atelier n°7: ethnographier les filières : matérialités, imaginaires et relations socio-ecologiques dans la chaines de production.

Davide Cacchioni (Centre Norbert Elias, EHESS), Morgan Jenatton (Centre Norbert Elias, EHESS et ECOSUR, Mexique)

 

À l’ère des crises multiples qui frappent le monde, les filières, conçues comme cheminements d’interactions socio-écologiques entre différents acteurs, représentent une porte d’entrée pertinente pour montrer les formes concrètes de pouvoir et d’interdépendance mutuelle entre mondes éloignés géographiquement ou socialement, à la fois humains et non-humains. Les recherches sur les filières (commodity chains, supply chains) se sont développées dans plusieurs domaines de sciences sociales, de l’économie politique à l’anthropologie économique, en passant par l’actor-network theory. Dans le champ des transition studies, Murdoch et Miele (1999) proposent une vision de la filière comme « cadre d’action collective », qui dépend de la coordination de diverses entités au sein d’une activité productive commune. Pour Tsing, la notion de « capitalisme des filières » permet d’aborder simultanément « l’intégration mondiale et la formation de diverses niches » (2009 : 150) dans la composition des chaînes productives, par-delà l’imaginaire fordiste d’une filière linéaire. Cet atelier propose de mener une réflexion sur l’entrée « filière » comme outil pour retracer des connexions complexes entre acteurs, sites et échelles. Il vise à souligner la portée heuristique des approches qui saisissent la matérialité des marchandises, ressources et services, qui sont produits, traduits, consommés dans le déroulement des filières, en prenant en compte également les imaginaires des acteurs. La dimension écologique est partie intégrante de ces processus.

En tant qu’ethnographes, comment concevons-nous la filière dans nos enquêtes spécifiques ? En partant des filières comme objet empirique, cet atelier sera l’occasion d’inviter des réflexions sur la manière dont l’ethnographie peut délimiter et articuler ces processus autour de 4 axes réflexifs :

  • Groupes sociaux : Qui est la filière ?

Qu’est-ce qui identifie la filière comme objet d’analyse : le produit final, les acteurs de transformation, la matière primaire ? Comment étudier les filières « vers le haut » comme « vers le bas » (Nader 1972), en rendant justice à la complexité d’acteurs, d’institutions et de contextes impliqués ? Comment gérer les effets focaux que produit l’accès par certains groupes ou certains sites ?

  • Temps : Quand étudier une filière ?

Les filières changent au fil du temps : des accords sautent, des alliances se composent, des tendances dominantes s’affirment et se reproduisent d’une façon changeante. Comment appréhender les temps longs ou moins longs du fonctionnement des filières ? En tant qu’ethnographes, comment interrogeons-nous les temps des filières ?

  • Échelles et sites : Comment se délimite spatialement une filière ?

Étudier une filière demande souvent des enquêtes multi-situées où s’imposent des choix d’approche. Différents produits nous renvoient à des échelles spatiales différentes. Privilégions-nous un lieu de fabrication ou les acteurs qui mettent en circulation les produits ? Comment délimitons-nous les territoires dans lesquels la production a lieu ?

  • Contextes socio-écologiques

Les filières sont aussi définies par les contextes socio-écologiques par lesquels passent des produits au cours de leur élaboration et de leur consommation : comment cette circulation contribue-t-elle à une reformulation du produit même ? Comment peut-on interroger les interactions multi-espèces (Kirksey & Helmreich 2010) qui se composent autour des filières ?

Finalement, nous proposons d’ouvrir également une réflexion sur les conditions de la recherche. Décidons-nous d’approfondir le terrain sur un site précis ou plutôt d’explorer une diversité de « maillons » ? En quoi notre regard détermine-t-il ce qui « fait filière » ?

 

Courriels : davide.cacchioni@ehess.fr, morjena@gmail.com

 

Bibliographie

KIRKSEY, S. E. & S. HELMREICH, 2010, « The Emergence of Multispecies Ethnography », Cultural Anthropology 25. 4, p. 545-576.

MURDOCH, J. & M. MIELE (1999). « “Back to Nature” : Changing Worlds of Production in the Food Sector », Sociologia Ruralis, 39, 4, p. 465-483.

NADER, L., 1972, « Up the Anthropologist – Perspectives Gained from Studying Up », in D. Hymes (ed.), Reinventing Anthropology, Pantheon Books, p. 284-311.

TSING, A., 2009, « Supply Chains and the Human Condition », Rethinking Marxism, 21, 2, p. 148-176.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search