Carlotta SANTINI

Biographie

Carlotta Santini (1984) est actuellement chercheuse post-doc à l’EHESS dans le cadre du projet ANR SOURVA (IMM-LIAS). Apres une thèse en philosophie à l’Université Paris IV Sorbonne, elle a poursuivi ses études postdoctorales au Centre Marc Bloch pour les Sciences Sociales de Berlin, auquel elle est couramment rattachée, et à l’Ecole Normale Supérieure de Paris (UMR 8547 Transferts Culturels). Son domaine de recherche croise différents disciplines, de l’histoire des idées à la philologie classique, de l’anthropologie à l’histoire des religions, avec un focus d’intérêt plus générale sur l’histoire de la culture en Allemagne au 19ème siècle.

Résumé de la proposition

Est-il possible une cartographie de l’humanité? Adolf Bastian et Friedrich Ratzel: un parcours croisé

Au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle dans les milieux allemands liés à l’anthropologie s’impose un mouvement de systématisation scientifique qui naît de la nécessité de faire face, scientifiquement et institutionnellement, à la grande masse de données collectées par presque un siècle d’entreprises coloniales et découvertes géographiques. Les plus importantes villes allemandes, comme Berlin, Bonn et Leipzig, deviennent théâtre de la fondation de musées, de sociétés savantes, d’académies et de journaux scientifiques qui visent à esquisser les limites d’une nouvelle discipline, l’ethnologie. Elle est censée croiser les pratiques ethnographiques, à cette époque encore très hétérogènes et liées à des acteurs et des institutions différents, et la science anthropologique, à laquelle est confiée la tâche d’une systématisation théorique et méthodologique des données collectées par les voyageurs et les anthropologues lors de leurs terrains.

Dans cette intervention je voudrais analyser le cas de deux pères de l’anthropologie classique allemande : Adolf Bastian (1826-1905) et Friedrich Ratzel (1844-1904). Au centre de l’attention de ces deux savants, il y a l’émergence du problème de l’image. Comment représenter dans une image exhaustive et synthétique la multiplicité des formes de la vie humaine sur la terre ? Est-il possible de tracer des lignes, d’identifier des zones sur la carte, qui peuvent correspondre d’une façon fiable à un contexte culturel précis, et qui rendent compte en même temps des relations et de ce dégrée de perméabilité qui existe lors des échanges entre sociétés humaines ? Adolf Bastian, médecin physiologiste et anthropologue, visait à obtenir une cartographie de la pensée humaine et des productions spirituelles de l’homme sur la terre. Une cartographie de l’humanité, beaucoup moins abstraite de celle de Bastian, était le projet de Friedrich Ratzel aussi, géographe et ethnographe, successeur de Ferdinand von Richthofen à la chaire de Géographie de l’Université de Leipzig.

Construire une «carte de l’humanité», donc un instrument scientifique qui doit tenir compte d’une extraordinaire complexité de facteurs à représenter, comporte plusieurs difficultés, non seulement pratiques, mais aussi d’ordre théorique. Même si on arrive à délinéer d’une façon plus ou moins précise une carte de l’humanité, elle ne pourra jamais correspondre à une éventuelle carte linguistique, moins encore à une carte politique ou culturelle. Si nous interrogeons à partir de points de vue différents cette énorme pluralité que nous appelons humanité, nous nous apercevons que la réponse aux interrogations diverses ne sera jamais superposable. Pour rendre raison des différences culturelles qui apparaissent sur la surface de la Terre il faut tenir compte de nombreux facteurs, dont le plus important est le temps, ou mieux, l’histoire. Chaque carte ethnographique doit être, selon Ratzel, d’abord une carte historique.

Mon propos est celui d’analyser les difficultés rencontrées d’abord par Bastian et ensuite par Ratzel pour construire une cartographie de l’humanité qui soit capable de représenter le complexe des relations, de la culture, de l’histoire des peuples. En s’appuyant sur l’expérience, des géographes antiques et modernes Ratzel étudiera les différentes formes d’abstraction cartographique, qui sont capables de délinéer symboliquement des dynamiques et des contextes qui ne sont pas représentables directement, comme les directrices de communications, les centres de diffusion culturelle, les voies de commerce et d’échange ou les parcours invisibles qui unissent entre eux des noyaux culturels à l’apparence ponctuels et fragmentés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.