Résumés (atelier 12)

L’outil caméra dans la relation d’enquête : une ethnographie des carrières de musicien.ne.s et leur perception par les membres de l’entourage

par Frédérique Leresche (National Centers of Competence in Research, NCCR LIVES, Université de Lausanne)

Entre 2012 et 2014, j’ai mené une recherche sur les carrières de musicien.ne.s en Suisse et leur perception par les membres de l’entourage, en tentant de comprendre les contradictions structurant les représentations du métier de musicien.ne et leurs incidences sur la pratique musicale. Si la caméra est intervenue relativement tôt dans le processus de recherche, d’abord comme complément au carnet de note, cet outil s’est rapidement révélé être un support essentiel à ma relation d’enquête. Dans cette communication, je propose de réfléchir à l’outil caméra comme vecteur relationnel.

1) En réfléchissant à la reconfiguration des rapports hiérarchiques entre enquêté.e.s et ethnographe lorsque la détentrice de l’outil caméra est une femme dans un terrain largement dominé par les hommes, et où une grande partie des interactions se fonde sur des discussions techniques autour des instruments de musique respectifs.

2) Ayant exercé le métier de comédienne pendant plus de vingt ans, je connaissais une partie des personnes peuplant mon terrain. Nous verrons comment la relation d’enquête se joue, en particulier au moment de la prise de vue, et dans quelle mesure elle se configure ou reconfigure.

3) Finalement, en réfléchissant à la dimension de la restitution, et plus particulièrement ici au processus de don/contre don arrangé avec mes enquêté.e.s.

————————————————————————————-

Image, argent et sorcellerie à Huautla de Jiménez : une expérience d’anthropologie par l’image au Mexique 

par Marcos Garcia de Teresa (Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les enjeux Sociaux, IRIS-EHESS)

 Cette présentation portera sur l’usage de la caméra vidéo dans une enquête anthropologique sur les chamanes dans le village de Huautla au Mexique. Dans ce village la participation à des documentaires a permis à certains chamanes d’acquérir du prestige et d’attirer plus de clients. À la recherche de cette publicité certains de mes interlocuteurs se prêtaient volontiers à être filmés, tandis que d’autres exigeaient de la discrétion par rapport à la diffusion de ces images par crainte qu’elles soient utilisées comme outils de sorcellerie. Je montrerai comment s’entremêlent les relations d’enquête avec la production des images sur le terrain. La vidéo permet d’atteindre un plus grand public que les textes, cependant cette visibilité rend plus identifiables, et donc plus vulnérables, les participants à l’enquête. Une fois les images produites et diffusées, elles sont réinterprétées et réutilisées par les personnes concernées. La vidéo peut alors acquérir plusieurs formes : souvenir intime à regarder en famille, image à publiciser au monde entier, objet marchand, outil de sorcellerie ou matériel d’analyse pour un anthropologue.

————————————————————————————-

Filmer pour observer les actions protestataires à Moscou

par Perrine Poupin (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre européen, CERCEC et CEMS-EHESS)

Cette communication repose sur les enseignements d’une enquête filmique réalisée entre 2008 et 2011 sur des rassemblements de rue organisés par des coalitions protestataires à Moscou. Il s’agira de présenter cette pratique filmique et de réfléchir à cette expérience relationnelle singulière qu’est la relation documentaire. À une époque où la majorité des actions de rue sont filmées, l’exercice de reconnaissance mutuelle qu’est l’utilisation de la caméra et l’acceptation de sa présence donnent un accès multi-situé et forgé par l’épreuve non seulement aux différentes configurations de pratiques et de sens de l’être ensemble en manifestation, mais également à des enjeux et des rapports de pouvoir entre les participants. Dans un premier temps, j’analyserai le moment de la prise de vue, son contexte et ma stratégie de recherche en tant que filmeur dans les situations observées. Ensuite, je dirai ce que la prise de vue est susceptible de faire à la relation vécue du chercheur avec son terrain. Ce sera l’occasion de montrer une interaction filmée et d’en tirer quelques fils analytiques. Enfin, cette pratique filmique m’a permis d’alimenter une analyse que je présenterai sur les images produites et diffusées par les militants et leurs réceptions en ligne par les internautes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search