Atelier n° 4 : Approches langagières en ethnographie.

Lola Aubertin (CLESTHIA Langages, Systèmes, Discours-Université Sorbonne Nouvelle–Paris 3), Salomé́ Molina Torres (CLESTHIA Langages, Systèmes, Discours-Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 et Institut Convergences Migrations)

 

« One of my esteemed colleagues once suggested to me that an anthropological exploration of language is akin to studying the tail rather than the dog. […] Not surprisingly, I take the view, common in linguistic anthropology, that language is scarcely an epiphenomenon but rather one of the central terrains on which we construct our understanding of the world » (Heller, 2017 : 12). Dans cette citation, Monica Heller pointe une conception du langage assez courante en anthropologie selon laquelle le langage n’est qu’un épiphénomène de l’expérience humaine. En effet, s’il n’est pas exclu de l’expérience ethnographique, le langage est le plus souvent relégué au statut d’outil nécessaire pour l’observation, en s’appuyant sur une conception référentielle de la langue, qui ne ferait que représenter de manière transparente le monde (Boutet, 2016). Le langage est rarement thématisé et problématisé en lui-même, sinon par des approches en sociolinguistique, en anthropologie linguistique, en analyse de discours, etc.

Dans cet atelier, nous souhaiterions explorer l’articulation entre l’analyse des phénomènes langagiers et les méthodes ethnographiques. Par objet langagier, nous entendons non pas des langues, mais une « pratique sociale qui est à la fois déterminée par les situations et qui a des effets de transformation et d’action, qui est performative » (Ibid. p. 30). Sur nos terrains, nous rencontrons souvent des situations où la maitrise d’une langue ne suffit pas pour saisir les enjeux à l’œuvre. Nous pouvons en donner deux exemples, pour ouvrir la discussion.

Dans les discours institutionnels il est fréquent de rencontrer des keywords (Williams, 1976), termes dont le sens est construit par les différents acteurs qui les mettent en circulation, selon des intérêts et dans des contextes variés. Dans le cas de la Francophonie institutionnelle, le terme de « diversité linguistique » en est un bon exemple : il est utilisé à maintes reprises sans qu’il soit possible d’en donner une définition rigoureuse ; il agit comme un terme en lui-même vide de référence stable mais qui cristallise des enjeux sociaux mouvants.

Autre exemple : des militant·es colombien·nes ont organisé un rassemblement pour demander la fermeture d’un bar ouvert à Paris, qui rendait hommage à Pablo Escobar. Se présentant comme « victimes d’Escobar », iels essayaient d’expliquer en français aux clients pourquoi l’utilisation de l’image de ce personnage était offensante. La plupart des clients refusaient d’entendre les discours des militant·es au prétexte qu’aucune victime d’Escobar ne pourrait jamais se retrouver en France. Le partage d’un code linguistique n’était pas suffisant pour communiquer, du fait que la position même d’une partie des locuteurs n’était pas reconnue.

Dans cet atelier, nous inviterons des doctorant·es de toutes disciplines à réfléchir à des situations langagières particulières rencontrées sur les terrains.

  • Comment l’étude des pratiques linguistiques peut-elle informer et enrichir l’ethnographie ?
  • Comment croiser les méthodes ethnographiques et les méthodes développées en anthropologie linguistique et en sociolinguistique ?
  • Comment faire sens de différentes situations langagières rencontrées dans l’expérience ethnographique ?

 

Courriels : salomemolinat@gmail.com, lola.aubertin@sorbonne-nouvelle.fr

 

Bibliographie

BOUTET, J. (2016) Le pouvoir des mots. Paris : La Dispute.

HELLER, M. (2017) « Dr. Esperanto, or Anthropology as Alternative Worlds », American Anthropologist, vol. 119, p. 12-22.

HYMES, D. (1964) « Introduction : Toward Ethnographies of Communication », American Anthropologist, 6, 6, Part 2, p. 1-34.

KULICK, D. (2005) « The Importance of What Gets Left Out », Discourse Studies, vol. 7 (4-5), p. 615-624.

SCHIEFFELIN, B., WOOLARD, K. & P. KROSKRITY (1998) Language Ideologies : Practice and Theory. New York : Oxford University Press.

WILLIAMS, R. (1976) Keywords : A Vocabulary of Culture and Society. New York : Oxford University Press.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search