Benjamin Tremblay

Biographie

Benjamin Tremblay est doctorant en sociologie au Centre Max Weber (UMR 5283/Université Lumière Lyon 2). Il mène une thèse sous la direction de Michel Peroni, intitulée « La mémoire et son collectif – Matières et modes d’existence de la mémoire à Villeurbanne ». Il est également, depuis septembre 2013, chercheur résident au Rize (Centre mémoires et société) de Villeurbanne.

Résumé de l’intervention

M’interrogeant sur ce que pourrait être une « mémoire collective », j’avais entamé un inventaire des plaques, stèles, monuments, et autres entités tenues pour être des « lieux de mémoire ». Mais j’ai rapidement dû admettre mon incapacité à décrire les choses pour une raison simple : j’étais, déjà, incapable de les voir. Les entrepreneurs de mémoire locaux m’avaient fait prendre la mesure de mon ignorance : cette maison était en fait la villa d’un résistant ; cette pierre était en fait une borne hectométrique. Mes guides s’attachaient à rectifier ma vision défaillante, me montrant du doigt les choses « remarquables », « uniques », me répétant que « si on ne sait pas, on ne voit pas ». Ils s’étaient fait ethnographes bien avant moi, photographiant chaque jour leur ville, tenant des inventaires, documentant les odonymes, organisant des visites, écrivant des livres. Prenant acte des descriptions (contradictoires) déjà présentes sur le territoire, j’ai troqué ma naïveté initiale pour un nouveau regard consistant à ethnographier les ethnographes : à observer leurs gestes, à lire leurs comptes-rendus, à écouter leurs voix. Non plus « comment le décrire ? », mais « comment (me) le décrivent-ils ? ». « La mémoire » n’est donc pas ailleurs que dans ces activités pratiques qui la donnent à voir en faisant surgir, sous l’évidence du décor urbain, un monde caché d’histoires concurrentes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search