Judith Audin

Biographie

Docteure en science politique (Sciences Po/CERI), Judith Audin a soutenu en 2013 une thèse sur les configurations du pouvoir local dans des quartiers contrastés de Pékin au 21e siècle. Cette recherche doctorale reposait sur une démarche d’ethnographie urbaine et politique. Elle est actuellement post-doctorante au Centre d’étude sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC) de l’EHESS où elle développe une sociologie du travail « sous » l’administration officielle à travers le cas des comités de résidents à Pékin et à Chongqing.

Résumé de la proposition

Ethnographier l’ancrage urbain d’une organisation officielle comme retour vers le politique en Chine : le cas des comités de résidents à Pékin (2007-2015)

Cette communication se propose de rendre compte de l’intérêt politique de réaliser l’ethnographie d’une instance officielle au statut « intermédiaire » chargée de gérer les quartiers des villes chinoises : le comité de résidents (jumin weiyuanhui), qui existe depuis les années 1950. L’enquête ethnographique urbaine contribue au renouvellement des études politiques en Chine et en particulier à la question de l’exercice du pouvoir en contexte autoritaire. Dans le champ des études chinoises, les enquêtes ethnographiques ou anthropologiques portent plus nettement sur la Chine rurale, notamment sur la politique au village. Notre choix d’ethnographier le politique au niveau d’une organisation officielle dans des quartiers contrastés de Pékin vient combler un manque dans la littérature scientifique. Cette organisation a été surtout étudiée pour son rôle de contrôle sur les habitants, les chercheurs y voyant principalement une « biopolitique » (Bray, 2005 ; Zhang, 2010). D’autres recherches ethnographiques ont privilégié le politique « par le bas », sans s’intéresser à cette organisation, considérée comme trop peu indépendante de l’État. En outre, le cadre «institutionnel» de cette organisation suscite certainement une appréhension sur les capacités d’un enquêteur étranger d’accéder à ce terrain, d’autant plus qu’il est situé au sein de la capitale politique, plus strictement surveillée qu’ailleurs. Ainsi de nombreuses enquêtes urbaines à Pékin ont privilégié l’ethnographie des comités de propriétaires (yezhu weiyuanhui) et les mobilisations dans les quartiers résidentiels « marchands » (shangpinfang xiaoqu) ou ont porté sur d’autres villes de Chine. Quant au champ de la recherche chinoise sur le sujet, les publications sur les comités de résidents sont principalement réalisées dans le domaine de l’administration publique. Les comptes- rendus d’enquête de terrain se caractérisent par un ton prescriptif, en vue d’améliorer le système de gouvernement et la « gouvernance à la base » (jiceng zhili). De façon générale, le comité de résidents est surtout étudié du haut vers le bas, comme le « dernier échelon administratif » en Chine.

Or une approche ethnographique permet de revisiter cette conception. Cette organisation est toujours définie par un statut ambigu d’organisation «autonome de base des masses», et ce statut « intermédiaire » influence la manière dont les agents interagissent quotidiennement dans leur travail avec deux types de publics : les habitants, qu’ils sont censés « représenter », et les administrateurs officiels locaux, au niveau du bureau de rue, qui exercent une autorité non négligeable sur les agents du comité. La perspective ethnographie fait apparaître dans quelle mesure les politiques du contact dans les quartiers ne s’appliquent pas du haut vers le bas mais produisent des rapports de pouvoir spécifiques au niveau « intermédiaire » de cette instance-relais.

Ainsi, cette communication montre comment le choix d’une organisation politique locale dans la capitale du pays peut être opérationnel pour poser un nouveau regard sur le travail politique et social local en comparant l’ancrage de cette organisation dans trois contextes urbains contrastés : les quartiers du centre ancien, les quartiers anciennement industriels datant des années 1950 à 1990 et les résidences de logements « marchands », construites à la fin des années 1990. Enfin, la méthodologie de la recherche sera précisée, notamment la temporalité longue (entre 2007 et 2015) de cette enquête pour tisser des liens de confiance avec les enquêtés et pour suivre les carrières de certains agents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search