atelier n°6: ethnographier l’etat en action : la bureaucratie au niveau de la rue

Axelle Djama (Centre Norbert Elias, EHESS), Elie Lewa Doksala (Centre Norbert Elias, EHESS)

 

Alors que l’État demeure l’un des objets phares des sciences sociales du politique, l’étude ethnographique des administrations ne s’est développée que tardivement, en particulier en anthropologie. Depuis quelques années, des travaux revendiquent une approche ethnographique attentive à la manière dont les agents participent à co- produire l’action publique au quotidien. Cet atelier propose de discuter des perspectives qu’offre l’enquête ethnographique des administrations publiques, de la contribution des travaux anthropologiques à la production d’un savoir général sur l’État et des enjeux méthodologiques que ce type d’enquête soulève.

La sociologie des organisations a depuis longtemps démontré l’intérêt heuristique d’une approche par le bas de ce que Michel Crozier nomme le « phénomène administratif » (Crozier, 1971). Aux États-Unis dans les années 1940 puis en France à partir des années 1970, ces travaux invitent à étudier l’État en « action » (Jobert, Muller, 1987), et à analyser la manière dont se construit le rapport à l’administration à travers les pratiques des « street-level bureaucrats » (Lipsky, 1980). Certaines recherches revendiquent une approche ethnographique du travail administratif par l’observation des relations « au guichet », visant à analyser la mise en œuvre quotidienne de l’action publique (Weller, 1999 ; Dubois, 1999 ; Cartier, 2003 ; Spire, 2015).

Longtemps focalisée sur l’étude de phénomènes situés aux marges de l’État, l’anthropologie s’est plus tardivement saisie de l’objet administratif pour analyser les modalités concrètes de fonctionnement des appareils étatiques. À partir de terrains majoritairement africains, des travaux se sont développés prenant comme point de départ les bureaucraties et l’étude de la délivrance des services publics (Blundo, Le Meur, 2009 ; Bierschenk, de Sardan, 2014 ; Beek et al., 2017). En rupture avec les approches en termes macro-politiques, réifiantes et monolithiques de l’État, l’approche ethnographique constitue un outil privilégié d’analyse du fonctionnement quotidien des appareils étatiques.

Si le recours à l’enquête ethnographique de terrain est désormais répandu et a largement contribué à nourrir l’analyse anthropologique et sociologique de l’État, peu d’auteurs reviennent sur les enjeux épistémologiques et méthodologiques que soulèvent ce type d’enquêtes. Cet atelier vise à réfléchir aux particularités de l’enquête ethnographique en milieu bureaucratique, à partir de communications portant sur des secteurs administratifs et contextes géographiques variés : Comment intégrer ces administrations, dont certaines sont particulièrement réticentes à se laisser scruter par les regards extérieurs (police, douanes, services financiers) ? Comment accéder aux expériences sociales e t pratiques r éelles derrière « l es f açades institutionnelles » (Codaccioni, Maisetti, Pouponneau, 2012) ? Comment l’approche ethnographique permet-elle de repenser l’opposition entre les approches « micro » et « macro » par l’articulation des échelles et niveaux d’analyse ? Cet atelier vise également à s’interroger sur la manière dont l’émergence de nouvelles pratiques de gouvernement transforme les modalités de l’enquête ethnographique sur les bureaucraties. Dans quelle mesure les reconfigurations contemporaines de l’État sous l’effet de la néolibéralisation (Hibou, 2012) ouvrent-elles de nouvelles perspectives d’enquêtes sur la délivrance des services publics, en lien avec des acteurs non- étatiques ? Comment l’émergence de dispositifs numériques et artificiellement intelligents (smart-bureaucracy), en transformant les conditions d’accès aux guichets des administrations, modifie-t-elle les conditions d’analyse de l’action de l’État et des interactions entre agents et usagers ?

 

Courriels : lewaeliedoksala@gmail.com, axelle.djama@sciencespo.fr

 

Bibliographie

BEEK, J., GÖPFERT, M., OWEN, O., STEINBERG, J., (eds.), 2017, Police in Africa : The Street-Level View, London, Hurst & Company.

BIERSCHENK, T., OLIVIER DE SARDAN, J-P. (eds.), 2014, States at Work. Dynamics of African Bureaucracies, Leyde, Brill.

BLUNDO, G., LE MEUR, P-Y. (eds), 2009, The Governance of Daily Life in Africa : Ethnographic Explorations of Public and Collective Services, Leyde, Brill.

DUBOIS, V., 1999, La vie au guichet. Relation administrative et traitement de la misère, Paris, Economica.

HAHONOU, E.K., MARTIN, T.M. (eds), 2019, Special Issue : « Immersion in the Bureaucratic Field : Methodological Pathways », Critique of Anthropology, vol. 39, n°2.

HIBOU, B., 2012, La bureaucratisation du monde à l’ère néo-libérale, Paris, La Découverte.

LIPSKY, M., 1980, Street-Level Bureaucracy : Dilemmas of the Individual in Public Services, New-York, Russell Sage Foundation.

WELLER J.-M., 1999, L’État au guichet. Sociologie cognitive du travail et modernisation administrative des services publics, Paris, Desclée de Brouwer.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search