Isabel Boni-Le Goff

Biographie

Les recherches d’Isabel Boni-Le Goff s’inscrivent au croisement de la sociologie du genre et de l’ethnographie économique. Soutenue en octobre 2013 à l’EHESS, sa thèse cherche à saisir les rapports dialectiques entre genre et capitalisme, à partir de l’exemple du conseil en management. Elle appréhende les pratiques économiques et manageriales comme un fait social total, avec leurs inscriptions spatiales et matérielles, leur historicité, leurs interactions avec l’ensemble des expériences sociales des individus (les pratiques corporelles, vestimentaires, sexuelles, sportives, alimentaires, culturelles, l’économie des émotions …). I. Boni est chercheuse FNS senior à l’université de Lausanne.

Résumé de la proposition:

« Des silences habités. Les temps faibles de l’observation peuvent-ils devenir des temps forts ? »

Mon terrain de thèse – portant sur les régimes de genre dans le conseil en management – a articulé l’ethnographie d’un syndicat patronal de consultants et celle de firmes de conseil. Une partie de ces terrains s’est déroulée dans un (relatif) silence, dans des contextes toutefois différents : Le terrain dans l’organisation patronale m’a donné l’occasion d’interagir à de multiples reprises avec un collectif de patrons d’entreprises – le conseil d’administration du syndicat – et ce, dans une position paradoxale pour observer. Entrée sur ce terrain comme chargée de mission, appelée à « rendre des comptes » sur une enquête, j’étais souvent celle qui prenait la parole, m’adressant à ce groupe – exclusivement masculin – cherchant, non sans difficulté parfois, à obtenir le silence. Les terrains dans les firmes m’ont conduite à connaître différentes situations d’observation participantes ou non. Cela a été l’occasion, à de nombreuses reprises, d’attendre –longtemps parfois – dans les halls de certaines firmes, ou dans des « bureaux ouverts » où s’affairaient discrètement des professionnel-le-s.

A partir de ces expériences différenciées du silence dans l’enquête, je voudrais tout d’abord revenir, en les comparant, sur les pistes heuristiques qu’elles ont ouvertes : loin d’être des moments vides, dépourvus d’interactions et d’échanges, ces temps ont au contraire mis au jour des processus importants pour la compréhension de l’espace social observé. En « coupant le son » (Peneff 2009 :150), ils ont permis de repérer les enjeux, notamment dans l’actualisation des rapports de pouvoir, la dialectique, ainsi que les conditions de construction sociale du bruit et du silence au sein de groupes dominants. Ils ont également permis de faire émerger la part corporelle du travail dans une profession réputée intellectuelle. Ils ont enfin permis d’identifier les significations situées du silence, selon les lieux, les actrices et acteurs en coprésence, le type de rencontre sociale. En ce sens, les silences sont apparus particulièrement et différemment « habités ».

Dans un second temps, je souhaiterais aborder les malaises heuristiques que ces « temps faibles » de l’enquête ont suscités pour l’enquêtrice. De fait, les interactions avec le conseil d’administration, en particulier, et les situations « d’observatrice observée » qu’elles ont entraînées, m’ont conduite à saisir in vivo des processus infralangagiers de construction d’un entre soi et de disqualification. Expériences qui ont été l’occasion d’opérer un « itinéraire moral » (Goffmann 1989) et réflexif ou pour le dire comme Peter Berger une « transformation de la conscience » (Berger 2006 :54). Au delà, il s’agira d’éclairer ce que ces expériences ont permis comme avancées dans la construction de l’objet de recherche.

A partir de cet itinéraire ethnographique, je souhaiterais enfin conclure sur des pistes méthodologiques pour saisir les temps faibles et les silences des enquêtes, dans toutes leurs richesses : pistes relatives au recueil et à la description de ce qui résiste souvent à la prise de notes « classique » ; pistes relatives à l’interprétation de la grammaire située de ces observations.

Berger (P.) (2006) Invitation à la Sociologie, Paris, La Découverte

Goffmann (E.) (1989) Stigmate. Les usages sociaux du handicap, Paris, Les Editions de Minuit

Peneff (J.) (2009) Le Goût de l’Observation, Paris, La Découverte

Mots clés :  Itinéraire réflexif – interactions non discursives – corps – dialectique bruit-silence – malaise heuristique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search