Ethnographes impliqués, ethnographies appliquées

Co-organisateurs.trices de l’atelier

Julie Oleksiak (EHESS-Centre Georg Simmel) – julie.oleksiak@gmail.com

Marie Ducellier (IMAF &EHESS-IRIS) – mary.ducellier@gmail.com    

Laura Parvu (IEP de Toulouse – LaSSP) – laurette_ro@yahoo.com

 

L’ethnographe en contrat CIFRE dans une institution, une association ou une entreprise, est un salarié-doctorant. Il n’est donc pas complètement un « collègue» pour les autres salariés, puisqu’il n’est pas tous les jours derrière son bureau comme les autres, qu’il passe de nombreuses journées à l’université ou dans son laboratoire de recherche. De l’autre côté, dans l’institution scientifique, il n’est plus seulement un « doctorant » qui étudie, puisqu’il n’a aucun cours à préparer, ne parle pas de « partir sur le terrain » étant donné qu’il y est déjà chaque semaine et pour 3 ans, et qu’il considère non pas la bibliothèque, mais son employeur comme seconde maison.

C’est à partir de ce constat que nous interrogerons ici la posture d’un doctorant-salarié sur son terrain d’enquête, son rôle d’ethnographe et les possibles applications de son ethnographie. Plus précisément, nous questionnerons la place et le positionnement du salarié-doctorant, alors à l’intersection du monde du travail et de la recherche, et plus généralement les multiples formes d’engagement de l’ethnographe. Dès lors que l’ethnographe travaille non plus seul mais avec  et pour de potentiels enquêtés, comment sa manière de penser, faire et écrire l’ethnographie est- elle bouleversée ? Et inversement, comment des institutions telles que des entreprises, collectivités territoriales, fondations et associations investissent la méthode ethnographique ?

Précisons le questionnement. Loin de l’observation participante prônée par Malinowski, l’ethnographe en CIFRE entre dans une institution et en devient partie prenante, plus participant qu’observateur. L’ethnographie est ici encouragée et même rémunérée, et l’implication quotidienne de l’ethnographe s’en trouve interrogée, comme l’est le positionnement de « l’anthropologue embarqué » dans l’armée américaine (Bonhomme, 2007). Quelle indépendance et distance peut-il alors produire ? Au fur et à mesure que le salarié-doctorant construit sa place tant de chercheur que de salarié, l’ethnographie ne se transforme-t-elle pas alors en partie en « auto-ethnographie » en permettant de mieux cerner cette implication et de l’assumer comme un élément de l’enquête ?

Dans un contexte où l’anthropologie des mondes contemporains (Augé, 1994) devient légitime, nous porterons attention aux stratégies et choix méthodologiques appliqués sur le terrain. En effet, la CIFRE constitue parfois l’unique possibilité d’accès à un terrain. Qu’est ce qui permet à l’ethnographe de différencier son engagement scientifique et son engagement ethnographique (Broqua, 2009) ? Nous interrogerons donc les différents outils qui permettent à l’ethnographe de décrire et d’appréhender son positionnement face au terrain : quel(s) « poste(s) d’observation » est permis par la CIFRE et de quelle(s) « posture(s) d’observateur » (Favret-Saada, 1977) peut-il s’emparer dans ce contexte ?

Sonder l’implication et l’application de l’ethnographie sous le dispositif CIFRE en sciences sociales revient ainsi à interroger ce que peut produire cette collaboration entre chercheurs et non- chercheurs. L’anthropologie semble toujours avoir été un outil pour agir sur le monde, et toute anthropologie peut être en quelque sorte « appliquée » (Bastide, 1971), tout comme les autres sciences sociales. Le cadre de la CIFRE garantit-il cet aller-retour entre la recherche et l’action ? Produit- elle des nouvelles formes de recherche-action? La CIFRE peut susciter à la fois des vocations et un engagement fort dans la société civile tout comme des interrogations quant à la distance critique du chercheur à son sujet voire même sa partialité. Quel regard et action sur le monde permet alors l’ethnographie depuis « l’intérieur » de la société civile?

Si l’indépendance qu’offre l’université est précieuse, son potentiel manque d’implication et de porosité avec l’extérieur est questionnable. Nous défendons donc qu’une ethnographie peut être une forme d’engagement et aimerions interroger avec vous cette phrase de Daniel Cefaï : « l’apolitisme n’est pas une garantie d’intelligence et d’impartialité, et inversement, un activiste peut être capable de faire la part des choses sans que rien ne le condamne au sectarisme » (Cefaï, 2010 : 18).

 

 

 

Références

Augé M. (1994), Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Flammarion. Bastide R. (1998), “Anthropologie appliquée”, Paris, Stock.

Bonhomme J. (2007), « Anthropologues embarqués » ; La vie des idées, http://laviedesidees.fr/ Anthropologues-embarques.html

Broqua CH. (2009), « L’ethnographie comme engagement : enquêter en terrain militant. », Genèses, vol.2, n° 75, pp.109-124.

Cefai D., Costey P., Gardella E., Gayet-Viaud C., Gonzalez P., Méner E-L.& Terzi C. (2010), L’engagement ethnographique, Paris, EHESS.

Favret-Saada J. (1977), Les Mots, la mort, les sorts. Paris, Gallimard.