atelier n°8: les demandes de restitution comme épreuves ethnographiques.

Jean Bienaimé (Centre d’étude des mouvements sociaux, EHESS), Robin Michalon (Centre Alexandre Koyré, EHESS), Anne-Charlotte Millepied (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, EHESS)

 

Cette proposition d’atelier résulte d’expériences issues de nos terrains respectifs. Engageant tous trois une démarche ethnographique – autour de la gestion médicale de la transidentité ; de la recherche clinique sur la maladie d’Alzheimer ; de la prise en charge de l’endométriose – il nous a été demandé de restituer une partie de nos travaux de thèse toujours en cours. Cette sollicitation a suscité une série de questionnements. Que dire ? Comment nos propos seront-ils reçus ? Quels effets auront-ils sur le milieu étudié ? Quelles conséquences auront nos interventions ?

L’ethnographie comme démarche d’enquête s’appuie sur l’observation prolongée de situations, d’organisations ou de collectifs (Cefaï, 2013). Cette intégration s’expérimente régulièrement sur le mode du « trouble », d’une perte de familiarité (Dewey, 1927 ; Emerson et Messinger, 1977). D’une part, l’ethnographe est plongé dans des agencements de matières et de langages qui lui sont étrangers et qui peuvent l’affecter dans sa subjectivité et sa corporéité (Cefaï, 2003 ; Favret-Saada, 2009 ; Chauvin et Jounin, 2012). Il doit apprendre à les maîtriser et à se maîtriser, pour saisir la complexité des mondes sociaux étudiés, mais aussi pour se maintenir sur le terrain. D’autre part, sa présence crée un trouble pour les acteurs eux-mêmes lorsqu’il agit à découvert. Son extériorité brise des routines, pousse à expliciter les allants de soi et marque l’introduction d’un public au sein d’espaces réservés ou confinés.

L’enjeu pour le chercheur est d’éviter que le trouble ne se transforme en problème afin d’obtenir le statut de « membre périphérique » (Rémy, 2009). Ce statut reste précaire et doit se travailler en situation, les acteurs pouvant eux-mêmes fixer des épreuves qui visent à questionner la légitimité de la présence et de l’interférence de l’ethnographe. L’ethnographe doit alors « rendre des comptes », redessinant du même coup la place qu’il occupe. Il doit produire un discours répondant aux exigences qui lui sont faites sans risquer d’altérer son habilitation à enquêter. Mais ces situations interpellent également les acteurs. En amont, des discussions, voire des disputes, peuvent s’engager autour de la légitimité de l’épreuve elle-même – est-il justifié de demander à l’enquêteur de s’exprimer autour des problèmes qui « nous » concernent ? En aval, des interrogations portent sur les conséquences de l’épreuves – comment recevoir, cadrer ce qui a été dit ? Ces demandes constituent donc une double épreuve, pour les chercheurs et les acteurs.

L’énonciation de la demande de restitution ou sa réalisation marquent une mise en parenthèses du cours ordinaire de la vie sociale, où les collectifs et les dispositifs sont scrutés et se scrutent, sont désarticulés et se désarticulent. Face au regard calme que pose le chercheur sur les formats de l’action et de la coordination et face aux discours à distance qu’il soumet, les personnes peuvent engager un « travail normatif » (Dodier et Barbot, 2016) destiné à requalifier et recomposer ce à quoi elles tiennent, ce par quoi elles tiennent et ce qui les relie. S’offre alors aux yeux de l’ethnographe une nouvelle situation qu’il concourt à produire : une séquence d’ « actualisation » (Rémy, 2018) où les acteurs réaffirment, explicitent et négocient les bases normatives et les expériences qui leurs permettent de « faire collectif » (Kaufmann et Trom, 2010) et de « faire dispositif ».

Les communications attendues s’attacheront à restituer finement ce type de séquences ethnographiques, les troubles qu’elles ont pu susciter, ainsi qu’à étudier les prises de position et les reconfigurations qu’elles ont provoquées.

 

Courriels : annecharlotte.millepied@yahoo.fr, robin.michalon@ehess.fr, bienaimejean@hotmail.fr

 

Bibliographie

CEFAÏ D. 2013, « Qu’est-ce que l’ethnographie ? Débats contemporains », disponible e n l i g n e : h t t p s : / / w w w . a c a d e m i a . e d u / 8 8 1 0 5 8 4 / Q u e s t – ce_que_lethnographie_D%C3%A9bats_contemporains.

CHAUVIN S. & N. JOUNIN 2012, « L’observation directe », in Paugam S. (dir), L’enquête sociologique, Paris, PUF, p. 143-166.

DEWEY J. 2010, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard (1927).

DODIER N. & J. BARBOT 2016, « La force des dispositifs », Annales. Histoire et sciences sociales, n°2, p. 421-450.

EMERSON R. M. & S. L. MESSINGER 2011, « Micropolitique du trouble » (1977), in Cefaï, C. Terzi (eds), L’Expérience des problèmes publics, Paris, Editions de l’EHESS, p. 57-80.

FAVRET-SAADA J. 2009, Désorceler, Paris, Éditions de l’Olivier.

KAUFMANN L. & D. TROM 2010, « Présentation », in, Kauffman L. et Trom D. (dir), Qu’est-ce qu’un collectif ? Du commun à la politique, Paris, Edition de l’EHESS, p. 9-24.

RÉMY C. 2009, La fin des bêtes. Une ethnographie de la mise à mort des animaux, Paris, Economica.

RÉMY C. 2018, « Expérimenter sur les animaux avec compassion ? Enquête dans le milieu de la xénotransplantation », in, Dodier N. et Stavrianakis A. (dir), Les objets composés, Paris, Edition de l’EHESS, p. 181-204.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search