Laetitia Overney

Biographie

Université Lyon 2, Centre Max Weber

Résumé de la proposition

Ethnographier « la petite politique » au long cours: l’endurance d’un collectif d’habitants et la justesse descriptive de l’ethnographe

Ma proposition de communication s’inscrit principalement dans l’axe 2 de l’appel à communication. Je souhaiterais décrire les pratiques d’un collectif d’habitants d’un Grand Ensemble. Je développe une approche spatiale de la participation politique en montrant comment celle-ci se forge et s’exprime à travers les pratiques ordinaires des habitants (observations quotidiennes dans le quartier, cheminements, discussions entre voisins) – ce que j’ai appelé une petite politique[1]. Ma communication reviendra sur deux enjeux de le l’enquête ethnographique : 1) Comment prêter attention à des signaux faibles de la participation – souvent peu pris en compte dans les analyses de la participation –, afin d’appréhender toute l’épaisseur de l’engagement des habitants ? L’échelle spatiale et l’échelle temporelle de l’enquête seront ici questionnées. 2) Comment rendre compte avec justesse et justice[2] de ces formes peu visibles de participation ?

Depuis 30 ans, ce collectif organise dans le quartier de la Duchère à Lyon une réunions mensuelle où tout habitant peut venir soulever un problème tel que des pannes d’ascenseur, des violences policières ou l’obligation faite à certains ménages dans le cadre de la rénovation urbaine de quitter le quartier. Les participants demandent des réponses soit directement aux responsables institutionnels invités aux réunions soit via des courriers. L’action du collectif peut s’adosser à une histoire particulière – une vie associative très riche dès la construction de ce Grand Ensemble dans les années 60 (sous une forme proche du « syndicalisme du cadre de vie », un mouvement historiquement déjà positionné sur les problèmes urbains et de la vie quotidienne).

Ainsi, mon enquête ethnographique a consisté à suivre au long cours pendant 8 ans les membres de ce collectif dans ses activités quotidiennes ou lors de temps fort (réunions publiques, fêtes). Cette participation ne se traduit pas par des mobilisations de masse, elle ne se solde pas par de grandes victoires – les démolitions d’immeuble contre lesquelles se mobilise le collectif auront bien lieu – il faut donc pouvoir la suivre de près. Et au long cours : les ressources de la petite politique n’apparaissent à l’ethnographe qu’au fil du « temps accidenté ». Être là, au plus près, au long cours, mais aussi prendre en compte l’analyse historique : comment s’est constituée une résistance là, dans ce quartier où la mémoire des luttes est entretenue  par les militants des premières années encore présents ? L’ethnographie retrace les leçons que les habitants tirent de leurs expérience, près de 50 ans d’urbanisme planificateur, 30 ans de politique de la ville, ils ont vu leur milieu de vie se transformer.

Résister au long cours pour le collectif, c’est tenir la place auprès des habitants et face aux opérateurs de la rénovation urbaine : assister à de nombreuses réunions publiques, visiter les voisins, recueillir et transmettre sans relâche les plaintes des habitants, notamment ceux qui auront du mal à se faire entendre et qui ont été frappés de plein fouet par les démolitions : les personnes âgées délogées de leur immeuble voué à la démolition. Une résistance se loge dans ses attentions resserrées aux co-cohabitants.

La communication sera ainsi l’occasion de revenir sur les propositions de Daniel CEFAÏ relatives au « problème de la justesse et de la justice descriptives » de l’ethnographie formulées dans l’ouvrage L’engagement ethnographique. Comment ce souci de la justesse et de la justice descriptive a t-il été au cœur de mon engagement ethnographique auprès de ce collectif d’habitants ?

[1] OVERNEY. « Par-delà « la participation des habitants » : pour une ethnographie de la petite politique. » in CARREL, NEVEU. Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Khartala, 2014.

[2]  CEFAÏ. « L’expérience ethnographique, l’enquête et ses publics », in CEFAÏ (dir.) L’engagement ethnographique, EHESS, 2010, p. 591.

Mots-Clés: participation politique; vie quotidienne; Rénovation urbaine; engagement ethnographique ; mémoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search