J. S. BORJA

Biographie
J.-S. Borja est sociologue, chercheur-associé au LAMES (AMU-CNRS, UMR 7305). Ses thématiques de recherche portent sur la sociologie des publics, des mobilisations collectives et des problèmes publics, ainsi que la trame publique de la vie sociale. Il est également leco-auteur, avec Martine Derain et Véronique Manry, de l’ouvrage Attention à la fermeture des portes. Citoyens et habitants au cœur des transformations urbaines: l’expérience de la rue de la République à Marseille (Éditions Commune, 2010).
Résumé de la communication

Un public «en quête de lui-même» ? L’exemple du Problème de la rue de la République à Marseille

Pour qui s’engage dans l’étude de problèmes publics, il semble difficile de faire l’impasse sur les manières dont se « saisit » une expérience troublante pour parfois dénouer un problème au sujet duquel il apparaît nécessaire de faire « quelque chose ». Pour autant, une telle investigation ne va pas toujours de soi. Il arrive en effet que « ce qui trouble » peine à être défini, que ce processus, concomitant à la formation d’un public, soit aussi bien traversé que tenu de composer avec certaines lignes de fragilité, à même de dissiper comme pousser à retravailler ce qui peut faire « problème ».
Tel semble alors avoir été le cas pour le «problème de la rue de la République». Si, ici, ce processus a bien fini par cristalliser en 2004 une situation problématique retentissante (autour de la menace d’expulsion massive des habitants, sur fond d’une gentrification du centre-ville marseillais), celle-ci n’en demeura pas moins malmenée, peu assurée et, même, érodée jusqu’à son évaporation à partir de 2008, par de multiples dynamiques de détermination et épreuves ébranlant une expérience « publique » de celle-ci, la rendre précaire et peu régulante…
Afin d’affiner cette difficile « calcification » de conditions problématiques, nous opérerons alors un focus sur leur dissipation, qu’entraînait notamment la «disparition » de locataires relogés (dans la même rue), dissolvant dans son sillage les «pressions exercées par les propriétaires» («fragilisant les locataires et les poussant au départ»), se dérobant de l’objectif fixé de créer des précédents juridiques, des jurisprudences, et se redoublant en retour d’une franche incitation (de militants, habitants, voisins, proches, ou autres) à «résister», à «tenir bon» et à «ne pas céder» pour faire exister – « persister » – et résoudre les problèmes.1
En revenant alors pas-à-pas sur la situation et la trajectoire pour le moins « mouvementée » d’une dame âgée au coeur du problème, nous verrons que la disparition constitue bien une ligne de 2 fragilité susceptible de dissoudre « ce qui fait problème », d’altérer son (ses) expérience(s) comme ses horizons de régulation. Mais nous montrerons aussi que, ne passant pas inaperçue et faisant précédent, une disparition peut également conduire à les retravailler, à déplacer certains repères (« délogement »/« relogement », « résistance »/« désistement », etc.), et plus loin, à réactualiser « ce qui fait problème ».
Nous ferons ainsi valoir qu’un surcroît d’enquête, portée par un public « en quête de lui-même », est susceptible de contrevenir à toute détermination définitive ou durable de ce qui trouble, de ce qui fait ou non problème, de ce qui relève du privé ou du public et de ce qui fait ou non régulation.
Voire encore d’une «nécessité de soutenir les plus fragiles» (personnes âgées ou isolées dans leur immeuble, à la 1santé précaire et particulièrement sensibles aux «pressions» – «stress», «dépression», «jambes noires», «perte de poids alarmante», crises cardiaques, hospitalisations), ou d’efforts pour «récupérer la situation» de ceux qui se sont «précipités» vers un relogement, ont fait un «mauvais choix», une «bêtise» ou ont été «abusés» par leur propriétaire….
Confrontée à d’innombrables difficultés en quelques mois : augmentation indue de charges, non-entretien et 2dégradation des parties communes, coupures d’eau et d’électricité à répétition (arrachage de compteurs électriques, etc.), dernière locataire du premier immeuble à entrer en chantier, «violences de chantier», «menaces» de délogement forcé et d’«accidents vite arrivés», cambriolage, contestation par le propriétaire de la validité du bail locatif régi sous la loi de 1948, rupture de bail suite à la destruction de la mansarde, coups de téléphone quasi quotidiens pour la reloger contre un important dédommagement financier, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search