Atelier 1 – Les ONG : gardiennes des terrains ethnographiques, courtiers de la recherche ?

4 octobre de 9h30 à 12h30. Salle 2

Co-organisateurs.trices de l’atelier : Ranime AlSheltawy (Université Paris Dauphine,IRISSO) – ranimealsheltawy@gmail.com ; Caterina Bandini (EHESS-CMH) – caterina.bandini@ehess.fr ; Leila Drif (EHESS-IRIS) – leiladrif@gmail.com

Discutant.e : Élisabeth Marteu (IISS, Manama – Sciences Po Paris).

Intervenant.e.s :

  • Amal Khaleefa (Diltec, Université Paris 3) : Accès, ruptures et continuités : l’impact des organismes humanitaires sur le déroulement d’une enquête ethnographique en didactique des langues dans le camp de Zaatari en Jordanie.
  • Romain Leclercq (CRH LAVUE, Université Paris 8) : Les « bénéficiaires » peuvent-ils parler ? Sur le positionnement du chercheur vis-à-vis des « acteurs cibles » des ONG.

Argumentaire :

Dans de nombreux terrains, les ONG, locales ou internationales, sont des interlocuteurs privilégiés des chercheur.se.s dans la phase de constitution de leur enquête, et parfois tout au long de celle-ci, en raison de leur rôle de médiatrices d’information. Cela s’observe de façon significative sur les terrains « sensibles », dans lesquels il peut s’avérer difficile de mener des observations prolongées sur des lieux sujets à fermeture, ou d’avoir accès à ses enquêté.e.s. Les ONG présentes localement sont ainsi sollicitées par le/la chercheur.se dans l’accès à son terrain ; soit comme point d’ancrage dans l’espace d’enquête, soit au titre d’informateurs, ou encore, comme intermédiaires de la mise en relation avec les enquêté.e.s ciblé.e.s.

La socialisation cosmopolite des personnels d’ONG, devient, de la sorte, une condition partagée par le/ la chercheur.se qui en fait un déterminant de l’enquête et de sa réalisation, en contexte contraint. Généralement socialisé.e.s dans les milieux expatriés, anglophones, ayant l’expérience de la mobilité à l’international, et disposant de normes, de références et de formations similaires, ces acteurs/actrices affichent une proximité sociale immédiatement perceptible par le/la chercheur.se. De par leur expertise du terrain local et leur insertion dans ses réseaux, ils/elles deviennent donc des « portiers » (gatekeepers) permettant d’ouvrir la voie vers d’autres acteurs-clés. Souvent garant.e.s de l’accès à celui-ci, il s’opère ainsi une sur-visibilisation des acteurs/actrices inscrit.e.s dans le réseau social de l’ONG, au détriment d’autres espaces sociaux. Dès lors, comment se ménager un accès aux enquêté.e.s situé.e.s hors de ces circuits de socialisation ? Quels outils méthodologiques et quelles stratégies d’enquête mobiliser pour cibler des enquêté.e.s au premier abord moins visibles, et/ou à l’écart des groupes constitués et validés par l’ONG ?

Cet atelier s’inscrit dans une réflexion plus large sur les intermédiaires et les informateurs de la recherche, qu’il s’agisse ici d’ONG ou d’autres acteurs/actrices du monde associatif ou institutionnel local, pensés comme des agents sociaux aux attributs spécifiques (capital social et scolaire élevé, socialisation internationale, etc.). Souvent évoqué de manière anecdotique ou en marge des réflexions méthodologiques sur les conditions d’enquête, le rôle de ces informateurs dans le dispositif d’enquête de terrain est rarement questionné en tant que tel, quand l’objet de recherche n’a pas forcément de lien direct avec ce milieu. Pourtant, il détermine en partie la méthodologie d’enquête, et partant, la (re)construction de l’objet de recherche. La constitution de l’échantillon d’enquêté.e.s par l’entremise d’ONG procède, en effet, d’un triage préalable de qui est perçu comme interlocuteur légitime, ou non, pour se faire le porte-parole d’un groupe social donné. Dans le cas d’une enquête sur les dispositifs encadrant la prise de parole de militants palestiniens pour la paix, l’on constate que les ONG locales et internationales ont structuré un véritable réseau de « témoins » légitimes auquel le/la chercheur.se aura immédiatement accès. Si la représentativité conférée à ces interlocuteurs est le produit d’un processus de présélection des ONG, l’enjeu est, pour le/la chercheur.se, de ne pas reproduire ces mêmes rapports de pouvoir dans le ciblage de ses enquêté.e.s. Il s’agira ainsi de se demander dans quelle mesure la parole de ces « témoins », a priori intime et fondée sur une expérience subjective, est le produit d’une codification et d’une socialisation opérées par les ONG.

D’un autre côté, en se trouvant identifié.e par rapport à l’ONG médiatrice, le/la chercheur.se cristallise des enjeux relatifs à la construction des savoirs à partir desquels s’oriente ou se censure la parole des acteurs/actrices. Il/elle participe ainsi de la production d’un savoir performatif véhiculé par les ONG, et auquel les enquêté.e.s perçoivent une injonction à correspondre. Des enquêtes sur les pratiques homo- érotiques au Sénégal, au Maroc ou au Liban, menées à partir d’ONG de défense des communautés LGBTQI montrent combien l’assimilation du/de la chercheur.se à l’ONG peut impacter les récits des enquêté.e.s en situation d’entretien, mais également participer à reproduire la mise en invisibilité des enquêté.e.s n’inscrivant pas leurs pratiques homo-érotiques dans le discours de reconnaissance identitaire LGBTQI prôné par l’ONG. Dans l’enquête, l’invisibilité des interlocuteurs socialisés hors des ONG va alors de pair avec le choix de l’ONG comme espace-relais d’entretiens. Car si les locaux des ONG garantissent des « espaces sûrs » permettant l’interrogation des acteurs/actrices faibles ou stigmatisé.e.s, la réalisation des entretiens au sein des locaux des ONG a des limites qui méritent à leur tour une attention tant analytique que méthodologique. Ainsi, dans le cadre d’une enquête sur les travailleuses domestiques pauvres dans un bidonville du Caire, l’on remarque que la réalisation des entretiens au siège d’une ONG locale s’est souvent pliée à des conditions matérielles (horaires d’ouverture de l’ONG, disponibilité d’une salle) auxquelles s’ajoute une censure symbolique de la parole des enquêtées (il se peut qu’un.e militant.e de l’ONG rentre dans la salle au milieu de l’entretien ou encore participe à la discussion).

A partir d’un questionnement sur le rôle des ONG dans la constitution du dispositif relationnel d’enquête, les communications attendues proposeront des matériaux ethnographiques et/ou des récits d’enquête qui permettront de réfléchir collectivement aux méthodologies d’enquête possibles pour rendre visibles à l’œil du/de la chercheur.se des enquêté.e.s d’ordinaire invisibilisé.e.s. Nous serons attentif.ive.s à ce que produit cette médiation du terrain par les ONG en termes de contrôle de l’information, de constitution de savoirs et de construction des relations d’enquête.

Références

Ayimpam S., Chelpi-Den-Hamer M. &Bouju J. (2014), « Défiséthiques et risques pratiques du terrain en situation de développement ou d’urgence humanitaire », Anthropologie & développement [En ligne], n°40-41.

Bouillon F., Fresia M. & Tallio V. (dir.) (2005), Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie, Paris, EHESS, « Dossiers africains ».

Bourdarias F., Hours B. & Le Palec A. (2003), « Les ONG. Médiation politique et globalisation », Journal des Anthropologues, [En ligne], n°94-95, 3, mis en ligne le 22 février 2009, consulté le 09 avril 2018. URL: http://journals.openedition.org/jda/1938

Campbell L-M., Gray N-J., Meletis Z-A., Abbott J-G. & Silver J. (2006), « Gatekeepers and Keymasters: Dynamic Relationships of Access in Geographical Fieldwork », Geographical Review, n°96, (1): 97-121.

Hofman N. (2008), « Accessing Romani Women Study Participants: Collaborating with Their Gatekeepers and Other NGO Entrepreneurs », Practicing Anthropology, n°30, 3, pp.46-49.

Olivier de Sardan J-P. (1995), « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie», Enquête, n°1, pp.71-109.

Payet J-P. (2011), « L’enquête sociologique et les acteurs faibles », SociologieS [En ligne], La Recherche en actes, Champs de recherche et enjeux de terrain, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 09 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3629.