Atelier 6 – Observer, décrire et enregistrer les techniques du corps

4 octobre de 14h00 à 17h00. Salle 8. 

Co-organisateurs.trices de l’atelier : Marjolaine Martin (EHESS-Centre Norbert Elias) – marjolaine.martin@ehess.fr ; Pierre Mettra (EHESS-Centre Norbert Elias) – pierre.mettra@hotmail.fr ; Ines Pasqueron de Fommervault (AMU-IMAF) – ines0602@hotmail.fr

Discutant.e : Baptiste Buob (LESC, CNRS)

 

Intervenant.e.s 

  • Doris Buu-Sao et Cécile Lavergne (CERI, Sciences Po – ESPHIN, Université de Namur) : Ethnographier le corps apprenant dans la capoeira. Participation observante et ethnographie en tandem.
  • Victoria Chantseva (EXPERICE, Paris 13) : Regard gêné sur les fonctions du corps. Retour sur l’expérience de l’enquête autour de la « propreté » des enfants.
  • Alice Fromonteil (CREDO, AMU) : Des gestes narratifs aux gestes manqués. Étude des pratiques narratives à l’Uvea (Wallis, Polynésie occidentale).

 

Argumentaire :

Objet à part entière de l’anthropologie, les techniques du corps suscitent un intérêt traversant plusieurs disciplines, de la sociologie à l’éthologie en passant par la linguistique. Comme dans tout questionnement méthodologique, il est essentiel de clarifier les objectifs de l’enregistrement. Transmission, apprentissage, performativité, efficacité sont autant d’angles d’approches envisageables. Comment enregistrer ces corps en mouvement, en contexte, autrement que par les mots ?

Une technique qui se donne à voir, comme la dinanderie (Buob, 2009) et le tissage (Smolderen et Miguet, 2014), ou à entendre, comme le chant ou les pratiques instrumentales (Estival, 1993), vont nécessairement invoquer des outils d’enregistrement différents. Certaines techniques relèvent d’un apprentissage formel. Dans le cas du sport de haut-niveau, par exemple, les acteurs du terrain développent et sollicitent des outils d’enregistrement et d’analyse de leurs techniques. C’est ainsi que l’anthropologue Julien Clément (2014) utilise des logiciels d’analyse vidéo développés pour les professionnels du monde du rugby, en élaborant un usage adapté à ses propres données recueillies à Samoa. Dans son ethnographie de l’apprentissage de la mêlée au Pôle France rugby, Marjolaine Martin (2017) filme, quant à elle, les exercices et les interactions avec le simulateur de mêlée. Les images que produit ce dernier offrent alors à l’ethnographe l’accès à de nouveaux points de vue.

D’autres techniques du corps, dont le caractère social et culturel a été masqué sous prétexte de leur innéité, voire de la mécanicité de ces « gestes », se réfèrent davantage à un apprentissage informel et parfois même inconscient, comme le rire. Dans ce cas il est important d’observer les contextes au cours desquels il se manifeste, qu’ils soient privés ou publics, quotidiens ou ritualisés, en utilisant des outils divers comme la vidéo ou le dessin qui semblent à même de retranscrire des ambiances. Rendre compte des manières de rire, c’est aussi peut-être décrire leurs caractéristiques physiques. Il s’agit alors d’analyser à une échelle microsociale des séquences fines de rire visant à mettre en relief les variations de leurs formes sonores et corporelles : attention sélective aux sons émis, rythme, intensité, expressions faciales, postures, etc. (2017). Pourquoi même ne pas envisager une ethnomusicologie qui retranscrirait les sons du rire sur une portée musicale ou un sonagramme (Beaudet, 1996) ?

Il existe une si grande variabilité de techniques corporelles qu’il apparaît difficile d’élaborer une méthodologie spécifique.

Comment choisir une technique d’enregistrement idoine à ce que l’on souhaite souligner? Comment les outils d’enregistrement modifient-ils la relation d’enquête ? Enregistrer implique-t-il de rompre avec l’observation participante ? Quelles formes de collaboration imaginer ? Comment se positionner par rapport à d’autres disciplines ayant investi le champ de l’étude du mouvement, en développant ses propres outils ? Dans quelle mesure est-il possible d’enregistrer des techniques a priori spontanées ? Comment enregistrer des pratiques qui relèvent de la sphère du privé, voire de l’intime ?

Nous essaierons de réfléchir ensemble aux conditions de possibilité de l’enregistrement des techniques du corps. L’enjeu est d’interroger collectivement et de façon empirique la manière dont chacun est confronté à ces problématiques afin ouvrir un dialogue interdisciplinaire.

Références

Beaudet J-M. (1996), « Rire. Un exemple d’Amazonie », L’Homme, n°140, pp.81-99.

Bouillon D., Guillerme A., Mille M. & Piernas G. (dir.) (2017), Gestes techniques, techniques du geste. Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Buob B. (2009), « Filmer, montrer, entendre des savoir-faire. Regards et écoutes croisés dans la médina de Fès », Ateliers du LESC, [En ligne], n°33, consulté le 15 mars 2018. URL : http://journals.openedition. org/ateliers/8206.

Clément J. (2014), Cultures physiques : le rugby de Samoa. Paris, Rue d’Ulm.

Estival J-P. (1993), « Quelques aspects des polyphonies instrumentales tule des Asurini du Moyen-Xingu », Cahiers de musiques traditionnelles, n°6, pp.163-179.

Martin M. (2017), « Joueurs, robot et vidéos : ethnographie de l’entraînement rugbystique de haut niveau », Techniques & Culture, n°62, pp. 230-251.

Mauss M. (2001), « Les techniques du corps », Sociologie et anthropologie. (1ère édition 1936), Paris, PUF, pp.365-386.

Pasqueron de Fommervault I. (2017), « Rire d’initiation », Techniques & Culture, n°62. pp.16-29.

Smolderen L. & Minguet R. (2013), « Un fil d’Ariane dans le Dendi ». Boulay S. & Gélard M-L (dir.)., « Vivre le sable ! Corps, matière et sociétés », Techniques & Culture n°61, pp. 304-317.