atelier n°10: “crise sociale, crise climatique” : comment penser l’urgence à l’aune des mobilisations collectives ?

Thomas Vaïsse (Centre Norbert Elias, EHESS), Violaine Chevrier (Centre Norbert Elias, EHESS)

 

Il y a quelques années, un slogan a traversé les manifestations du mouvement des Gilets Jaunes : « Fin du monde, fin du mois, même combat ! » Par ce rapprochement s’exprimait la volonté de ne pas opposer urgence sociale et urgence environnementale, mais de les faire se rencontrer. Cet atelier se propose d’examiner un tel rapprochement, décliné à l’échelle des espaces urbains. La multiplication des crises et leur médiatisation participent aux représentations des villes, et impliquent de penser localement la vulnérabilité « dans la variété de son expression sociale et dans la multiplicité de ses conditions » (Naepels, 2018 :17). Dans ces contextes se développent depuis plusieurs années de nombreux collectifs autour de différents enjeux. Ils s’organisent à différentes échelles, « dans l’identification réciproque entre ses composantes, dans leur opposition à des ennemis désignés et dans leur inscription dans un projet partagé » (Cefaï, 2007 : 16). Ils visent à articuler les urgences sociale et climatique.

Ces moments de « crises » sont des temps de reconfiguration des interactions entre institutions et citoyens. La moralité, les prérogatives, les décisions, les actions des pouvoirs publics sont soumises à l’examen et au jugement du public. Ce public s’organise en collectifs qui mènent des luttes pour sortir ces pouvoirs publics de leur inaction concernant les urgences sociale et climatique, qui arment les « gens ordinaires » de nouvelles capacités à s’informer, réfléchir, critiquer et imaginer un « avenir meilleur » (Besnier, Narotzky, 2014). Ces collectifs s’ordonnent autour de différents problèmes publics, ils interagissent avec les citadins et leurs institutions, ils contribuent à l’émergence de nouvelles expériences, identités et interventions propres à   leurs  territoires,  participant  ainsi  à   la  formation  d’une  nouvelle « politicité » (Merklen, 2009). Les personnes engagées au sein de ces collectifs évoluent et font évoluer les collectifs mêmes selon les contextes et dans leurs actions (Siniscalchi, 2019).

Cet atelier sera l’occasion de présenter des enquêtes ethnographiques sur certaines de ces initiatives, et d’ouvrir un espace de discussion autour des mobilisations, individuelles et collectives, face aux « crises », sociale et climatique, dans les espaces urbains. Réfléchir simultanément en termes d’urgence sociale et d’urgence environnementale, comme le font les acteurs eux-mêmes, soulève des questions inhérentes à l’ethnographie. D’une part, face à l’utilisation quotidienne des termes de crise et d’urgence, il est nécessaire de poser la question de leurs définitions et de se demander comment, où et quand enquêter pour en rendre compte. Dans quelles frontières spatiales et temporelles se localisent ces crises ? Comment se manifestent- elles ? D’autre part, certaines représentations apocalyptiques renvoient à l’action des individus dans l’urgence. Cette dernière favorise-t-elle le chacun pour soi ou l’organisation collective ? Et si la conscience d’une condition commune est renforcée par la perception de l’urgence, comment s’organise-t-on ? Comment ces collectifs agissent-ils sur la ville, par quels processus et avec quelles conséquences ? Comment interagissent-ils avec les institutions ? En quels termes l’urgence est-elle thématisée : urgence de quoi, pour qui ? Urgence des déficits de services de santé et d’éducation, urgence alimentaire ? Ou encore, urgence écologique à repenser les modes de consommation ou les formes d’aménagement de la ville ? Comment ces urgences et les actions pour y faire face prennent forme dans des cas concrets et comment l’ethnographie nous aide-t-elle à les saisir ? Quelles sont la bonne échelle et la bonne focale pour les étudier ?

Cet atelier offrira un lieu de discussion collective sur les notions de crise, d’urgence et d’engagement et sur leur place dans l’ethnographie ainsi que sur les croisements, sur le terrain, des questions sociales et environnementales.

 

Courriels : thomas.vaisse@ehess.fr, violaine.chevrier@ehess.fr

 

Bibliographie :

CEFAÏ, Daniel (2007), Pourquoi se mobilise-t-on ? Théories de l’action collective. Paris : La Découverte.

MERKLEN, Denis (2009), Quartiers populaires, quartiers politiques. Paris : La Dispute.

NAEPELS, Michel (2018), Dans la détresse. Une anthropologie de la vulnérabilité. Paris : Editions de l’EHESS.

NAROTZKY, Susana et Niko BESNIER (2014), « Crisis, Value, and Hope : Rethinking the Economy ». Current Anthropology, 55, Supplement 9, p. 4-16.

SINISCALCHI, Valeria (2019) « Mobilization, Activism and Economic Alternatives », in : James G. Carrier (ed.), A Research Agenda in Economic Anthropology. Northampton, MA, Edward Elgar, p. 105-118.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search