Giulia Scalettaris

Biographie

Docteur en Anthropologie de l’EHESS après des études de Relations internationales, Giulia Scalettaris est post-doctorante à l’IIAC (EHESS) et ATER à l’Université Lille 2. Sa thèse, intitulée « La fabrique du régime international des réfugiés. Bureaugraphie du HCR dans la crise afghane », analyse la manière dont le HCR participe au gouvernement du monde contemporain à partir de l’étude de son intervention dans le cadre de la crise afghane.

Résumé de l’intervention

Cette intervention entend présenter l’enquête sur laquelle est basée la thèse que j’ai soutenue en 2013 à l’EHESS, intitulée « La fabrique du gouvernement international des réfugiés. Bureaugraphie du HCR dans la crise afghane ». Mon terrain s’est déroulé au sein du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), au siège de Genève et dans le bureau de Kaboul, où j’ai d’abord été stagiaire, puis employée de 2006 à 2008. La fusion de mon statut d’apprentie fonctionnaire onusienne avec celui d’apprentie anthropologue m’a amenée à développer une méthodologie d’enquête relevant de l’observation participante.

Aller au cœur du dispositif translocal du HCR, circuler en son sein et suivre de l’intérieur un dossier central, mener ensuite un travail de distanciation, de déconstruction et de contextualisation m’a permis d’appréhender le HCR comme une instance politique qui s’agence à travers un dispositif bureaucratique, et de l’étudier à partir des relations sociales et des pratiques bureaucratiques qui sous-tendent son fonctionnement – d’où le terme de « bureaugraphie » qu’il m’a semblé pertinent de créer pour décrire mon enquête. Cette démarche m’a permis de mener une réflexion à la fois ancrée empiriquement et englobante, capable d’appréhender deux configurations politiques d’envergure planétaire – le HCR et le gouvernement international des réfugiés – et d’interroger leurs « effets globaux ».

Cet exposé retrace les démarches ethnographique, théorique et réflexive qui sous-tendent mon travail. J’expliquerai d’abord comment, en m’appuyant sur la théorie du pouvoir de Michel Foucault, j’ai pu « désinstituer » et « désassembler » le HCR et envisager son dispositif bureaucratique éclaté comme un terrain. Ensuite, je montrerai de quelles manières l’ethnographie multi-­située proposée par George Marcus, l’ethnographie globale préconisée par Micheal Burawoy et les jeux d’échelle de Jacques Revel m’ont aidée à délimiter le périmètre de mon enquête et à passer d’une observation localisée à une réflexion englobante. Enfin, je relaterai le long parcours de distanciation sur les plans épistémologique, éthique, personnel qu’il m’a fallu entreprendre pour aboutir à une posture critique, et qui constitue la difficulté principale à laquelle j’ai été confrontée en adoptant la participation observante comme mode d’enquête.