Résumés (atelier 8)

Saisir les émotions au travail. Une ethnographie des émotions dans un salon de coiffure

par Diane Desprat (Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société, IDHES, CNRS–Université Paris Ouest La Défense)

Cette communication vise à rendre compte de la manière dont le rapport au terrain a orienté mon objet de recherche sur un aspect encore trop rarement analysé, les émotions. Menant une thèse sur les coiffeurs, j’ai eu la possibilité d’effectuer des observations participantes dans plusieurs salons de coiffure en tant que stagiaire. J’ai ainsi pu observer la façon dont les émotions faisaient partie intégrante du métier et comment des propriétés telles que le genre, la position hiérarchique ou encore l’organisation du travail impactaient ce travail émotionnel à l’œuvre dans la relation coiffeur-client.

————————————————————————————-

La charge que représente le fait de “loger sur place” : reconnaissances et méconnaissances des contraintes qui pèsent sur les gardiens d’immeuble en habitat social

par Lucie Bonnet (Centre Georg Simmel, EHESS)

À partir d’une enquête réalisée auprès de gardiens d’immeuble en habitat social, cette communication traite des contraintes et des exigences liées au fait de « loger sur place ». Nous décrirons d’abord comment celles-ci sont constituées en tant que problème au sein des trois organismes étudiés. En effet, dans le cadre de réorganisations plus larges, les directions des ces organismes entendent donner à ces gardiens les moyens de faire face aux tensions associées à la proximité directe des locataires. Des gardiens, contestant la manière dont leur travail est évalué, vont aussi problématiser ces tensions, en les rapportant à des problèmes sociaux faisant autorité. Dans chacun des cas, nous nous attacherons à comprendre en quoi le recours à l’ethnographie permet de rendre sensible ce qui pèse sur ces gardiens, mais aussi ce qui peut être méconnu à travers les mises en valeur publique de cette charge.

————————————————————————————-

Le rapport des soldats à leur travail : l’ethnographie au service d’une sociologie du métier de militaire

par Mathias Thura (Centre Maurice Halbwachs, EHESS)

Depuis la suspension du service militaire en 2001, les armées françaises sont désormais re-professionnalisées. Elles ne sont plus constituées de conscrits qui y paient une forme d’impôt sur le temps mais de jeunes hommes et femmes qui s’engagent de leur propre initiative pour une durée déterminée. Alors que la sociologie militaire s’est concentrée à analyser les effets de la suspension du service national sur le recrutement et sur le fonctionnement de l’institution, très peu d’études ont été consacrées au travail concret de ces nouveaux « professionnels » que sont les soldats, tant et si bien que leur métier et les conditions d’effectuation de ce dernier demeurent largement méconnus.

À partir d’une enquête par observation directe, je voudrais apporter quelques éclairages sur le travail des soldats professionnels dans un régiment de combat. L’ethnographie servira de point d’appui à l’exploration de ce qui constitue le quotidien du métier de militaire et de la condition de soldat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search