innovations en agriculture, qu’elles soient numériques (Bronson, Knezevic, 2017), génétiques (Bonneuil et Thomas, 2009), organisationnelles (Le Velly et al., 2016) ou liées aux techniques culturales (Goulet, 2012), appelle à interroger les manières d’enquêter des sciences sociales. Témoins d’enjeux majeurs, ces objets d’étude sont autant de médiateurs privilégiés pour toucher du doigt notre rapport au vivant et nous confronter aux problèmes liés à la mutation climatique ou aux risques sanitaires et environnementaux. Cet atelier vise à discuter des exigences et des conséquences de l’enquête ethnographique à l’épreuve des innovations en agriculture.

Deux axes de réflexions seront privilégiés. Le premier prend acte du fait que l’agriculture représente un lieu idéal pour observer la production de connaissances multiples. La recherche agronomique est caractérisée par la diversité des disciplines mobilisées, de la botanique à l’économie en passant par la chimie (Aeschlimann, Feller, Robin 2007), tandis que la production agricole est le théâtre d’innombrables expérimentations à l’origine d’un vaste savoir empirique (Kloppenburg, 1991). De plus, on observe une multiplication des cas de remise en question des savoirs scientifiques par des groupes actifs, notamment autour de la production des semences, qui souhaitent devenir partenaires de recherche plutôt que simples bénéficiaires (Desclaux, Chiffoleau 2006). Dans l’exemple de la sélection participative de blés, ces deux chercheuses soulignent l’importance de la décentralisation des recherches. Chaque agriculteur partenaire expérimente chez lui et alimente le projet de recherche plus global. L’enquête doit elle-même multiplier les sites d’observation. Plus généralement, la multiplication des acteurs concernés pousse à un renouvellement de la démarche d’enquête. Alliant dans des configurations inédites des chercheurs, des techniciens, des acteurs de la filière et des agriculteurs, divers types d’expérimentations émergent et permettent de produire de nouvelles formes de connaissances. Savoirs scientifiques, juridiques et profanes se confondent, s’interrogent, s’affrontent parfois. L’ethnographe suit les problèmes posés dans différentes arènes, il sort du laboratoire tout en gardant un pied dedans.

Suivant un deuxième axe de problématisation, les communications pourront approfondir une réflexion sur les formats d’enquête dans leurs relations aux objets et aux acteurs. Les innovations dans l’agriculture constituent des sites privilégiés pour intégrer des questionnements sur les modalités de nos engagements sur le terrain. L’exemple du projet USAGES (sur l’innovation par les usages pour l’agroécologie et les dynamiques rurales ; Chance, Meyer, 2017) associant des sociologues et une coopérative d’auto-construction de matériel agricole appelle à être attentif aux conditions de la mobilisation de collectifs d’enquête originaux faisant travailler ensemble ethnographes et acteurs de terrain. Cette initiative doit plus largement amener à discuter des problèmes rencontrés par des recherches participatives ou des spécificités de certaines formes de contractualisation de la recherche. Les activités liées à l’agriculture sont en outre des territoires impliquant une multitude d’êtres, citons simplement les sols (Puig de la Bellacasa, 2015) ou les animaux (Porcher, 2011). La prise en compte de cette multitude nous invite et nous oblige à recomposer nos manières de nous adresser à nos dits objets de recherche, de la conduite de l’ethnographie à l’écriture et à la transmission des récits d’enquête.

Les participants à l’atelier auront à répondre au pari de faire tenir ensemble des gestes méthodologiques et des engagements et attentions renouvelés sur le terrain. Nous aurons alors montré tout l’intérêt d’une démarche d’ethnographie de l’innovation en agriculture ouverte à la pluralité des mondes possibles.

Références

Aeschlimann J-P, Feller C. & Robin P. (2013), Histoire et agronomie : Entre ruptures et durée, Marseille, IRD Éditions, Colloques et séminaires.

Bonneuil C. & Thomas F. (2009), Gènes, pouvoirs et profits. Recherche publique et régimes de production des savoirs, de Mendel aux OGM, Versailles/Lausanne, Quæ et Fondation pour le Progrès de l’Homme.

Bronson K. &Knezevic I. (2016), « Big Data in Food and Agriculture. », Big Data & Society, vol.3, 1. Chance Q. & Meyer M. (2017), « L’agriculture libre. Les outils agricoles à l’épreuve de l’open source. »

Techniques & Culture, n°67, pp.236-239.

Chiffoleau Y. &Desclaux D. (2006), « Participatory plant breeding: the best way to breed for sustainable agriculture? », International Journal of Agricultural Sustainability, n°4, 2, pp.11930.

Goulet F. & Vinck D. (2012), « L’innovation par retrait. Contribution à une sociologie du détachement. »,

Revue française de sociologie, n°53, 2, pp.195-224.

Kloppenburg J. (1991), « Social Theory and the De/Reconstruction of Agricultural Science: Local Knowledge for an Alternative Agriculture. », Rural Sociology, n°56, 4, pp.519–48.

Le Velly R., Dufeu I. & Le Grel L. (2016), « Les systèmes alimentaires alternatifs peuvent-ils se développer commercialement sans perdre leur âme ? Analyse de trois agencements marchands. », Économie rurale, n°356, (December), pp.31-45.

Porcher J. (2011), Vivre avec les animaux: une utopie pour le XXIe siècle. Paris, France, La Découverte- MAUSS.

Puig de la Bellacasa M. (2015), « Making Time for Soil:Technoscientific Futurity and the Pace of Care. »,

Social Studies of Science, n°45, 5, pp.691-716.