Atelier 4 – Saisir la mobilité professionnelle à partir de l’ethnographie

4 octobre de 14h00 à 17h00. Salle 2.

Co-organisateurs.trices de l’atelier : Paul Lehner (Université Paris Nanterre,ISP ) – paullehner2@yahoo.fr ; Jean-Baptiste Paranthoën (EHESS-CRH, INRA-CESAER) – jb.paranthoen@ehess.fr

 

Discutant.e : Cédric Hugrée (Crespa -CSU)

Intervenant.e.s :

    • Élie Guéraut (Cerlis, Paris Descartes – CESAER, INRA) : Une ascension sociale contrariée. Des enfants du « haut » de la démocratisation scolaire dans une ville moyenne en déclin.
    • Séverine Misset (CENS, Université Nantes) : Les apports d’une enquête par monographies de ménages pour analyser les petites mobilités professionnelles en milieux populaires.
  • Lucas Tranchant (LSQ CREST, EHESS – CESAER, INRA) : Ethnographier la mobilité professionnelle des classes populaires. Le cas de l’intérim dans le secteur logistique.

Argumentaire :

L’étude de la mobilité sociale, objet canonique des sciences sociales, connait un renouvellement depuis quelques années (Pasquali, Pagis, 2016). Ce retour a surtout concerné les mobilités intergénérationnelles qui concernent l’écart entre la position héritée et la position acquise. Pourtant, l’apparition d’un chômage de masse a profondément bouleversé le déroulement des carrières professionnelles tandis que les changements de position au cours de la vie sont en constante augmentation. La mobilité professionnelle qui recouvre les changements que connait un individu par rapport à l’emploi progresse indépendamment des fluctuations conjoncturelles (Germe, Monchatre, Pottier, 2002).

Sous l’effet d’une technicisation grandissante de l’appareil statistique, une déconnexion s’est opérée entre les chercheurs travaillant sur la mobilité sociale et ceux qui s’intéressent à la mobilité professionnelle (Monso, Thévenot, 2010). Ce grand partage s’adosse aux clivages disciplinaires et méthodologiques (Coutrot, Dubar, 1992) de sorte que la mobilité intragénérationnelle cantonnée au domaine professionnel est surtout appréhendée à partir des données statistiques par les économistes (Duhautoiset al, 2012). Contrairement aux mobilités sociales, celles poursuivies par un même individu au cours de sa vie active restent encore peu investies par des enquêtes de terrain. L’objectif de cet atelier vise précisément à combler ce manque en questionnant les apports de l’approche ethnographique de la mobilité professionnelle et sa complémentarité avec les autres méthodes d’enquête. Comment observer concrètement ces formes de mobilité dans une perspective processuelle et sur quelles scènes sociales ? Quel sens leur donner sans se fier aux seuls discours rétrospectifs ? On sait par exemple que la restitution des parcours professionnels aux amplitudes très importantes est souvent tributaire des logiques de mise en récit des conversions (Berger, Luckmann, 2006). Comment l’ethnographie permet-elle d’analyser leur articulation avec les autres sphères de vie et leurs conditions de possibilité ?

Pour répondre à ces questions, les communications qui s’appuieront sur une pratique rigoureuse de l’ethnographie pourront s’orienter autour de trois perspectives.

Etudier la mobilité professionnelle à partir des outils ethnographiques permettra d’interroger à nouveau frais les niveaux d’agrégation mobilisés dans les enquêtes statistiques (Hugrée, 2017), de décentrer le regard vers les trajectoires habituellement saisies sous l’angle du déclassement et vers des formes de mobilités de plus faibles amplitudes (Jonsson et al, 2009).

Parce qu’elle permet de rendre compte de l’interdépendance des mondes sociaux, l’analyse localisée pourra rendre compte des conséquences biographiques du passage de frontières entre groupes professionnels, lequel n’implique pas mécaniquement une clôture avec le milieu d’origine ni même une adhésion automatique à celui d’arrivée mais des « accommodements » qui rendent les mobilités acceptables (Memmi, 1996).

Alors que de nombreuses enquêtes de terrain se concentrent sur la place de l’école et de l’enseignement supérieur pour rendre compte de la reproduction de l’ordre social, les communications pourront analyser les nombreuses médiations institutionnelles qui rendent (im)possibles les déplacements professionnels. Dans le sillage de monographies d’entreprise, il s’agira par exemple de lier les politiques de gestion des ressources humaines avec les stratégies de mobilité des salariés (Vezinat, 2011).

Références

Berger P. & Luckmann T. (2006), La construction sociale de la réalité. Paris, Armand Colin.

Coutrot L., & Dubar C. (dir.) (1992), Cheminements professionnels et mobilités sociales, Paris, La Documentation française.

Duhautois R., Petit H., & Remillon D. (2012), La mobilité professionnelle, Paris, La Découverte, Collection Repères.

Germe J.F., Monchatre C. & Pottier F. (2002), Les mobilités professionnelles : de l’instabilité dans l’emploi à la gestion des trajectoires, Paris, La Documentation française.

Hugree C. (2016), « Les sciences sociales face à la mobilité sociale. Les enjeux d’une démesure statistique des déplacements sociaux entre générations », Politix, n°114, pp.47-72.

Jonsson J.O., Gruskky D.B., Di Carlo M., Pollak R. & Brinton M.C. (2009), « Microclassmobility: social reproduction in four countries », American Journal of Sociology, n°114, 4, pp.977-1036.

Memmi D. (1996), « Les déplacés. Travail sur soi et ascension sociale : la promotion littéraire de Jules Romains », Genèses, vol. 24, n°1, p. 57-80.

Monso O. &Thevenot L. (2010), « Les questionnements sur la société française pendant quarante ans d’enquêtes Formation et Qualification Professionnelle », Economie et statistique, n°431-432, pp.13-36.

Pagis J. & Pasquali P. (2016), « Observer les mobilités sociales en train de se faire. Micro-contextes, expériences vécues et incidences socio-politiques », Politix, n°114, pp.7-20.

Vezinat N. (2011), « Fonctionnaires et contractuels en ascension : les conseillers financiers et les recompositions de la mobilité à La Poste », Travail et Emploi, n°128, pp.41-54.