Michael Barbut

Biographie

Michael Barbut est doctorant en science politique au CESSP (Centre européen de sociologie et science politique), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Sa thèse porte sur les mobilisations mapuche pour la terre au Sud du Chili.

Résumé de la proposition

L’apport d’une ethnographie des mobilisations. Le cas des mobilisations mapuches au Chili

Au cours des années 1990, les Mapuches ont connu une série de mobilisations autour de conflits fonciers anciens renvoyant à la colonisation du territoire Mapuche au Centre-Sud du Chili à la fin du XIXe siècle, dont la principale caractéristique a été l’assignation de familles mapuches à vivre dans des réserves. La plupart des travaux sur la question des mobilisations mapuches pour la terre ont adopté une approche par le haut et objectiviste, déduisant de l’existence d’une pauvreté dans les communautés, d’une dépossession territoriale historique, d’une culture et d’une identité différente, de la globalisation néolibérale et les pressions exercées par le capital transnational sur les territoires mapuches, de politiques publiques insuffisantes en matière de reconnaissance de droits indigènes ou encore de construction et diffusion d’un « cadre interprétatif » contestataire, le surgissement des mobilisations au sein des communautés mapuches.

Ces approches posent plusieurs problèmes. Tout d’abord, elles ne permettent pas de saisir pourquoi les mobilisations ont lieu à certains moments et pas à d’autres, alors que les causes identifiées ne sont généralement pas nouvelles. En outre, elles ne permettent pas d’expliquer pourquoi toutes les communautés, et à l’intérieur des communautés se mobilisant, tous leurs habitants, ne se mobilisent-elles pas pour revendiquer collectivement des terres. Enfin, elles sont faiblement attentives à l’avant des mobilisations, aux rapports sociaux ordinaires et ainsi ne présentent que très rarement les mobilisations dans une approche processuelle permettant de comprendre comment passe-t-on d’un état marquée par l’absence de mobilisation à l’émergence de mobilisations protestataires.

En regardant de plus près ces travaux on constate la surreprésentation de certains acteurs qui informent les recherches menées et d’approches méthodologiques basées sur des archives historiques, des communiqués d’organisations ou de communautés, et dans une moindre mesure sur des entretiens réalisés avec des dirigeants des « communautés en lutte ». Les méthodologies déployées font apparaitre le plus souvent un « acteur mapuche » hors sol, c’est-à-dire appréhendé en dehors de son contexte social et dont les logiques de l’action ne sont pas restituées dans leur environnement matériel. A l’inverse, au cours de nos enquêtes dans diverses communautés qui se sont mobilisées autour d’enjeux fonciers, nous avons adopté une approche ethnographique, sans renoncer à informer le regard ethnographique de documents d’archives, de données statistiques et d’entretiens.

Dans la présente communication, nous souhaitons défendre une démarche ethnographique, en insistant sur deux de ses apports à la compréhension des processus de mobilisations contestataires pour la terre dans les communautés mapuche. D’une part, l’approche ethnographique permet de dépasser les rationalisations, et leurs effets de façade, produites par les militants mapuches les plus aguerris pour rendre compte de leurs mobilisations, et ainsi identifier la constitution des collectifs protestataires, ce qui permet de répondre aux questions que ne résolvent pas les autres approches : pourquoi la mobilisation a-t-elle eu lieu à ce moment-là ? Et qui est-ce qui se mobilise ? D’autre part, la vie à la communauté permet de saisir de plus près la constitution des subjectivités à l’origine des mobilisations, c’est-à-dire les processus par lesquels les acteurs modifient leur perception de la réalité, de ce qui est pensable et possible, pour passer à l’action.

Finalement, on se demandera dans quelle mesure le caractère heuristique de l’approche ethnographique mobilisée sur ce terrain singulier, celui de communautés rurales autochtones, est valable pour la compréhension en générale des mobilisations contestataires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search