Observer, lire et compter en terrains judiciaires

Co-organisateurs.trices  de l’atelier

Tonya Tartour (Sciences Po Paris, CSO) – tonya.tartour@sciencespo.fr Hugo Wainsztok (EHESS-IRIS) – hugo.wainsztok@ehess.fr

 

 

Loin de se cantonner aux grands procès dans des espaces solennels, faire l’ethnographie des institutions judiciaires suppose de se transporter dans des lieux variés où s’organisent d’une part la rencontre entre des justiciables et des professionnel·le·s du droit (greffes, bureaux des juges, salles d’audience, parfois foraines), d’autre part des pratiques de travail plus ou moins bureaucratiques. Pour l’ethnographe, la coprésence des acteur·rice·s, le rôle conféré à la parole, mais aussi le poids des écrits constituent autant de points d’entrée pour appréhender la complexité empirique des affaires judiciaires, comme des pratiques professionnelles. Sa restitution suppose de l’ethnographe qu’il ou elle fasse preuve d’imagination dans l’enquête. Cet atelier propose de s’intéresser à des sources empiriques dont l’usage est peu routinisé en ethnographie : la saisie et la lecture de sources écrites produites dans les institutions judiciaires et la quantification de certains aspects des observations ethnographiques. Le recueil et l’usage de ces différents types de matériaux permettent de construire un nouveau point de vue sur un terrain familier et de saisir autrement les modalités de l’organisation d’un travail, les éventuelles variations de pratiques des professionnel·le·s du droit, l’appropriation de l’appareil judiciaire par les justiciables ainsi que la portée matérielle et symbolique des affaires traitées.

En partant d’un intérêt renouvelé chez les chercheur·e·s pour l’ethnographie des institutions judiciaires, cet atelier sera l’occasion d’inviter des doctorant·e·s à interroger à nouveaux frais les manières dont l’ethnographie peut se saisir de sources écrites qui circulent sur le terrain judiciaire (Axe 1) et l’apport de la quantification dans les observations du terrain (Axe 2).

Axe 1 – Ethnographie des sources écrites dans les institutions judiciaires. Cet axe vise à discuter et renouveler l’usage des sources écrites en ethnographie, qu’elles soient produites sous le regard de l’ethnographe qui s’intéresse aux pratiques d’écriture (Fraenkel, 2007 ; Denis, Pontille, 2013), ou bien, dans le cas d’archives ou de littérature grise, rendues accessibles grâce à sa présence prolongée sur le terrain (Parasie, 2008). L’ethnographie des espaces judiciaires nous confronte à des pratiques d’acteurs continuellement entourées, voire outillées par une profusion d’écrits. Ils sont de ces lieux professionnels qui se révèlent particulièrement opaques à l’enquêteur du fait du caractère central de la dimension écrite dans le travail. Le métier de greffier·e en fournit un exemple éminent (organisation des pièces au dossier, retranscription des débats lors de l’audience, création du numéro de RG1, etc.). Il apparait judicieux pour l’enquêteur·rice de se saisir du produit de cette activité pour la décrire. Nous souhaitons soumettre à la discussion l’articulation entre observations d’une part et recueil, lecture et analyse de sources écrites d’autre part.

Axe 2 – La quantification en ethnographie, comme outil d’objectivation. La quantification ethnographique (voir Peneff, 1995 ; Gros, 2017) désigne autant les pratiques de recueil des données que le moment de leur analyse. Il s’agit d’une part, lors de la prise de note, d’être attentif·ve à la répétition d’actions et de situations : en audience par exemple, on peut compter le nombre d’affaires traitées, le temps passé par dossier, ou encore la répartition des requérant·e·s par profil à la manière du Collectif Onze (2013). Lors de l’analyse du matériau, cette précaution systématique permet de faire ressortir les régularités des caractéristiques sociales, des pratiques de jugement, ou bien des catégories utilisées par les acteur·rice·s. Aux États-Unis notamment, c’est par la quantification des résultats d’ethnographie que les chercheur·e·s en sciences sociales ont donné naissance aux sentencingstudies qui recherchent la régularité dans les pratiques de jugement en justice et à travers elles les représentations sociales des acteur·rice·s et de l’appareil judiciaire. Nous invitons les contributeur·rice·s à, d’une part, présenter des résultats d’enquêtes produits grâce à cette méthode et d’autre part, à interroger leur matériau de terrain déjà collecté à l’aune de ce principe.

Références

Collectif Onze. (2013), Au tribunal des couples. Enquête sur des affaires familiales, Paris, Odile Jacob.

Denis J. & Pontille D. (2013), « Ficelles pour une ethnographie de l’écrit » in Datchary C. Petit précis de méthodologie. Le sens du détail dans les sciences sociales, Lormont, Le bord de l’eau, pp.17-30.

Fraenkel B. (2007), Actes d’écriture : quand écrire c’est faire. Langage et société, n°3, pp. 101-112

Gros J. (2017), « Quantifier en ethnographe : Sur les enjeux d’une émancipation de la représentativité statistique ». Genèses, n°108, 3, pp.129-147.

Parasie S., (2008), « Une poule devant un couteau ? Un ethnographe plongé dans des archives juridiques : Règle spécifiée », Droit et société, n°69-70, pp.363-379.

Peneff J. (1995), « Mesure et contrôle des observations dans le travail de terrain », Sociétés contemporaines, n°21, pp.119-138.