Atelier n° 9: ethnographie et engagement : enquêter en contexte (post)autoritaire

Stéphen Huard (ATER-EHESS, Centre Asie du Sud-Est, EHESS), Aude Franklin (Centre d’étude des mouvements sociaux, EHESS)

 

Si les nécessités de l’enquête nous obligent à « être là », la montée des autoritarismes à l’échelle mondiale, ainsi que la multiplication des contraintes pesant sur la production de connaissances (Aldrin et al. 2022) interrogent les modalités, voire la possibilité, de mener des enquêtes de terrain. Cet atelier vise à questionner les conditions de terrain en contexte (post)autoritaire et leurs effets sur l’enquête ethnographique. Ces contextes, comme en Chine depuis 2008, en Corée du Nord, en Russie, en Turquie, en Colombie ou encore en Birmanie, nous interrogent notamment sur la manière d’évaluer la nature et l’intensité des engagements observés dans la vie civique et politique. Comment mener à bien une enquête dans des régimes politiques qui réclament avant tout des gouvernés des manifestations apparentes d’obéissance et de consentement ? Comment des conjonctures politiques mouvantes et souvent violentes (transitions démocratiques, coups d’État, guerres, sorties de guerres) viennent redessiner les frontières des actions légitimes de la part des enquêtés et, partant, de l’enquêteur ? Quels sont dès lors les formes d’engagement du chercheur, les risques et responsabilités qui accompagnent de telles enquêtes ?

Pour aborder ces questions, nous proposons une réflexion collective autour de la notion d’engagement ethnographique (Cefaï et al., 2010). Cette réflexion portera en particulier sur les effets des contextes (post)autoritaires sur la (re)définition du sujet de recherche, sur les opérations d’observation et d’enregistrement menées par l’ethnographe ainsi que sur l’anticipation de la restitution et de la transmission des résultats auprès de divers publics. L’enjeu de cet atelier est d’interroger, à travers les situations et trajectoires d’enquête des participant.es, les effets à la fois de l’incertitude liée aux contextes politiques (post)autoritaires et de l’insertion de l’ethnographe dans des nœuds complexes de relations et d’enjeux. Parmi l’éventail d’opérations et de modes de recueil des données mobilisés sur le terrain, le travail ethnographique consiste en partie à s’engager dans de multiples relations et à prêter attention à ce qui définit les interactions en faisant émerger le contexte dans lequel elles prennent leur sens ainsi que le cadre pour qualifier les actions (Weber, 2009). Il s’agit alors de revenir sur les relations intersubjectives qui constituent l’enquête, et sur les engagements que celles-ci impliquent et qui engagent simultanément à une politique de la situation et à une éthique de la relation (Naepels 2012). Cette perspective offre un point d’ancrage pertinent en ce qu’elle permet d’interroger, à partir de sa propre expérience, comment l’ethnographe s’engage graduellement dans des relations plurielles où l’interprétation et la justification de ses actes délimitent des domaines de sens, des responsabilités, des rapports d’obligation et donc des formes d’engagement à la fois scientifiques, morales et politiques.

 

Courriels : stephen.huard@ehess.fr, aude.franklin@ehess.fr

 

Bibliographie

ALDRIN, Philippe, Pierre FOURNIER, Vincent GEISSER, et Yves MIRMAN (dir.). 2022. L’Enquête en danger. Vers un nouveau régime de surveillance dans les sciences sociales. Paris : Armand Colin.

CEFAÏ, Daniel et alii.. 2010. L’Engagement ethnographique. Paris : Éditions de l’EHESS.

NAEPELS, Michel. 2012. « L’épiement sans trêve et la curiosité de tout ». L’Homme. Revue française d’anthropologie, 203-204, p. 77–102.

WEBER, Florence. 2009. Manuel de l’ethnographe. Paris : PUF.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search