Juliette Mouche

Biographie

Juliette Mouche est doctorante depuis octobre 2014 au Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense sous la direction de Sophie Houdart, encadrée par Vanessa Manceron.

Résumé de la proposition

Les gestionnaires forestiers face aux nouvelles exigences de « produire plus, préserver mieux » Ethnographie d’un métier en mutation

La question de la gestion durable des forêts a été saisie au niveau international et européen depuis les sommets de Rio en 1992 et d’Helsinki en 1993. En France, l’accord des partenaires du secteur forestier du Grenelle de l’environnement organisé en 2007, a été construit autour du principe de “produire plus tout en préservant mieux la biodiversité “ . Ceci concrétise une volonté de combiner des visions de la forêt et des objectifs associés pouvant a priori paraître antagonistes : la production de bois et la préservation de la biodiversité. Ainsi, le compromis que cela suppose d’appliquer à l’échelle de chaque parcelle forestière pousse à s’interroger sur la manière dont les gestionnaires forestiers se sont appropriés, si tel est le cas, l’objectif de produire plus tout en protégeant mieux.

Au travers de la méthode d’enquête choisie, qui consiste à suivre les gestionnaires de terrain au quotidien, ma formation initiale en sciences forestières me permet d’être partie prenante des activités observées. Les gestionnaires m’acceptent à leurs côtés en me considérant comme une stagiaire initiée, m’attribuant des tâches précises tout en restant dans une démarche de formation. Ce positionnement me permet de lier avec eux une relation propice à l’explicitation des prises de décisions, des gestes ou des interactions, tout en constatant au travers de la différence entre ma pratique et la leur, les habitudes que leur expérience quotidienne leur a permis de mettre en place. Ceci n’est cependant pas sans poser des difficultés pour l’observation et la mise à distance par rapport à l’objet d’étude.

C’est par ailleurs en s’intéressant à certains actes techniques sylvicoles, comme le martelage (marquage des arbres pour qu’ils soient coupés), et la description de peuplements que l’on apporte des éléments de compréhension des décisions quotidiennes du forestier, entre production de l’action publique et élaboration de savoirs expérientiels. D’une part, l’enregistrement vidéo lors de la préparation de ces actes techniques et de leur mise en oeuvre, complétés par des entretiens d’explicitation, permet de construire pour chaque individu, une description détaillée des différents critères permettant la prise de décision. D’autre part, la participation à des formations professionnelles et à la vie d’une école formant des jeunes au bac professionnel “Forêt” permet de mieux comprendre la nature des références partagées au sein de la profession et la manière dont chaque individu les intègrent et se les approprient.

Ces résultats se heurtent cependant à l’évocation quasi systématique d’une part de savoir-faire inné, que ce soit chez les jeunes en apprentissage ou chez les professionnels. Il faut donc s’attarder sur la manière dont les savoirs forestiers s’élaborent au travers des pratiques, des expériences sensorielles et d’autres formes d’apprentissage pour parvenir à la construction d’une vision chez chaque individu de la gestion forestière et de son lien à la nature. Pour cela, il est question de s’intéresser aux histoires de vie d’individus, permettant d’explorer cette construction au-delà de la dimension professionnelle, notamment en explorant la relation sensorielle aux éléments forestiers. La mise en place de parcours en forêt le long desquels les gestionnaires portent une caméra embarquée et sont poussés à exprimer à voix haute leurs pensées est une des méthodes en expérimentation.

Ainsi, ces différentes méthodes permettront de saisir comment des cadres normatifs élaborés aux échelles européennes et nationales peuvent être intégrés et adaptés à la production de l’action publique locale tant à l’échelle de chaque individu gestionnaire qu’à l’échelle de la construction d’une culture professionnelle.

Bibliographie :

Fuhr Marc et Brun Jean-Jacques, 2010. Biodiversité, naturalité, humanité – Pour inspirer la gestion des forêts, Natures Sciences Sociétés, 18 (1), p. 67-69.

Ingold Tim, 2013. Marcher avec les dragons, traduit de l’anglais par Pierre Madelin. Zones Sensibles, 381 p.

Leroy Philippe, Halley des Fontaines Ségolène, Barthod Christian et Moulinier Alain, 2008.

Comité opérationnel n°16 « Forêt », Rapport au Ministre d’Etat, Ministre de l’écologie, du développement et de l’aménagement durables et au Ministre de l’Agriculture et de la Pêche, 15 p.

Sciences Eaux & Territoires, 2012. Biodiversité en forêt et activités humaines, un compromis est nécessaire, Numéro II, Cahier spécial, p.

Mots clés : forêts, gestion durable, appropriation, actes techniques, savoirs expérientiels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search