Appel (atelier 8)

ATELIER : Le travail et ses à-côtés

7 novembre 2014 : 9h00-12h00

EHESS, Bât. France, 190 av de France, 75013 Paris, salle 640 (6ème  étage, noyau A)

Responsables

  • Fanny Girin
  • Julien Gros

Appel à communication

La sociologie française a longtemps décrit le travail à partir des classements liés aux rapports de production avant de prêter attention à son contenu[1]. L’ethnographie s’inscrit dans ce mouvement en donnant accès aux pratiques concrètes et aux points de vue des acteurs. En déplaçant le regard des mises en forme de l’encadrement vers ce qui est dit et fait dans des situations de travail, elle permet d’en restituer la complexité et d’en découvrir une cohérence parfois inattendue. L’enquêteur peut ainsi observer comment de multiples facteurs s’imbriquent pour positionner les acteurs dans le monde du travail : les catégories de l’organisation (postes, statuts d’emploi, entreprises etc.), des propriétés telles que le genre, l’âge, l’origine ou la position sociale, et des appartenances collectives extérieures au monde du travail (pouvant agir comme des ressources)[2]. Plus encore, les coopérations mises en œuvre ne se rapportent pas toujours directement à des objectifs institutionnalisés et s’appuient sur des normes qui leur sont propres[3]. Cela invite à analyser la production de collectifs de travail en y intégrant des éléments autrefois tenus pour marginaux.

En vue de cet atelier, nous attendons des contributions qui présentent comment l’immersion dans un monde du travail a permis de redéfinir les manières de l’appréhender. En quoi l’ethnographie permet-elle de comprendre et d’analyser le travail autrement ? Nous porterons une attention toute particulière aux contributions qui rendent compte des manières dont les matériaux ont été recueillis sur le terrain. Dans un jeu de distance et de proximité, l’enquêteur s’engage et collecte des données permettant de mettre en perspective ses observations et ses entretiens, éventuellement de manière historique. Il doit d’abord accéder à un monde parfois fermé par des enjeux de secret et obtenir des formes de confiance dans des milieux concurrentiels, transgressant des frontières sociales plus ou moins poreuses entre les acteurs. Il peut aussi avoir besoin de négocier une position d’apprenti pour comprendre le contenu de l’activité. Parallèlement, le monde du travail abonde de documents et le chercheur peut systématiser lui-même des données. Mais il lui faut se procurer ces matériaux et pouvoir les croiser. Les fichiers sur le personnel et les archives ne sont pas toujours accessibles et certaines caractéristiques sociales les plus élémentaires ne se disent pas forcément dans le travail. Cet atelier pourra être l’occasion de réfléchir sur la façon dont les propriétés sociales de l’enquêteur, les expériences qu’il a acquises au cours de sa trajectoire et les contingences de sa rencontre avec le terrain orientent sans cesse son parcours et la compréhension qu’il peut en avoir. Cette réflexion sera menée au coeur de la présentation de descriptions ethnographiques de situations de travail.


[1] Bidet Alexandra, 2006, « Le travail et sa sociologie au prisme de l’activité », in Alexandra

Bidet (dir.), Sociologie du travail et activité. Le travail en actes, nouveaux regards, Paris, Octarès.

[2] Fournier Pierre, Hatzfeld Nicolas, Lomba Cédric, Müller Séverin. 2008. « Etudier le travail en situation », in A-M. Arborio, Y. Cohen, P. Fournier, N. Hatzfeld, C. Lomba, S. Müller (dir.), Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, Paris, La Découverte.

[3] Roy Donald. 2006. « Coopération et conflit dans l’usine. Quelques observations et questions concernant la conceptualisation des relations entre groupes dans les structures sociales soumises à une organisation bureaucratique », in D. Roy, Un sociologue à l’usine. Textes essentiels pour la sociologie du travail, Paris, La Découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search