Archives de catégorie : Billets

10. Les enjeux du silence. Pour une analyse critique des relations d’enquête dans la production du savoir anthropologique – Silence at stake. For a critical analysis of fieldwork relationships in the production of anthropological knowledge.

15 OCTOBRE 2015: 9h – 12h

Salle 11

Organisatrices

Chiara PILOTTO (IRIS-EHESS)

Giovanna CAVATORTA (IRIS-EHESS)

Intervenantes

Clara DUTERME (Docteure, Membre associée au Centre d’Anthropologie Sociale LISST, Université Toulouse 2) – «La parole comme un champ de mines». Analyse des stratégies discursives dans le Guatemala post-conflit.

Laura PETRACCHI (Doctorante, Université de Milano Bicocca) – “Before, during and after the shooting, the silence”. The meanings of silences in some favelas of Rio de Janeiro (Brazil).

Isabel BONI-LE GOFF (Chercheuse FNS Senior, Université de Lausanne) – Des silences habités. Les temps faibles de l’observation peuvent-ils devenir des temps forts?

Giuditta BETTINELLI (Doctorante, Centre Marcel Mauss – EHESS) – De  «l’éloquence du non-dit» au «non-dire» comme stratégie d’enquête. Une lecture du silence à partir de deux exemples issus d’une recherche sur l’escorting en Italie.

Discutante

Valeria RIBEIRO COROSSACZ (MdC, Laboratoire d’ethnologie, Université de Modena et Reggio Emilia)

9. Ethnographie des problèmes publics: la question des troubles « récalcitrants »

15 OCTOBRE 2015: 14h – 17h

Salle 11

Organisatrices

Perrine POUPIN (EHESS-CERCEC-CEMS)

Marie GHIS MALFILATRE  (EHESS- CEMS)

Intervenant-e-s

Simon CALLA (Doctorant, Université de Franche-Comté-LSA) – Poissons morts à répétition et dynamique d’un problème public de pollution des rivières en Franche-Comté

Aymeric LUNEAU (Chercheur contractuel, GSPR/GIS) – Les forums internet comme espaces de problématisation de l’hypersensibilité chimique

J. S. BORJA (Chercheur associé, LAMES) – Un public «en quête de lui-même» ? L’exemple du Problème de la rue de la République à Marseille

Discutant

Joan STAVO-DEBAUGE, Université catholique de Louvain-CriDIS

8. Terrains « clivés » : l’ethnographe entre gouvernants et gouvernés

14 OCTOBRE 2015 : 14h – 17h

 Salle 11

Organisatrices

Doris BUU-SAO (Sciences Po-CERI)

Clémence LEOBAL (IRIS – EHESS / Paris V – CERLIS)

Intervenant-e-s

Matilde SPOERER (Doctorante, Paris 1 – CESSP) – Conflit ou complicité? Les rapports entre “l’état” et les “peuples autocthones” au Chili

Jessica POTHET (Docteure, LLSETI – Univ. de Savoie) – “Prendre le rôle de l’autre”: une clef d’investigation de l’ethnographe en terrain clivés

Corentin DURAND (Doctorant, IMM-LIER/CMH-PRO-EHESS) – Transversalité transgressive: l’ethnographie comme totalisation

Discutant

Xavier DUNEZATEnseignant de Sciences économiques et sociales. Associé à l’équipe Genre travail mobilités (GTM) du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA), France.

7. Enquêter sur les mobilisations collectives

14 OCTOBRE 2015 : 14h – 17h

Salle 2

Organisatrices

Mischa DEKKER (EHESS/IMM-LIER)

Delphine THIVET (EHESS-CMH-PRO/IRIS)

Intervenant-e-s

Benjamin PABION (Doctorant, Lyon 2 – Triangle) – Comment étudier les mobilisations de policiers ? Le syndicat comme porte d’entrée sur un milieu professionnel fermé

Michael BARBUT (Doctorant, Paris 1-CESSP) – L’apport d’une ethnographie des mobilisations. Le cas des mobilisations mapuches au Chili

Adrien JOUAN (Doctorant, Université de Montréal) – Lutter pour la scolarisation des enfants sans-papiers au Québec: enjeux et contrecoups d’une campagne de médiatisation

Discutante

Hëloise NEZ, Université de Tours.

6. Ethnométhodologie, analyse conversationnelle et ethnographie : des affinités sélectives ?

15 OCTOBRE 2015: 9h – 12h

Salle 1

Organisatrices

Yaël KREPLAK (Labex CAP et EHESS-CEMS)

Chloé MONDÉMÉ (GEMASS-Paris IV)

Intervenant-e-s

Lucie ALIDIERES-DUMONCEAUD (Post-doctorante, Praxiling, Université Paul-Valéry Montpellier 3 – CNRS) – Caméra et expérience de terrain : processus de recherche en analyse de conversation.

Alexander LUTSENKO (Doctorant, LIER-IMM-EHESS et Institut de sociologie de l’Académie des sciences de Russie) – Les oligarques en direct : mobiliser l’analyse de conversation comme dispositif de description pour l’étude d’interviews télédiffusées.

Maëlle MEIGNIEZ (Doctorante, Institut des Sciences Sociales de l’Université de Lausanne) – Ethnographier l’institution : participer et devenir membre dans une association d’aide.

Hélène GUIERY (Doctorante, Université Libre de Bruxelles et CEMS-IMM/EHESS) – La posture d’analyste-en-tant-que-membre: vers un renouvellement radical du recueil de données dans l’enquête ethnographique.

 Discutante

Julia VELKOVSKA Chercheure en sociologie au Laboratoire SENSE (Sociology and Economics of Networks and Services), Orange Labs, membre associée au CEMS-IMM, EHESS

5. Ethnographier les restructurations économiques en-clair-obscur approcher le travail par ses à cotés

14 OCTOBRE 2015 : 9h – 12h

Salle 1

Organisateurs/organisatrices

Maria Voichita GRECU (EHESS-CMH-ETT)

Mathieu HOCQUELET (Freie Universität Berlin, Center for Area Studies)

Intervenant-e-s

Ana PORTILLA (Docteure, CSU-CMH) – A La parada. Concurrence et entre-aide parmi les travailleurs journaliers aux Etats-Unis

Alexandra TILMAN (Docteure, Univ. d’Evry-CPN) – Aux confins du travail industrialisation, les free parties. De l’ethnographie d’une contre-culture à une réflexion sociologique sur le travail

Cécile PIRET (Doctorante, ULB-LAMC) – Une centralité du travail déplacée. Jeux et enjeux de la reconversion des ouvriers de la sidérurgie liégeoise

Vincent MOENECLAEY (Doctorant, UVSQ-EP) – Ethnographier l’expertise en suppression d’emplois. Saisir l’invisibilisation des rapports de domination

Discutante

Anne BORY (Univ. Lille 1 – CLERSE)

4. En quête du temps: comment faire des rapports au temps un objet d’enquête?

14 OCTOBRE 2015 : 14h – 17h

Salle 1

Organisatrices

Adeline Denis (EHESS-ENS-CMH)

Marie DU BOUCHER (EHESS-CESSP-CSE)

Elsa FAVIER (EHESS-CMH-ETT)

Intervenant-e-s

Pauline BLUM et Samuel NEUBERG (Doctorant-e-s, ENS-CMH) – “Il y a des centaines de façons de rien faire de sa journée”.  Aides à la survie et temps longs des prises en charge. 

Samuel COAVOUX (Doctorant, ENS-Centre Max Weber) – Le temps d’un regard. Saisir la réception muséale comme une séquence d’action.

Edouard GARDELLA (ENS Cachan-ISP) – Les cadrages temporels de l’expérience, appui pour une ethnographie des activités de temporalisation?

Discutante

Muriel DARMON, CESSP-CNRS

3. Ethnographier l’action publique localisée dans un monde “globalisé”

15 OCTOBRE 2015: 9h – 12h

Salle 2

Organisatrices

Pauline JARROUX (EHESS-Centre Norbert Elias)

Céline SEGALINI (LAM-IEP Bordeaux)

Intervenant-e-s

Juliette MOUCHE (Doctorante, Laboratoire Ethnologie et Sociologie Comparative, Université Paris Ouest La Défense) – Les gestionnaires forestiers face aux nouvelle exigences de “produire plus, préserver mieux”. Ethnographie d’un métier en mutation.

Mariama DIALLO (Doctorante, Centre Norbert Elias/EHESS ) – Le dilemme des agents des parcs nationaux au Sénégal: adapter les exigences militaires aux impératifs participatifs. Ethnographie d’une culture professionnelle en reconversion.

Patrice DIATTA (Doctorant, CERAL – Paris 13) – Le global confisqué? Ethnographie de l’élite plurielle de l’action publique locale en matière environnementale à Bamako et à Dakar.

Discutante

Laëticia ATLANI DUAULT, IRD

2. Ethnographier le politique dans la ville

14 OCTOBRE 2015 : 9h – 12h

Salle 2

Organisatrices

Lucie BONNET (EHESS-Centre Georg Simmel)

Sarah CARTON DE GRAMMONT (EHESS-IIAS-LAOIS)

Pauline CLECH (OSC, Sciences Po)

Intervenant-e-s

Ariela EPSTEIN (Post Doctorante, LISST) – De la légitimité du passé, ou les inscriptions de la mémoire comme ressource politique dans un quartier ouvrier en voie de patrimonialisation (Uruguay).

Judith AUDIN (Post doctorante, EHESS) – Ethnographier l’ancrage urbain d’une organisation officielle comme retour vers le politique en Chine. Le cas des comités de résidents à Pékin (2007-2015).

Laëtitia OVERNEY (Lyon 2, Centre Max Weber) – Ethnographier la “petite politiqueé au long cours: l’endurance d’un collectif d’habitants et la justesse descriptive de l’ethnographie (La Duchère, Lyon).

Raphaël CHALLIER (doctorant Paris 8- CRESPPA) – Le parti des “vrais habitants”. Ruses et usages de l’autochtonie chez des militants de droite en banlieue (Seine-Sant Denis).

Discutante

Catherine Neveu, directrice de recherche CNRS, TRAM-IIAC

1. Comparer en ethnographie

JEUDI 15 OCTOBRE 2015 : 14h-17h 

Salle 1

Organisatrices

Linda HAAPAJÄRVI (EHESS-CMH-ERIS)

Marion INK (EHESS-CEMS)

Intervenant-e-s

Claire BULLEN (Doctorante, Département d’Anthropologie Sociale, Université de Manchester) – Un conte de deux villes. Une comparaison des processus de transformations urbaines, des politiques culturelles et des rapports sociaux dans deux villes européennes, Liverpool (Royaume-Uni) et Marseille (France).

Delphine BURGUET (Docteure en Anthropologie – IMAF/EHESS) – Deux mondes en miroir: capitale et campagne. Une ethnographie multi-située pour une méthode comparative et une construction théorique (Tananarive/campagne de l’Imerina, Hautes terres centrales, Madagascar).

David SANTANA (Doctorant au Centre de Sociologie des Organisations – Sciences Po/CNRS) – Comparer des systèmes d’action grâce à l’ethnographie. Le cas de l’analyse du travail dans trois centrales nucléaires.

Discutant 

Nicolas DODIER, directeur de recherche, EHESS/LIER INSERM

Jean-Stéphane BORJA

Biographie
Jean-Stéphane Borja est sociologue, chercheur-associé au LAMES (AMU-CNRS, UMR 7305). Ses thématiques de recherche portent sur la sociologie des publics, des mobilisations collectives et des problèmes publics, ainsi que la trame publique de la vie sociale. Il est également le co-auteur, avec Martine Derain et Véronique Manry, de l’ouvrage Attention à la fermeture des portes. Citoyens et habitants au cœur des transformations urbaines : l’expérience de la rue de la République à Marseille (Éditions Commune, 2010).
Résumé de la proposition
Un public « en quête de lui-même » ? L’exemple du Problème de la rue de la République à Marseille

Pour qui s’engage dans l’étude de problèmes publics, il semble difficile de faire l’impasse sur les manières dont se « saisit » une expérience troublante pour parfois dénouer un problème au sujet duquel il apparaît nécessaire de faire « quelque chose ». Pour autant, une telle investigation ne va pas toujours de soi. Il arrive en effet que « ce qui trouble » peine à être défini, que ce processus, concomitant à la formation d’un public, soit aussi bien traversé que tenu de composer avec certaines lignes de fragilité, à même de dissiper comme pousser à retravailler ce qui peut faire « problème ».
Tel semble alors avoir été le cas pour le « problème de la rue de la République ». Si, ici, ce processus a bien fini par cristalliser en 2004 une situation problématique retentissante (autour de la menace d’expulsion massive des habitants, sur fond d’une gentrification du centre-ville marseillais), celle-ci n’en demeura pas moins malmenée, peu assurée et, même, érodée jusqu’à son évaporation à partir de 2008, par de multiples dynamiques de détermination et épreuves ébranlant une expérience « publique » de celle-ci, la rendre précaire et peu régulante…
Afin d’affiner cette difficile « calcification » de conditions problématiques, nous opérerons alors un focus sur leur dissipation, qu’entraînait notamment la « disparition » de locataires relogés (dans la même rue), dissolvant dans son sillage les « pressions exercées par les propriétaires » (« fragilisant les locataires et les poussant au départ »), se dérobant de l’objectif fixé de créer des précédents juridiques, des jurisprudences, et se redoublant en retour d’une franche incitation (de militants, habitants, voisins, proches, ou autres) à « résister », à « tenir bon » et à « ne pas céder » pour faire exister – « persister » – et résoudre les problèmes 1.
En revenant alors pas-à-pas sur la situation et la trajectoire pour le moins « mouvementée » d’une dame âgée au cœur du problème2, nous verrons que la disparition constitue bien une ligne de fragilité susceptible de dissoudre « ce qui fait problème », d’altérer son (ses) expérience(s) comme ses horizons de régulation. Mais nous montrerons aussi que, ne passant pas inaperçue et faisant précédent, une disparition peut également conduire à les retravailler, à déplacer certains repères (« délogement »/« relogement », « résistance »/« désistement », etc.), et plus loin, à réactualiser « ce qui fait problème ».
Nous ferons ainsi valoir qu’un surcroît d’enquête, portée par un public « en quête de lui-même », est susceptible de contrevenir à toute détermination définitive ou durable de ce qui trouble, de ce qui fait ou non problème, de ce qui relève du privé ou du public et de ce qui fait ou non régulation.
1- Voire encore d’une « nécessité de soutenir les plus fragiles » (personnes âgées ou isolées dans leur immeuble, à la santé précaire et particulièrement sensibles aux « pressions » – « stress », « dépression »,  « jambes noires », « perte de poids alarmante », crises cardiaques, hospitalisations), ou d’efforts pour « récupérer la situation » de ceux qui se sont « précipités » vers un relogement, ont fait un « mauvais choix », une « bêtise » ou ont été « abusés » par leur propriétaire…
2- Confrontée à d’innombrables difficultés en quelques mois : augmentation indue de charges, non-entretien et dégradation des parties communes, coupures d’eau et d’électricité à répétition (arrachage de compteurs électriques, etc.), dernière locataire du premier immeuble à entrer en chantier, « violences de chantier », « menaces » de délogement forcé et d’« accidents vite arrivés », cambriolage, contestation par le propriétaire de la validité du bail locatif régi sous la loi de 1948, rupture de bail suite à la destruction de la mansarde, coups de téléphone quasi quotidiens pour la reloger contre un important dédommagement financier, etc.

Aymeric LUNEAU

Biographie

Aymeric Luneau est chercheur contractuel en sociologie au « GIS Démocratie et participation » et associé au « Groupe de sociologie pragmatique et réflexive » (GSPR). Sa thèse de sociologie, dirigée par Francis Chateauraynaud et soutenue en mars 2015, s’intitule Militants et riverains dans la dynamique des causes environnementales. Il s’est attaché à comprendre les processus par le biais desquels des personnes ordinaires parvenaient à construire un espace d’expression et à faire émerger des problèmes environnementaux et sanitaires.

Résumé de la proposition

Les forums internet comme espaces de problématisation de l’hypersensibilité chimique

Mon travail de thèse porte sur l’étude de trois « cas » relatifs à l’exposition de personnes à des polluants de nature chimique : l’exposition de riverains aux émanations des pressings, la pollution de l’étang de Berre, une région fortement industrialisée à l’ouest de Marseille, et l’hypersensibilité chimique multiple, dite aussi « syndrome MCS ».

Ma communication se concentrera sur le cas du « syndrome MCS ». En effet, une partie de la communauté scientifique, suivie par les pouvoirs publics, considère que ce syndrome est une pathologie d’ordre « psychologique ». Dès lors, les malades qui en souffrent ont de grandes difficultés pour faire reconnaître le lien de causalité entre leurs symptômes et les produits chimiques présents dans l’environnement. Par ailleurs, cette difficulté ne s’arrête pas aux médecins. Elle concerne les proches, mais aussi les malades eux-mêmes dans la mesure où l’hypersensibilité chimique multiple est une expérience qui échappe par définition au « commun des mortels ».

Dans ma communication, je m’arrêterai sur certains espaces d’expression, terme que j’utilise pour désigner ces espaces qui ne se réduisent ni à l’espace public ni aux espaces discrets du jeu politique (Gilbert et Henry, 2012) et à l’intérieur desquels les personnes ordinaires discutent et se disputent sur la signification d’odeurs, de bruits, de fumées, de poussières ou de symptômes divers et variés. Le but est de saisir le travail d’enquête constitutif de ces espaces d’expression qui est effectué par les participants pour décrire, analyser, comprendre l’hypersensibilité chimique multiple et « dompter » ces troubles récalcitrants.

Pour cela, je m’appuierai sur l’analyse des échanges entre les membres d’un forum dédié à ce syndrome. Internet constitue en effet un des rares « lieux » où les « hypersensibles chimiques » ne craignent pas d’être exposés aux produits chimiques. Afin de me rapprocher au maximum de l’enquête ethnographique et éviter de tomber dans une analyse de textes classique, je prendrai en compte uniquement les messages ayant suscité des réactions. Enfin, une attention particulière sera accordée aux formes des éventuels conflits entre les utilisateurs, afin de saisir les éléments qui résistent à la définition d’une expérience partagée du syndrome MCS.

Mots-clés : espace d’expression, enquête, hypersensibilité, problématisation, forum