Samuel Coavoux

Biographie

Samuel Coavoux est doctorant en sociologie (ENS Lyon, Centre Max Weber) et ATER (Département de sciences sociales, ENS). Ses recherches portent sur la réception des objets culturels, des jeux vidéo à l’art classique. Il étudie en particulier les rapports faiblement engagés à la culture et les effets interactionnels de la légitimité culturelle.

Résumé de la proposition

Le temps d’un regard. Saisir la réception muséale comme une séquence d’action

Les études du public des musées font souvent usage du temps passé devant un objet pour mesurer l’intensité de l’attention porté par les visiteurs (Passeron et Pedler, 1991). Une méthodologie entière, le timing and tracking, ou suivi chronométré de visiteurs, repose sur ce fondement (Yalowitz et Bronnenkant, 2009). Paradoxalement, ces études disposent de données séquentielles détaillées, des suites ordonnées de coordonnées spatio-temporelles, mais produisent des analyses qui ne tiennent pas compte de la temporalité de l’activité de visite. La visite n’est pas étudiée comme une succession ordonnée d’activités, et le temps est réduit à un indicateur économique : le montant de ressource que le visiteur est disposé à dépenser (Falk, 1982). Il est soit un coût, soit l’expression d’un vote, mais jamais une dimension de l’action sociale.

Cette communication s’appuie sur un article développant une critique théorique et méthodologique de cette littérature (Coavoux, 2015). J’avançais dans ce texte deux explications de l’oubli des temporalités dans les études de public : la perspective d’évaluation des expositions qui incite les chercheurs à transformer l’échelle de leur analyse en passant de données centrées sur les individus à des analyses centrées sur les objets exposés, d’une part, et la standardisation du timing and tracking d’autre part.

Je montre dans cette communication ce qu’une ethnographie sensible aux micro-temporalités de l’action permet d’apporter à notre appréhension de l’expérience de visite. Je m’appuie pour cela sur une enquête réalisée dans la section de peinture ancienne d’un important musée des beaux-arts de province, qui mobilisait observations et entretiens. Le regard porté à un tableau diffère selon l’approche qui lui est consacrée, différenciant des stratégies de visite plus ou moins sélectives (Véron et Levasseur, 1983), qui expliquent le fait apparemment paradoxal que les visiteurs les plus diplômés sont ceux qui ont le temps moyen de visite le moins important (Passeron et Pedler, 1991). L’alternance des regards entre cartel, dispositifs de médiation (dépliants, guides, etc.) et tableau éclaire l’importance de l’information à propos des œuvres dans l’expérience artistique.

Coavoux Samuel, 2015, « De la mesure du temps à l’analyse des séquences d’action. Dynamique de l’attention dans les études du public des Musées », Nouvelles perspectives en sciences sociales, vol. 10, n° 2, p. 237 271.

Falk John Howard, 1982, « The use of time as a measure of visitor behavior and exhibit effectiveness », Roundtable Reports, vol. 7, n° 4, p. 10 13.

Passeron Jean-Claude et Pedler Emmanuel, 1991, Le temps donné aux tableaux. Compte rendu d’une enquête au Musée Granet, Marseille, IMEREC.

Véron Eliséo et Levasseur Martine, 1983, Ethnographie de l’exposition. L’espace, le corps et le sens, Paris, Centre Georges Pompidou.

Yalowitz Steven S. et Bronnenkant Kerry, 2009, « Timing and Tracking. Unlocking Visitor Behavior », Visitor Studies, vol. 12, n° 1, p. 47 64.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search