Atelier n°5: Enquêter dans des lieux de production de savoirs : l’ethnographie de laboratoire.

Elie Danziger (Laboratoire d’anthropologie sociale, EHESS/ CNRS) Lauren Kamili (Laboratoire d’anthropologie sociale, EHESS/ ADEME)

 

Depuis les années 1970 et les travaux précurseurs de Latour et Woolgar (1979) ou de Knorr-Cetina (1981), le laboratoire scientifique s’est imposé comme lieu d’enquête ethnographique, dès lors appréhendé en tant qu’organisation sociale avec des activités collectives, coordonnées, hiérarchisées, où un certain nombre d’activités techniques et d’interactions sont déployées dans un effort pour comprendre le monde. Il s’agit ainsi de produire une réflexion sur la production même des savoirs scientifiques, à travers des opérations matérielles et intellectuelles d’enquête et de mise en forme des connaissances. L’ethnographie de laboratoire permet en outre d’étudier comment ces lieux de production des savoirs (Helmreich 1998) sont perméables à des mondes sociaux et institutionnels et à leurs ordres de représentations et de valeurs et inversement, comment ils réarticulent le social en diffusant ces savoirs auprès de différents publics (Franklin 2007).

Un premier volet de cet atelier consistera à identifier les ordres de faits à décrire dans un laboratoire. Que retenir parmi la multiplicité d’objets, de processus, de relations et d’interactions ? Les propositions pourront par exemple interroger :

  • les processus techniques et la matérialité de la production de savoirs : dispositifs d’observation, d’expérimentation, de mesure, d’analyse et d’enregistrement – et les différents usages qui en sont faits ;
  • les processus cognitifs et discursifs d’élaboration d’hypothèses, de vérification de leur validité, de discussion entre chercheurs, de généralisation et de reproduction d’expérimentations ;
  • les relations interpersonnelles et interactionnelles, en termes de rapports de pouvoir (hiérarchie, classe, race, genre, âge) ou de différences disciplinaires et institutionnelles, et leurs effets sur la division du travail scientifique ;
  • les relations avec les non-humains (machines, animaux, microbes, molécules, embryons…) et les activités de production d’images, de textes, de chiffres ou de modèles ;
  • les conditions matérielles de la recherche : modes de financement et contraintes économiques, réponses à des appels à projets, réseaux de laboratoires et de revues, modalités de recrutement de stagiaires, contrats doctoraux, post-docs, entrepreneurs, etc ;
  • le devenir des savoirs produits : leur publication et circulation dans les communautés scientifiques, les dépôts de brevets et les cas d’espionnage ou de plagiat, leur diffusion auprès du grand public, de décideurs politiques ou d’entrepreneurs industriels – et le développement et la transformation de ces savoirs qui s’ensuivent.

Une telle enquête soulève des questions particulières quant aux relations que les enquêteurs entretiennent avec les scientifiques. Cet atelier s’intéresse donc en deuxième lieu aux problèmes méthodologiques liés à la place de l’ethnographe au laboratoire :

  • L’arrivée dans un laboratoire implique l’apprentissage d’un langage et de techniques, comme sur n’importe quel terrain d’enquête. Par qui l’ethnographe est-il pris en charge ? Jusqu’où s’initie-t-il à la pratique scientifique ? Quid des chercheurs qui deviennent ethnographes ?
  • Dans le cadre de l’observation participante, comment l’ethnographe est-il amené à s’insérer dans une certaine division du travail ? Comment peut-il alors collaborer et contribuer à la production de savoir ? Cela peut-il donner lieu à des formes d’interdisciplinarité ? Quelles difficultés cette interférence peut-elle susciter ?
  • Les scientifiques sont dans une position forte d’autorité et de légitimité par rapport aux savoirs qu’ils produisent et peuvent résister aux enquêtes ethnographiques : quelles frictions peuvent apparaître en cours d’enquête ou après publication ?

 

Courriels : laurenkamili@gmail.com, elie.danziger@ehess.fr

 

Bibliographie

FELT U., R. FOUCHÉ, C.A. MILLER, & L. SMITH-DOERR (eds), 2016, The Handbook of Science and Technology Studies, Cambridge, Mass. MIT Press (4th edition). FRANKLIN, S (2007). Dolly Mixtures. Durham, NC, Duke University Press.

HELMREICH, S (1998). Silicon Second Nature : Culturing Artificial Life in a Digital World, Berkeley, University of California Press.

KNORR-CETINA, K (1981). The Manufacture of Knowledge : An Essay on the Constructivist and contextual Nature of Science, Oxford, Pergamon Press.

LATOUR, B & S WOOLGAR (1979). Laboratory Life : The Construction of Scientific Facts, Beverly Hills, Sage Publications.

LYNCH M., 1985, Art and Artefact in Laboratory Science : A Study of Shop Work and Shop Talk in a Research Laboratory, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search