Ethnographier les rapports sociaux de sexe, de race et de classe

Co-organisateurs.trices de l’atelier

Camille Foubert (EHESS-IRIS-TEPSIS) – camille.foubert@ehess.fr

Audrey Marcillat (EHESS-IRIS) – audrey.marcillat@ehess.fr

 

 

L’ethnographie représente une opportunité décisive de porter l’attention sur la race, la classe, le genre « en train de se faire » (West et Fenstermaker, 1995), et donc de mettre l’accent sur l’aspect processuel et dynamique des rapports sociaux ; elle est aussi un défi, car elle oblige à se questionner sur nos schèmes conceptuels. Nous souhaiterions engager une réflexion autour des questions suivantes: Peut-on rendre compte des rapports sociaux à travers une pratique rigoureuse de l’ethnographie ? Comment articuler l’étude empirique des relations sociales à l’analyse macrosociologique des rapports de domination et ainsi répondre à l’injonction paradoxale que semble poser la notion d’ethnographie des rapports sociaux ?

Renoncer à voir le genre, la race, la classe, revient à s’interdire de penser ces rapports sociaux. Mais les décrire c’est se heurter à des difficultés, notamment dans la prise de notes sur le journal de terrain. Les ethnographes sont alors pris⋅e⋅s entre l’illusoire « évidence » des catégorisations de sexe, la conviction erronée de l’impossibilité de saisir la classe à « l’œil nu » et les doutes et/ou résistances à géométrie variable à consigner les catégories de race.

Sur nos terrains nous avons constaté que les usages de catégories relevaient bien souvent du bricolage. Ainsi, à la manière des étudiantes de Jounin qui ethnographient le parc Monceau (Jounin, 2016), cela donne lieu à des tâtonnements, des indécisions, des doutes quant à la manière de décrire mais aussi de restituer les observations réalisées dans le cadre de nos ethnographies à l’hôpital et dans des lieux d’accueil et d’hébergement de personnes sans-abri.

Dès lors, comment catégorise-t-on les enqueté⋅e⋅s au cours d’une ethnographie ? Quels effets cela a-t-il dans l’analyse ? Comment ne pas uniquement plaquer une grille de lecture à ses observations ? Comment éviter d’essentialiser les catégories (Dunezat, 2015) sans renoncer à les objectiver ? Comment passer du travail, « essentiel mais essentialiste » (Dunezat et Picot, 2017), de comptage « à l’œil nu » à une théorisation anti-essentialiste des catégories ? Défendant une approche résolument inductive, nous souhaitons questionner dans cet atelier la manière dont elle s’articule aux prémisses théoriques proposées par la sociologie des rapports sociaux, selon laquelle les différences de sexe, de race ou de classe « ont été créées de toutes pièces, précisément pour constituer des groupes » et justifier des traitements inégaux (Delphy, 2001 : 9).

Dès lors, comment classer, catégoriser sur le terrain ?

Cette proposition d’atelier, issues de questions soulevées par nos terrains d’enquêtes respectifs, s’inscrit dans une démarche inductive tout en portant une attention particulière aux rapports sociaux et à la manière dont ils s’actualisent.

Notre attention se portera particulièrement sur les enquêtes ethnographiques articulant de manière contextuelle et situationnelle les descriptions ethnographiques à l’analyse des rapports sociaux et à leur co-construction. Nous invitons les personnes adoptant une perspective intersectionnelle à ne pas se restreindre à une approche théorique ou un choix a priori (Kergoat, 2010) mais à la déployer à partir de leur terrain de recherche (Mazouz, 2015) et de l’étude de pratiques sociales.

Références

Avanza M., Fillieule O. & Masclet C. (2015), « Ethnographie du genre. Petit détour par les cuisines et suggestions d’accompagnement. Introduction du dossier », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Ethnographie du genre, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 09 avril 2018. URL : http://journals. openedition.org/sociologies/5071

Delphy C. (2001), L’ennemi principal. Penser le genre,Tome 2, Paris, Syllepses.

Dunezat X. (2015), « L’observation ethnographique en sociologie des rapports sociaux : sexe, race, classe et biais essentialistes », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Ethnographie du genre, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 09 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/5075.

Dunezat X. & Picot P. (2017), « Quand la catégorisation masque l’inégalité. Journal des anthropologues », Association française des anthropologues, n°150151, pp.63-83.

Jounin N. (2016), Voyage de classes: des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers, Paris, la Découverte.

Kergoat D. (2010, « Une sociologie à la croisée de trois mouvements sociaux. », L’Homme et la société, n°176177, pp.27-42.

Mazouz S. (2015), « Faire des différences. Ce que l’ethnographie nous apprend sur l’articulation des modes pluriels d’assignation. », Raisons politiques, n°58, pp.75-89.

Revillard A. & Verdalle (de) L. (2006). « « Faire » le genre, la race et la classe. », Terrains & travaux, n°10, pp.91-102.

West C. & Fenstermaker S. (1995), « Doing Difference », Gender and Society, vol.9, no 1, pp.8-37.