Pauline Blum et Samuel Neuberg

Biographie

Pauline Blum est doctorante en sociologie à l’École normale supérieure, rattachée au Centre Maurice Halbwachs (EHESS-ENS-CNRS), ATER à l’université Paris V et membre de la Chaire CNSA « Handicap psychique et décision pour autrui » (ENS-EHSP) dirigée par Florence Weber. Elle prépare une thèse sur les prises en charge professionnelle et familiale des personnes jeunes, dont les difficultés émergent à l’adolescence, qui relèvent du soin psychiatrique, sous la direction de Florence Weber.

Samuel Neuberg est doctorant en sociologie à l’Ecole Normale Supérieure, rattaché au Centre Maurice Halbwachs (EHESS-ENS-CNRS), et membre de la Chaire CNSA « Handicap psychique et décision pour autrui » (ENS-EHESP) dirigée par Florence Weber. Il travaille actuellement sur la relation d’accompagnement social et son usage dans les reconfigurations contemporaines des politiques d’insertion.

Résumé de la proposition

« Il y a des centaines de façons de rien faire de sa journée ». Aides à la survie et temps longs des prises en charge 

La déconstruction progressive de  « l’Etat social » (Castel 1999) à partir de la fin des années 1970 a profondément bouleversé le rapport au temps des politiques publiques de prise en charge de la déviance, au sens le plus général du terme – c’est-à-dire caractérisée par des « éloignements» des marchés de l’école et du travail, et potentiellement de la famille, pour des raisons sanitaires et/ou sociales -, et plus largement les pratiques d’accompagnement des intervenants professionnels et familiaux, en institution et/ou à domicile.

Les transformations récentes de l’intervention publique dans les secteurs de l’insertion professionnelle, de la prise en charge du handicap et des maladies chroniques ont conduit, en première analyse, à une réduction de l’emprise temporelle des dispositifs institutionnels. Cette intervention s’est éloignée du modèle de l’ « institution totale » (Goffman 1979) comme l’illustre la prise en charge des malades mentaux: la puissance publique tend à limiter l’hospitalisation et le placement en institutions aux cas qui seraient les plus lourds, et y substitue la plupart du temps des formes d’accompagnement partiel au domicile, ou au sein d’un quasi-domicile, à l’encadrement institutionnel comparativement plus léger. Toutefois, dans un contexte de crise du système de protections sociales – politiques de réduction des coûts, injonctions aux économies dans les services publics -, de valorisation du maintien des personnes dans leur lieu de vie, le contrôle du temps par les différents acteurs y revêt toujours une importance décisive : loin des logiques « disciplinaires » classiques (Foucault 1975), il s’exerce aujourd’hui d’une façon fondamentalement discontinue et bornée.

D’une part, les pressions à limitation des budgets « sociaux », « médico-sociaux », mais aussi « sanitaires » sont doublées d’une critique idéologique, mais aussi pratique, par les acteurs de terrain, des formes de prises en charge au terme indéfini : les « effets pervers » de l’ « assistanat », de l’ « aide » sont aujourd’hui pointés du doigt et posent la question de l’imprévisibilité de l’avenir des personnes prises en charge. La « quantité d’existence »  qu’il leur reste à vivre avec des aides est une donnée avec laquelle les intervenants doivent composer. Leur intervention est alors construite comme discontinue, dans le temps long : entre protection des individus à un instant t (et des personnes qui vivent avec au quotidien) et protection des trajectoires sur le temps long. La généralisation dans l’ensemble des champs médico-sociaux et sociaux enquêtés de la pratique de la signature d’un contrat, toujours à durée déterminée, lors de l’accueil d’une personne dans un dispositif quelconque incarne cette précarité de la prise en charge, presque toujours pensée comme une étape vers autre chose, et soumise à obligation de résultat.

D’autre part, comme précisé, la logique de rejet de l’enfermement a entraîné un transfert de l’aide professionnelle en institution vers l’aide à domicile. La prise en charge quotidienne des personnes en question est confiée à des intervenants de 1ere ligne – membres de la famille, moniteurs d’ESAT, assistants sociaux, éducateurs spécialisés, infirmiers à domicile – qui peuvent alors faire l’épreuve de pratiques et usages différenciés, divergents voire concurrents de la temporalité. Ainsi, alors que la manie peut être un état souhaité et valorisé car en lien avec des objectifs de haute productivité (Martin, 2012), l’état de « mort sociale » dans lequel peuvent se retrouver des personnes sans emploi, l’ « inversion du rythme de vie » chez des personnes vivant sous le diagnostic de schizophrénie sont autant de pratiques disqualifiées et discréditantes et dont les répercussions sur le quotidien des proches peuvent être préjudiciables.

Ainsi, nous analysons ces transformations à la lumière de plusieurs enquêtes ethnographiques menées sur des terrains hétérogènes mais complémentaires : les services d’un conseil général chargés de « l’insertion sociale » des bénéficiaires du RSA (Revenu de solidarité active) ainsi que ses associations « partenaires » (2007-2011), un ESAT de banlieue parisienne (2013-2014), un Samsah (service d’accompagnement médico-social) chargé de l’accompagnement des personnes jeunes (18- 25 ans) en situation de handicap psychique (2013-2014), un programme d’éducation thérapeutique à l’intention de familles dont l’un des proches est diagnostiqué schizophrène (2013-2014). A partir de ces matériaux, nous entendons montrer qu’apparaît une configuration relativement nouvelle des production et usage du temps dans la prise en charge des déviances. En fait, cette inscription discontinue dans le temps est le support, la condition de possibilité, de la mise en œuvre d’autres « tactiques » institutionnelles, fondées sur l’observation des « préférences » des personnes accompagnées, et sur la construction d’incitations appropriées à la normalisation de leur comportement (Foucault, 2004) – incitations qui doivent converger, au moins en partie, avec les intérêts des personnes qui les côtoient au quotidien.

Castel R., Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Gallimard, 1999.

Debordeaux D., Strobel P. (dir.), 2002, Les solidarités familiales en question. Entraide et transmission, Paris, LGDJ.

Foucault M., Surveiller et punir, Gallimard, 1975.

Foucault M., La Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France (1978-1979), Hautes Études, 2004.

Goffman E., Asiles, Ed. De Minuit, 1979 (1961).

Martin E. 2012, Voyages en terres bipolaires/ Manies et dépressions dans la culture américaine, Paris, Editions Rue d’Ulm.

Weber F., 2011, Handicap et dépendance. Drames humains, enjeux politiques, Paris, Editions Rue d’Ulm.

Mots-clefs : Politiques publiques, accompagnement, déviance, rapports au temps, ethnographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search