Miwon Seo

Biographie

Doctorante en sociologie à l’EHESS (Cadis et CRC), Miwon Seo travaille sur une thèse intitulée « La subjectivité des femmes atteintes d’un cancer du sein dans le monde associatif en Corée du Sud » sous la direction de M. Philippe Bataille et M. Alain Delissen. Elle est en outre bénéficiaire d’un contrat doctoral CEINCA13.

Résumé de l’intervention

La présente étude cherche à rendre compte des pratiques d’écriture et des dispositifs d’enquête en s’appuyant sur mon expérience de la traduction du coréen en français. Intéressée par les formes de subjectivité de femmes atteintes d’un cancer du sein, qui s’engagent ou non dans un mouvement associatif en Corée du Sud, je me focalise sur les sensations corporelles, notamment la douleur et les émotions qui s’expriment en même temps par les non-dits ou/et les gestuelles. Plus précisément, je démontrerai l’enjeu autour de la pratique ethnographique d’interprétation et de la méticulosité d’une langue, ainsi que les tensions qui apparaissent au croisement de la construction des connaissances en traductologie (traduction interlinguistique, intralinguistique et intersémiotique), de la construction identitaire de la chercheuse sur le terrain et dans le monde académique (afin de répondre à la question de « who translates ? »).

La plupart du temps, il s’agit de reprendre les mots tels qu’ils ont été dits par les enquêtées. Néanmoins, l’effort de rendre tangibles les émotions des enquêtées nécessite de recontextualiser leurs propos. Mais les sensations corporelles sont diverses : avec des accents, des intonations, ou des dialectes, qui ne peuvent jamais être traduits de façon complète. L’ethnographe doit alors mobiliser différentes ressources afin de pouvoir interpréter non seulement des textes – ici des paroles retranscrites – mais aussi, en réécoutant les entretiens à maintes reprises, des émotions qui ne sont perceptibles qu’à l’écoute (ou via des supports audiovisuels). L’objectif est, au final, de sélectionner dans la langue-cible la meilleure tonalité des paroles. Cet exercice est donc une épreuve puisqu’il restitue les variétés linguistiques de la langue d’origine et interroge les meilleures structures des traduction-textes.

Ce processus pose les questions suivantes : Est-ce que les sensations corporelles peuvent être traduites sans que les lecteurs soient familiers de la culture ? Dans quelle mesure un lecteur francophone peut-il comprendre les mots utilisés par les informateurs/mes enquêtées ? Faut-il ou non changer la structure des phrases pour mieux accompagner les lecteurs vers une meilleure compréhension, quitte à trahir l’ordre de l’énoncé dans la langue d’origine (du contenu) ? Ou bien est-ce la description complémentaire qui remplit une lacune dans des paroles retranscrites au plus près de l’énonciation originelle ?

Mon objectif est enfin de rendre compte des oscillations entre pratiques de gestion des complexités de double casquette de l’ethnographe-traductrice et la structuration de l’éthique sans règles ni supports de travail bien construits, afin de parvenir à une meilleure traduction des textes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search