Être affecté. observer et décrire des affects, méthodes et enjeux

Co-organisateurs.trices de l’atelier

Thomas Bonnet, (CERTOP – UMR5044) – tomhb@laposte.net

Amandine Rochedy, (CERTOP – UMR5044) amandinerochedy@gmail.com

 

 

 

Cet atelier propose d’aborder un thème non encore examiné dans le cadre des ateliers ethnographiques de l’EHESS et qui semble néanmoins préoccuper un nombre important de chercheurs : l’ethnographie des affects. Le terme d’affects est ici utilisé dans son acception la plus large renvoyant à un ensemble d’états affectifs, aux émotions et aux sentiments : peur, désarroi, angoisse, dégoût, révolte, compassion, amour, etc. La question affective, même qu’Andelle n’est pasa priori centrale dans une enquête ethnographique, se révèle in fine comme un élément auquel pratiquement tous les chercheurs sont confrontés. Un exemple frappant  est l’enseignement que Favret-Saada (2009) tire de son étude sur la sorcellerie dans le Bocage mayennais et comment la part du se « laisser affecter » s’est imposée à elle. Mais on pourrait multiplier les exemples et les terrains en montrant que l’ethnographie des abattoirs (Porcher, 2002), des hôpitaux (Mercadier, 2002), ou encore des pompes funèbres (Bernard, 2009) sont autant de terrains que l’on peut envisager comme des « terrains minés » (Albera, 2001). Non pas parce qu’ils représenteraient un danger pour l’intégrité physique du chercheur, mais surtout parce que la dimension affective du terrain s’y impose comme une épreuve. Précisément, il s’agit d’une double épreuve. D’une part, l’enquêteur risque d’être submergé parce qu’il ou elle ressent : le dégoût que suscitent les cadavres dans les pompes funèbres, la tristesse et l’angoisse face à des pathologies incurables, la révolte eu égard à la souffrance animale, la peur dans    des situations d’hostilité ou de violence sont autant de moments de mise l’épreuve. D’autre part, l’enquêteur doit composer avec  ses affectes en faire quelque chose,  dans des milieux    où ces derniers sont neutralisés ou normalisés : faut-il les exprimer, les taire, les explorer et  les exploiter ? Comment les transformer en thèmes ou en ressources d’enquête ? Comment éviter qu’une réaction déplacée conduise à l’exclusion du  terrain  ?  Ou  inversement,  faire que le partage ou la maîtrise de ses affects, conformément à des attentes normatives sur le terrain, permette d’accéder au terrain ? Ce constat sur l’importance que prennent les affects sur le terrain s’observe aussi à travers la « thématisation » récente par l’intermédiaire de la multiplication des ateliers, colloques, dossiers de revue, livres et manuels.

Cet atelier s’adresse donc aux chercheurs confrontés à des épreuves affectives sur le terrain et qui arrivent à en faire des analyseurs de la situation ou, à l’inverse, éprouvent le sentiment d’être démunis face à ces situations. Comment comprendre et rendre compte des situations d’affects qui modifient, bouleversent ou bousculent une enquête ? Comment « négocier » ces « charges émotionnelles » ? Comment apprendre à contrôler et à neutraliser ses affects, et ne pas laisser paraître ses sentiments ? Comment repérer, noter, donner sens, faire parler les affects dans son journal de terrain, mais aussi en rendre compte dans ses comptes rendus d’enquête ? Il s’agira de questionner ces épreuves affectives, ressenties parfois de manière inattendue, brutale, déroutante, etc., sur le terrain afin de les décrire, expliquer et analyser et de s’interroger sur le lien des affects de l’enquêteur à ceux de ses co-enquêteurs ou enquêtés (extases festives, enthousiasmes politiques, échauffements dans des controverses ou au contraire, compassion réglée et mesurée)…

Si cet atelier s’adresse aux chercheurs qui se sont confrontés à la question affective sur le terrain sans l’avoir pensée au préalable, il concerne aussi les chercheurs qui ont pensé cette question et sont allés sur le terrain « armés » d’une méthodologie particulière. La rencontre de ces deux types de populations permettrait une pluralité des échanges afin de comprendre plus finement le « comment faire » quand des situations affectives se déroulent sur nos terrains.

Références

Albera D. (2001), « Terrains minés », Ethnologie française, vol.31, n°1, pp.5-13. Bernard J. (2009), Croquemort. Une anthropologie des émotions. Paris, Métailié. Favret-Saada J. (1990), « Etre affecté », Gradhiva, n°8, pp.3-9.

Mercadier C. (2002), Le travail émotionnel des soignants à l’hôpital. Le corps au cœur de l’interaction soignant soigné, Paris, SeliArslan.

Porcher J. (2002), « « Tu fais trop de sentiment », « Bien-être animal », Répression de l’affectivité, souffrance des éleveurs », Travailler, vol. 2, n°8, pp.111-134.