MOACIR PALMEIRA

Les chemins de l’imprévu : les anthropologues face à la politique (Caminhos imprevistos : antropólogos diante da política)

14 OCTOBRE 2015: 17h30 – 19h30

Amphithéâtre

palmeiraMoacir Gracindo Soares Palmeira, Docteur en sociologie de l’Université Paris-Descartes (1971), est professeur titulaire à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro et chercheur au Conseil National de Recherches Scientifiques et Technologiques (CNPq). Actuellement, il est invité de la chaire internationale Tepsis et de l’Atelier “Personnalisation du lien politique”.

Depuis 1970, il enseigne dans le Programme doctoral d’anthropologie sociale du Musée national de Rio de Janeiro (UFRJ). Il a été conseiller au sein de la Confédération nationale des Travailleurs Agricoles (CONTAG) entre 1978 et 1989, et directeur des Ressources foncières à l’Institut National de la Colonisation et de la Réforme Agricole (INCRA) (juillet 1985-juillet 1986). Entre 1970 et 1980, ses recherches ont été consacrées à l’étude des transformations contemporaines des plantations de canne à sucre situées dans la région du nord-est du Brésil, et à la mobilisation des paysans après le coup d’état militaire de 1964. Au début des années 2000, il a mené, en compagnie d’autres chercheurs, une vaste recherche sur les territoires de la réforme agricole brésilienne, dont résulte le livre intitulé Impactos dos Assentamentos : um estudo sobre o meio rural brasileiro, Unesp/Nead, Brasília, 2004 [“L’impact des colonies: une étude sur l’espace rural brésilien”]. Actuellement, il co-dirige le projet « Mémoires Paysannes » qui vise à recueillir des enregistrements visuels et sonores des leaders et des militants des luttes paysannes antérieures à l’année 1964 et de la période de la résistance face au régime militaire. Il est par ailleurs l’un des responsables du projet « Société et économie de l’agronégoce (ou agrobusiness) », une tentative pour rendre compte de l’ensemble des positions et des oppositions sociales pouvant expliquer ce qui a permis à l’« agronégoce » de devenir ce qu’il est aujourd’hui. Depuis la fin des années 1980, Moacir Palmeira s’est principalement consacré à l’étude de la politique dans une perspective anthropologique. Entre 1998 et 2005, il a dirigé le projet intitulé « Une anthropologie de la politique : rituels, représentations et violence », rassemblant des chercheurs de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), l’Université Fédérale du Ceará (UFC) et l’Université de Brasília (UnB). Dans ce cadre, il a dirigé avec César Barreira (UFC) l’ouvrage Política no Brasil: visões de antropólogos, Relume-Dumará/NuAP, Rio de Janeiro, 2006 [« Politique au Brésil : visions d’anthropologues »], et a publié avec Beatriz Heredia les ouvrages suivants : Política Ambígua, Relume-Dumará/NuAP, 2010 [« Politique Ambiguë »] et Política, Governo e Participação Popular, 7 Letras, Rio de Janeiro, 2012 [« Politique, gouvernement et participation populaire »].

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.