atelier n°11: méthodes de recherche participative : possibilités, limites et transformations.

Marie-Dominik Langlois (Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain- LAIOS et Université d’Ottawa),

Morgane Tocco (Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain, EHESS)

 

Il y a au cœur même de la méthode ethnographique une double responsabilité (Fassin, 2008) : d’abord épistémologique, elle est aussi politique en raison des rapports produits entre les chercheurs et chercheuses et les personnes participant à la recherche ; ces tensions propres au terrain se traduisent en politiques de l’enquête (Fassin & Bensa, 2008). Alors que les ethnographes sont redevables aux règles scientifiques, celles-ci peuvent entrer en conflit avec les attentes et besoins des groupes et personnes qui participent à la recherche.

Dans les vingt dernières années, de nombreuses critiques ont été apportées quant à la violence épistémique créée par les inégalités structurelles (Piron, 2014) présentes dans la recherche, surtout lorsque celle-ci implique des populations discriminées en raison de leur statut de genre, de race, de classe ou de capacité. Pour y répondre, de plus en plus de chercheur·euse·s reconnaissent un rôle aux personnes participant à la recherche dans la co-construction de connaissances, une démarche qui n’est pas libre de défi épistémologique et politique entre les savoirs savants et experts (Godrie, 2019). Une littérature grandissante, en particulier la recherche relative aux peuples autochtones (Asselin & Basile, 2012 ; Ray, 2012), pose le problème éthique, épistémologique et politique d’une recherche « sur » l’autre et appelle à la décolonisation des savoirs (Smith, 1999) pour favoriser les recherches qui se font « ensemble » entre les anthropologues et les peuples autochtones (Bellier, 2011) « avec », « pour » et « par » les enquêté·e·s.

Les études féministes invitent aussi à des méthodologies sensibles aux effets de pouvoir entre chercheures et actrices du terrain. Csupor et Ossipow (2002) postulent qu’une recherche ne doit pas renforcer l’asymétrie sur le terrain et qu’elle doit donner une voix aux personnes plus marginalisées. Ceci n’est pas sans difficulté, comme le soulèvent Courcy et al. (2019) en traitant des « rapports égalitaires sous tension » à l’œuvre dans la recherche collaborative avec des partenaires des milieux de pratique féministe.

Bien que différentes, les démarches méthodologiques axées sur la participation se rejoignent dans leur volonté de relier théorie et pratique en prenant en compte la voix des personnes participantes, ainsi que dans leur désir de changement social (Couture, Bednarz, & Barry, 2007).

Or la dimension d’enquête induit nécessairement une relation asymétrique, comment peut-on la réduire la distance entre chercheur·euse et participant·es au minimum ? Comment sont reçues par les acteurs et actrices du terrain les invitations à participer activement dans un projet de recherche ? Quels effets (positifs, négatifs ou inattendus) peuvent découler d’une telle démarche ? Quels en sont les risques potentiels pour la recherche ?

Dans une perspective multidisciplinaire, cet atelier propose d’aborder de façon réflexive et critique des méthodologies de recherche participative pour en questionner les apports et limites dans une démarche ethnographique cherchant à réduire la distance entre le ou la chercheur.e et les participant.es à la recherche.

 

Courriels : Mariedominik@hotmail.com, morgane.tocco@gmail.com

 

Bibliographie

ASSELIN, H., & BASILE, S. (2012). « Éthique de la recherche avec les peuples autochtones. Qu’en pensent les principaux intéressés ? », Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, 14, 1 <https :// journals.openedition.org/ethiquepublique/959>.

BELLIER, I. (2011). « L’anthropologie et la question des droits des peuples autochtones ». Inditerra, 3, p. 1-17.

COURCY, I., KURTZMAN, L., LACHARITÉ, B., PELLETIER-LANDRY, L., CÔTÉ, I., & LAFRANCHISE (2019). « La recherche partenariale féministe : des rapports égalitaires sous tension ». Recherches féministes, 32 (2), p. 297-317.

COUTURE, C., BEDNARZ, N., & BARRY, S. (2007). « Multiples regards sur la recherche participative : une lecture transversale ». in M. Anadón (ed.), La recherche participative : multiples regards, 205-221.

CSUPOR, I., & OSSIPOW, L. (2012). « Des pauvres, partenaires d’une recherche sur l’aide sociale ? Asymétrie dans la constitution des partenariats et dans la restitution des résultats ». Pensée plurielle, 2, p. 139-151.

FASSIN, D., & A. BENSA (eds) (2008). Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques. Paris, La Découverte.

GODRIE, B. (2019). « La co-construction des savoirs au prisme de l’épistémologie et des inégalités sociales ». Sociologies <https ://journals.openedition.org/sociologies/ 11620>.

PIRON, F. (2014). « La restitution des savoirs, entre courtoisie, transfert de connaissances et geste politique ». Sociologies < https ://journals.openedition.org/ sociologies/4728>.

RAY, L. (2012). « Deciphering the “Indigenous” in Indigenous Methodologies », AlterNative : An International Journal of Indigenous Peoples, 8(1), p. 85-98.

SMITH, L. T. (1999). Decolonizing Methodologies : Research and Indigenous Peoples : Zed Books Ltd.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search