Marion Péchayre

Biographie

Marion Péchayre a travaillé cinq ans pour une organisation non gouvernementale internationale (ONGI) humanitaire en Afrique et en Asie. Elle est actuellement doctorante en Development Studies à la SOAS (School of Oriental and African Studies), de l’Université de Londres et travaille sur les politiques de l’impartialité des ONGI en contexte de catastrophe, au Pakistan en particulier, d’un point de vue socio anthropologique.

Résumé de l’intervention

Ethnographier un principe, est-ce possible ? — L’impartialité, c’est à dire la non discrimination et la proportionnalité de l’aide par rapport aux besoins des personnes affectées par une guerre ou une catastrophe, est invoquée par les acteurs humanitaires comme le pilier de leur identité. Seulement, l’impartialité est un principe théorique qui ne se voit pas. En pratique elle est testée dans la mise en œuvre de « projets » d’aide humanitaire, qui opèrent un tri entre ceux qui sont aidés et ceux qui ne le sont pas, tri qui se renouvelle continuellement dans l’allocation différenciée des ressources à ceux qui ont été choisis. Le « triage humanitaire », envers de l’impartialité, peut, lui, être observé par l’ethnographie du projet qui le produit.

Le terrain — C’est au Pakistan, théâtre de conflits internes et frontaliers, mais aussi de catastrophes de grande ampleur que j’ai ethnographié en 2011 trois projets d’aide humanitaire de trois organisations non gouvernementales internationales (ONGI) afin d’y étudier les pratiques du principe d’impartialité. Médecins Sans Frontières, Save the Children et Solidarités International m’ont successivement acceptée au sein de leur mission au Pakistan en tant qu’ethnographe pendant des périodes allant de cinq semaines à 2 mois en fonction des organisations. Les trois ONGI m’ont accordé l’accès que je souhaitais à leurs réunions internes et externes, à leurs espaces de travail et à leurs données institutionnelles (rapports internes, archives) et le temps nécessaire quel que soit le niveau hiérarchique des personnes interviewées. A chaque fois, c’est le projet choisi pour mon étude qui constituait le territoire de l’ethnographie. Deux de ces organisations m’ont donné un accès au lieu de mise en œuvre de ce projet, dans les provinces du Khyber Pakhtunkwa (nord ouest du Pakistan) et du Sindh (sud du pays), équivalent à celui de leurs employés en terme d’accès physique ; la troisième ne l’a pas permis et c’est cette pièce manquante de l’ethnographie que je souhaite discuter plus précisément dans cette communication.

Le « projet humanitaire » comme terrain ethnographique — L’anthropologie du développement recense des travaux d’ethnographies du monde de l’aide par le prisme du projet de développement[1]. Le projet humanitaire est un terrain ethnographique à la fois différent et connexe au projet de développement. Il se déroule dans un contexte (socio et économico politique) plus instable, plus dangereux donc en ce sens plus difficile d’accès que le projet de développement. Il est moins légitime éthiquement de risquer sa vie pour faire de la recherche que pour « sauver des vies ». Cependant la vie du projet humanitaire (comme de développement) est bien plus plurielle que sa mise en œuvre sur le terrain, qui n’est qu’une partie de sa réalité institutionnelle. Il y a aussi l’étape de la conception impliquant une multitude d’acteurs, certains spécifiques à l’espace temps de l’urgence, dans des jeux de négociations, son suivi qui implique les acteurs de terrain mais aussi leurs managers et départements supports, et son évaluation qui peut impliquer des acteurs externes à l’organisation. Autant d’occasions de passer du temps avec les acteurs impliqués dans un projet humanitaire, de les observer en débattre, de s’imprégner des codes et d’entrevoir les implicites de leurs approches. Le « projet » conçu comme terrain ethnographique permet-il alors de naviguer cette contrainte de l’accès à des zones dangereuses? Le cas de Save the Children au Pakistan pris dans l’affaire de la fausse vaccination de la CIA (afin de confirmer la localisation de Ben Laden) au moment de mon terrain[2] sera développé pour illustrer les vertus et limites du projet humanitaire comme objet ethnographique.


[1] James Ferguson, The Anti-Politics Machine: « development, » Depoliticization, and Bureaucratic Power in Lesotho, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 ; Laëtitia Atlani-Duault, Au bonheur des autres: Anthropologie de l’aide humanitaire, Armand Colin, 2009 ; David Mosse, Cultivating Development: An Ethnography of Aid Policy and Practice, London, Pluto Press, 2005.

[2] Rob Crilly, « Save the Children Pakistan chief under pressure after “fake CIA vaccination” campaign », Telegraph.co.uk, 03/05/2012.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search