Atelier 3 – Ethnographies sociales des questions environnementales

4 octobre de 9h30 à 12h30. Salle 8

Co-organisateurs.trices de l’atelier : Nolwenn Gauthier (EHESS-IRIS) – nolwen.gauthier@ehess.fr Hadrien Malier (EHESS-IRIS) – hadrien.malier@gmail.com

Discutant.e : Stéphane Tonnelat (LAVUE – CNRS)

Intervenant.e.s :

  • Marine Canavese (Labex IMU, Université Lyon 2) : « L’inconnu du grand public » : démarche ethnographique autour des sols pollués et potentiellement pollués.
  • Audrey Cherubin (CREDA, Paris 3 – CEMCA) : Ethnographie de la transition vers une mobilité durable à Mexico.
  • Léo Magnin (LISIS, UPEM – IHRIM, ENS Lyon) : Comment parler pour que les arbres soient épargnés ? Ethnographie d’une négociation socio-environnementale lors d’un « remembrement ».

Argumentaire :

La politisation des enjeux liés à l’intervention des humains sur leur environnement naturel et aux dégradations qui en découlent est l’un des traits marquants de l’histoire politique des quarante dernières années. Celle-ci génère des débats et des politiques publiques visant à réguler les conséquences des activités sociales sur le monde biophysique et les impacts des transformations environnementales sur la vie sociale (Lascoumes, 1994). La construction publique des questions environnementales a ainsi donné lieu à des pratiques et des politiques d’écologisation – qui désigne les changements induits dans les pratiques sociales par la prise en compte des problématiques environnementales et écologiques (Mormont, 2013) – qui participent à transformer le monde social.

Dans ce contexte, les sciences sociales, appelées à dépasser leur paradigme anthropocentré, ont tenté de renouveler leur compréhension du monde en intégrant de nouveaux objets. Les rapports de pouvoir et les conflits pour l’accès aux ressources ont été particulièrement bien analysés par les recherches qui s’inscrivent dans le courant de la politicalecology, (Gautier et Benjaminsen, 2012). Les dégradations environnementales et les formes d’écologisation mettent également en jeu des rapports de pouvoir et de domination, auxquels il nous paraît tout aussi important de prêter attention. Nous proposons donc dans cet atelier de réunir des contributions qui mobilisent l’ethnographie pour décrire et questionner la vie sociale des problématiques environnementales contemporaines, avec une sensibilité pour la façon dont elles se relient avec les problématiques de la domination et de la justice sociale.

Pour cela, nous proposons deux axes de réflexion :

Quels sont les apports spécifiques de la méthode ethnographique pour étudier les problématiques environnementales ?

Comme l’ont noté Chantal Aspe et Marie Jacqué (2012 : 28), « le mouvement environnemental appréhende l’homme d’abord comme être vivant, et non comme être social, comme espèce et non comme classe sociale » : il développe une perspective a-sociale qui tend à ignorer l’existence des inégalités sociales. Pour aborder ces nouveaux objets environnementaux sans pour autant abandonner en route une analyse fine des formes contemporaines de domination, l’ethnographie nous semble fournir des outils de premier choix. Que ce soit pour étudier les interactions institutionnelles, de genre ou encore leur intersection avec l’usage des catégories de race et de classe, les développements récents d’ethnographies de la domination ouvrent des voies pour l’étude de la vie sociale des questions environnementales. Mettant en tension l’enquête et la réflexivité, l’ethnographie permet de saisir les rapports de pouvoir dans leurs manifestations les plus quotidiennes, comme la manière dont la vie des individus est affectée par l’action des institutions et des dispositifs publics. Que ce soit à l’échelle des expériences individuelles ou des dispositifs publics, l’approche ethnographique permet de saisir les

manières de résister et d’agir mais aussi le consentement et l’adhésion. Par l’observation sur le temps long de manifestations ordinaires, à partir de vies singulières, l’ethnographie de la vie sociale des questions environnementales peut être une manière de saisir le rôle des subjectivités les moins visibles dans la construction au niveau local des rapports de pouvoir.

Le thème de l’inscription concrète des enjeux environnementaux dans la vie quotidienne des acteurs, à travers l’écologisation militante des modes de vie (cf. Dobré, 2003) ou les injonctions à le faire nous intéressent particulièrement. Comment appréhender les ruptures dans les modes de vie que font advenir dans le quotidien la prise en compte des problématiques environnementales ? Les propositions pourront questionner par exemple les pratiques, croyances, valeurs et affects des acteurs

  • dans leur singularité et leur diversité – qui interviennent dans les transformations des interactions au travail (Pruvost, 2013), les dispositifs de sensibilisation aux éco-gestes, les pratiques de consommation et d’alimentation (Ripoll, 2010).

En retour, l’analyse des questions environnementales soulève des questions intéressantes pour la pratique de l’ethnographie elle-même. Par exemple, en faisant le choix de mener une

« ethnographie en ‘amateur’ » des pratiques quotidiennes des acteurs vivant dans un parc naturel en Patagonie argentine, Igor Babou souligne la nécessité de se détacher des contraintes de temporalités et de commandes institutionnelles comme indissociable d’une réflexion sur l’éthique des conditions de production du savoir (Babou, 2009). Appréhender par la coprésence les interactions avec les acteurs tels que les non-humains ou les générations futures ne met-il pas en lumière les rapports de domination qui traversent les sciences sociales et influent sur la mobilisation de telle ou telle approche heuristique par les chercheur.e.s ? Par ailleurs, l’intrication d’une pluralité d’échelles, du local au global, construisant des proximités en réseau, interroge la manière d’étudier les lieux. A partir d’une ethnographie d’un quartier d’habitat informel de la banlieue de Buenos Aires marqué par une contamination environnementale omniprésente en même temps qu’invisibilisée, Auyero et Swistun (2008) ont donné un exemple de la façon dont les problématiques environnementales transforment la relation à l’espace et à sa matérialité. Qu’en est-il pour des problématiques plus diffuses, comme le réchauffement climatique ? Enfin, on peut se demander comment les problématiques environnementales amènent l’ethnographe à considérer la complexité et l’imbrication de diverses appartenances collectives. Qu’est-ce qui englobe ces collectifs et suivant quelles visions du monde sont-ils construits ?

Références

Aspe C. & Jacqué M. (2012), Environnement et société : Une analyse sociologique de la question environnementale, Paris, Maison des Sciences de l’Homme.

Auyero J. & Swistun D-A. (2008), Inflamable: EstudiodelSufrimientoAmbiental, Buenos Aires, Paidos Iberica. Babou I. (2009), Disposer de la nature : enjeux environnementaux en Patagonie argentine, Paris, L’Harmattan. Dobré M. (2003), L’écologie au quotidien. Éléments pour une théorie sociologique de la résistance ordinaire, Paris, L’Harmattan.

Gautier D. & Benjaminsen T-A. (dir.) (2012), Environnement, discours et pouvoir, Versailles, Quæ.

Mormont M. (2013), « Écologisation : entre sciences, conventions et pratiques», Natures Sciences Sociétés, vol.21, n°2, pp.159-160.

Lascoumes P. (1994), L’éco-pouvoir. Environnements et politiques, Paris, La Découverte.

Ripoll F. (2010), « L’économie « solidaire » et « relocalisée » comme construction d’un capital social de proximité. Le cas des Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) », Regards Sociologiques, n°40, pp.59-75.