Atelier n°1 : Amour, gloire et ethnographie

Rim Affaya (Centre Norbert Elias/EHESS)
Aziliz Kondracki (Centre Norbert Elias/EHESS)

À la fois familier, fascinant et énigmatique, il est souvent prêté à l’amour un caractère universel. À partir d’une globalisation de ses normes, l’amour romantique est mis en scène et circule à travers images et discours. Films, émissions de télé-réalité, ou industries de l’amour (sites de rencontres, agences matrimoniales, organisation de mariages, fête de la Saint-Valentin, etc.) en font un produit à exploiter. Des recherches en sciences sociales s’intéressent à la rationalisation des pratiques amoureuses. Par exemple, certaines analysent aux États-Unis et en France la place de l’argent dans la conjugalité (Henchoz, 2008), le travail émotionnel dans les activités économiques (Hochschild, 2017), ou sonnent encore la « fin de l’amour » à partir de la notion de marchandisation (Illouz, 2019). Cependant, pour éviter tout réductionnisme économique des relations affectives et intimes, des auteurs rappellent la nécessité des enquêtes de terrain (Kessous, 2011 ; Jabiot et al., 2016 ; Bergström, 2019) pour décrire la diversité des modes de catégorisation des liens affectifs, des passions et de l’amour.

L’amour renvoie en effet à des enjeux de façonnement qui « ont trait au perceptuel, à l’interactionnel et au micropolitique » (West et Zimmerman, 2009 : 35), et donc de fait aux spécificités de contextes in situ. Naissant d’épreuves subjectives, mais produit aussi de conventions sociales, l’amour et la manière dont on a de le catégoriser et de le vivre varie selon les modes d’interprétation disponibles historiquement et culturellement (Henchoz, 2014). On ne peut faire de l’idéologie romantique (Sprecher et Metts, 1989 ; Duncombe et Marsden, 1993 ; Evans, 2002), la seule forme d’expression de l’amour. Pour comprendre les spécificités socioculturelles de l’amour dans sa continuité entre expérience et catégorisation, c’est-à-dire tout autant dans ses dimensions sentimentales, émotionnelles, praxéologiques, ou encore imaginaires, il nous apparaît alors nécessaire d’observer et de décrire ce qui serait de l’amour dans ses variations.

Cet atelier visera donc à réfléchir à la manière dont l’amour se manifeste dans divers contextes et par le biais de quelles pratiques et de quels discours il prend corps en réunissant des recherches axées sur la production de l’amour comme acte performatif (Garfinkel, 1998), la célébration de l’amour lors de fêtes privées (Maillochon, 2016) ou encore sa glorification dans la sphère publique et médiatique (sur les réseaux sociaux par exemple). Nous souhaitons réfléchir à la visibilité donnée aujourd’hui à l’amour dans ce qu’il semblerait avoir de plus intime, en privilégiant des approches qui se centrent sur l’ethnographie de ces entreprises de marchandisation (salons du mariage, coachs en séduction et psychologues relationnels, relooking, speed-dating, sites de rencontre, wedding planners, soap operas, films romantiques, émissions télé- réalité de dating, etc).

Les considérations économiques qui sembleraient désormais le façonner nous invitent à décrire les expériences multiples qu’il peut susciter en fonction des arrangements familiaux, religieux et sociaux, les jeux de prescriptions et de proscriptions morales et sexuelles, les rituels de cour et les techniques du corps, etc, dans différents contextes politiques et culturels. Nous invitons enfin à réfléchir aux implications de telles enquêtes en mobilisant et en comparant différentes démarches ethnographiques, y compris les outils de la recherche-création, tout en discutant de manière critique leur dispositif d’enquête.

Intervenantes


Marine LAMBOLEZ
Dire l’amour au collège : Ethnographie du cours de
français comme espace d’échange et de remise en
question des discours amoureux

Delphine SALL
L’amour comme un affrontement… à distance.
Ethnographie des relations conjugales à Guet Ndar,
Saint-Louis, Sénégal

Rubis LE COQ
Amour à mort : Ebola, une maladie qui se transmet
dans le soin et défait les liens sociaux

Discutante

Florence MAILLOCHON (Centre Maurice Halbwachs/CNRS)

Bibliographie

BERGSTRÖM Marie, 2019, Les nouvelles lois de l’amour, Paris, La Découverte.

DUNCOMBE Jean & Dennis MARSDEN, 1993, « Love and Intimacy : The Gender Division of Emotion and “Emotion Work” : A Neglected Aspect of Sociological Discussion of Heterosexual Relationships », Sociology, vol. 27, n° 2, p. 221-241.

EVANS Mary, 2002, Love, an Unromantic Discussion, Cambridge, Polity Press.

HENCHOZ Caroline, 2014, « La production quotidienne de l’amour en Suisse et au Québec : comptabilités intimes » Sociologie et sociétés, vol. 46, n° 1, printemps, p. 17–36.

HENCHOZ Caroline, 2008, Le couple, l’amour et l’argent. La construction conjugale des dimensions économiques de la relation amoureuse, Paris, L’Harmattan.

GARFINKEL Harold, 2008 [1967], « “Passer” ou l’accomplissement du statut sexuel chez une personne “intersexuée” », in Recherches en ethnométhodologie, Paris, PUF, p. 203-295.

HOCHSCHILD Arlie, 2017 [1983], Le prix des sentiments, Paris, La Découverte.

ILLOUZ Eva, 2019, Les marchandises émotionnelles, L’authenticité au temps du capitalisme, Premier parallèle.

JABIOT Isabelle, MASKENS Maïté & Carine PLANCKE (dir.), 2016, L’Amour en sciences sociales, les sciences sociales en amour, Émulations, n° 18, Louvain, Presses universitaires de Louvain.

KESSOUS Emmanuel, 2011, « L’amour en projet. Internet et les conventions de la rencontre amoureuse », Réseaux, vol. 166, n° 2, p. 191-223.

MAILLOCHON Florence, 2016, La passion du mariage, Paris, PUF.

SPRECHER Susan & Sandra METTS, 1989, « Development of the “Romantic Beliefs Scale” and Examination of the Effects of Gender and Gender-Role Orientation », Journal of Social and Personal Relationships, vol. 6, p. 387-411.

Courriels : affayarim@gmail.com, aziliz.kondracki@ehess.fr

Un espace de réflexion sur l’enquête en sciences sociales

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search