Résumés (atelier 6)

Analyser les critères de jugement des batteries d’école de samba au carnaval de Rio de Janeiro : dépasser la posture de participation observante

par Antoinette Kuijlaars (Centre Max Weber, Université Lyon 2)

Le défilé des écoles de samba constitue un concours noté par des jurés qui doivent ensuite justifier leurs évaluations. La tension entre leurs critères, relevant des « formes sociales scripturales » (Lahire), et les pratiques des percussionnistes inscrites dans des « formes sociales orales » (Lahire) génère une incompréhension entre ces deux groupes. Socialisée au sein des baterias, entre autres dans une perspective de participation observante, j’avais intégré la représentation indigène des percussionnistes envers les jurés, dans son aspect dual, ce qui m’empêchait d’analyser la complexité de ce système de relations symboliques. J’ai longtemps considéré que ce qui relevait de formes sociales scripturales était extérieur au champ des écoles de samba. Des opportunités de terrain m’ont permis de faire des entretiens avec des jurés, relativisant et « dé-dualisant » leur activité, tandis que la poursuite des entretiens avec les percussionnistes permettait de rendre compte de la diversité de leur appréhension des notes selon leur position dans le champ. Après la prise de distance avec le terrain, le travail des matériaux recueillis m’a fait conclure que la structure même du champ est constituée par la contradiction de normes relevant de formes sociales scripturales et orales.

————————————————————————————-

Ethnographie de la pratique du rap et de la danse hip-hop dans des quartiers populaires : spécificités et enjeux méthodologiques

par Louis Jesu (Centre Maurice Halbwachs, ENS-EHESS et Laboratoire lorrain de sciences sociales, Université de Lorraine)

Cette communication repose sur une enquête menée dans le cadre d’une thèse de sociologie portant sur les activités et les acteurs de deux associations spécialisées dans deux disciplines du hip-hop –  le rap et la danse hip-hop – implantées dans des quartiers populaires de la « petite couronne » de la région parisienne. Il s’agit d’interroger les spécificités d’une l’enquête ethnographique portant sur des activités d’ordre culturel dans ces espaces locaux. On montrera d’abord que l’observation et l’analyse des modalités concrètes de production des œuvres dans ce contexte socio-territorial suppose de parvenir à gommer la distance sociale avec les enquêtés par des procédés langagiers, comportementaux et vestimentaires, et d’acquérir des compétences techniques spécifiques à ces disciplines. On évoquera ensuite la difficulté à exercer correctement son rôle d’ethnographe dans des situations de conflits et de concurrence que se livrent les acteurs dans des « configurations locales » de création artistique pour l’accès à des biens matériels ou symboliques. Deux situations tirées de mes enquêtes de terrain seront présentées, et je restituerai pour chacune d’entre elles les réactions que j’ai adoptées, leurs avantages et leurs inconvénients.

————————————————————————————-

Concert ou rituel ? Enquête sur une création musicale autour du soufisme (Festival de l’Imaginaire 2008)

par Talia Bachir-Loopuyt (Centre Georg Simmel, EHESS et Université de Saint-Etienne)

Alors que les « musiques du monde » ont été, non sans raison, considérées surtout sous l’angle d’une décontextualisation par rapport à leur(s) contexte(s) d’origine, je me suis penchée dans mes enquêtes passées sur des festivals et concerts de musiques du monde envisagés comme des relocalisations permettant d’éclairer divers aspects des sociétés française et allemande. Cette communication se penche sur un de ces aspects, le statut des objets religieux dans la culture publique, en partant d’un cas : une création musicale  intitulée « Je t’aime de deux amours » qui réunissait des musiciens de Syrie et de Turquie autour d’un répertoire poétique et musical rattaché au « soufisme » et dont j’ai suivi le processus de fabrique ainsi que les premiers concerts (Festival de l’Imaginaire 2008, Paris). Comment appréhender le contexte d’un tel concert, à quelles échelles, de quels points de vue ? Dans quelle mesure la prise en compte de ces spécificités contextuelles est-elle compatible avec une « montée en généralité » ?  Que peut nous apprendre cette enquête sur le statut des référents religieux dans un festival de musiques du monde ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search