Hélène Guiéry

Biographie

Hélène Guiéry est actuellement doctorante en science politique et sociale au Groupe de Recherche sur l’Action Publique (GRAP) de l’Université Libre de Bruxelles et en sociologie au Centre d’Étude des Mouvements Sociaux (CEMS-IMM) de l’EHESS. Croisant philosophie morale, herméneutique et sociologie de l’action, son travail de thèse est consacré aux liens entre imaginaire politique et expérience contestataire. Inscrites dans une démarche ethnographique, ses recherches empiriques interrogent la conception du chercheur, du «terrain» et l’«enquêté» lorsque l’analyste est elle-même prises dans les cours d’action vécus/observés.

Résumé de la proposition

La posture d’analyste-en-tant-que-membre: vers un renouvellement radical du recueil de données dans l’enquête ethnographique ?

Les luttes contre les « grands projets inutiles et imposés » (GPII) se développent aujourd’hui sous une forme nouvelle d’action politique: l’occupation illégale du terrain destiné à accueillir une grosse infrastructure. Les recherches menées conduisent l’analyste à s’impliquer dans plusieurs environnements extrêmement conflictuels où se côtoient différents imaginaires politiques en tension. Cette implication a une première conséquence de méthode: renoncer à parler d’«enquêtés», terme qui marque une asymétrie entre l’observateur et observé (Clifford, 1986) ou de «terrain», qui marque une forme d’exorcisation de l’empirisme (Müller, 2015). Les données produites ne sont pas «des données de première main» (Platt, 1994) mais des données constituées dans un second temps sous la forme de compte-rendu analytique personnel. Elles sont ainsi bien loin des standards figés de l’ethnographie puisque le travail de l’analyste-en-tant-que-membre est au centre de la démarche ethnographique.

Par la diversité de leurs points de vue, les membres-participants-à-la-lutte produisent un ordre que l’on pourrait qualifier, à la suite de Lena Jayyusi, de conflictuel. Pour cette dernière, le «conflit» peut être considéré comme «une caractéristique de l’organisation, de la descriptabilité et justifiabilité des activités des participants» dans un environnement marqué par un affrontement politique. La position d’analyste-en-tant-que-membre permet de «démontrer comment les membres eux-mêmes, dans pareils environnements, découvrent, expliquent et parlent des règles, procédures et principes locaux par lesquels de tels environnements sont organisés […] en vue de régler les affaires qui les concernent » (Jayyusi, 2010).

Mon intervention dans cet atelier entend rendre compte et débattre de la démarche d’enquête réflexive et critique qui place en son cœur l’un des fondements de l’approche ethnographique dont «le principal médium de l’enquête est ainsi l’expérience incarnée de l’enquêteur» (Cefaï, 2010). Elle permettra également d’interroger deux points aveugles de la démarche ethnographique au prisme de l’ethnométhodologie: celle de possibilité même d’être membre et analyste dans une activité politique et celui de la trahison, compris comme ce qu’il est possible de décrire dans une situation conflictuelle sans porter atteinte à ceux qui conduisent la lutte. À partir de quelques descriptions du site à partir duquel je réalise mes recherches empiriques par implication directe, je voudrais apporter des éléments de réponse à une question: que veut dire « manifester une adéquation unique » (Garfinkel, 2007) lorsque la pratique étudiée est celle d’un groupe de militants politiques ?

Mots clés : situation conflictuelle, membre, adéquation unique, expérience incarnée, compte-rendu analytique personnel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search