Giuditta Bettinelli

 Biographie

Giuditta Bettinelli est doctorante à l’EHESS. Depuis 2008 ses terrains portent sur les évolutions du marché sexuel en Italie. Après une maîtrise en anthropologie sociale soutenue à l’Institut Marcel Mauss (EHESS), elle y prépare une thèse sur la signification et l’expérience de l’escorting dans les espaces de séduction destinés aux classes moyennes en Italie. Elle a été visiting-student à l’Université de Bucarest et au CMB de Berlin. Depuis 2013, elle est boursière de l’École française de Rome

Résumé de la proposition:

De  « l’éloquence du non-dit »  au  « non-dire »  comme stratégie d’enquête. Une lecture du silence à partir de deux exemples issus d’une recherche sur l’escorting en Italie. 

Dans la recherche ethnographique, le silence échappe souvent au compte-rendu, tant il semble difficile à cerner, relatif, pluriel. Le silence sur le terrain est aussi généralement vécu comme un vide angoissant, comme si, à cause de lui, l’enquête perdait en profondeur, ou, pire encore, comme si l’existence même de la recherche était rendue impossible à cause de lui. En partant de la considération pascalienne du silence comme non-vide (Pascal, Pensée 139), je poserai l’hypothèse inverse, à savoir que le silence est une condition ontologique de la parole. Pour ce faire, j’examinerai deux cas de figure du silence qui se sont présentés à moi lors de ma recherche sur la signification et l’expérience de l’escorting dans les espaces de séduction destinés aux classes moyennes en Italie. Dans le premier cas, il sera question de sonder la thématique du silence à partir de celui adopté par mes interlocutrices et interlocuteurs à l’égard de certains concepts théoriques qui étaient essentiels au tout début de ma thèse, notamment le fait que les négociations sur les prestations et leurs rémunérations prennent des noms euphémiques faisant référence au lexique du don (« regalo/cadeau » ; « regalino/petit cadeau » ; « aiutino/petite aide »). Ces dernières sont en outre remises sous forme d’argent, d’objets de luxe ou d’autres services différés dans le temps, et se définissent dans un ensemble plus vaste d’interactions. Cela pose d’emblée la question de l’interprétation et de la restitution des catégories allogènes, aussi bien que leurs relations avec les catégories savantes. Comment dire « l’indicible » tout en restant fidèles aux discours et aux dynamiques de terrain? Par le biais de cet exemple, on verra comment c’est bien à partir des silences que l’on peut être amené à reformuler ses catégories de départ et l’ensemble de la narration. Dans le deuxième exemple, il sera question, en revanche, de réfléchir à l’usage méthodologique du silence et du non-dit par le chercheur lui-même, pour faciliter son accès au terrain et le déroulement de son enquête. Étant donné que je m’intéresse à un contexte prostitutionnel essentiellement élitiste et difficilement abordable, j’ai utilisé moi-même le silence pour avoir accès au terrain. Cet exemple permettra ainsi d’aborder des questions éthiques et d’interroger le silence à partir de la relation qu’il entretient avec l’âge et le « genre » du chercheur dans un contexte donné. Par les interrogations posées, on verra alors que, loin de renvoyer simplement à une expérience antérieure à la conceptualisation, le silence atteste à quel point l’ethnographie est un savoir qui se construit dans et par des situations humaines et des relations entre individus.

Mots-clé: Ethnographie, positionnement methodologique, “terrain sensible”, pratiques sociales,  usages, transformation des savoirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search