Raphaël JULLIARD

Biographie

Raphaël Julliard est né en 1979 et vit à Paris depuis novembre 2014. Il y commence une thèse en anthropologie à l’EHESS (France), sous la direction de Carlo Severi. Son objet est l’art contemporain et en particulier le rapport entre l’artiste et ses créations. Il a obtenu un Master en Histoire de l’art en 2014 à l’Université de Genève en Suisse. Depuis 2002, il développe une pratique en arts plastiques, exposant régulièrement en Europe et une fois en Égypte.

Résumé de la proposition

L’anthropologue comme artiste

En 1994, paraît Saudade do Brasil, ouvrage de photographies réalisées par ClaudeLevi-Strauss lors de ses expéditions. Il ne s’y prétend pas photographe, se défendmême d’être amateur, mais donne de nombreux détails qui montrent qu’il a un savoir technique certain (Levi-Strauss, 1994 : 22-3).

En 1962, dans le premier chapitre de la Pensée sauvage, Levi-Strauss écrit: «Toujours à mi-chemin entre le schème et l’anecdote, le génie du peintre consiste à unir une connnaissance interne et externe, un être et un devenir ; à produire, avec son pinceau, un objet qui n’existe pas comme objet et qu’il sait pourtant créer sur sa toile : synthèse exactement équilibrée d’une ou de plusieurs structures artificielles et naturelles, et d’un ou plusieurs événements, naturels et sociaux» (Levi-Strauss, 1962 : 40).

On pourrait aisément substituer «peintre» par «anthropologue», «pinceau» par «stylo», et «toile» par «livre», et ainsi avoir une description approximative de ce qu’est l’anthropologie levistraussienne. Pourtant, comme le souligne Roland Quillot dans son article Levi-Strauss et l’art moderne, l’anthropologue n’a eu de cesse de se distancier des rapprochements entre sa discipline et celle de l’art, la peinture en particulier. On sait que le père de Levi-Strauss était peintre portraitiste et que le succès économique de l’activité de celui-ci a été freiné par l’arrivée de la photographie. La même photographie qui est un facteur de changement pour l’art moderne, le libérant de la nécessité de représenter le réel.

Et c’est ce que Levi-Strauss semble reprocher à cet art moderne, à partir des Impressionistes: «abandonner la compréhension objective de la nature pour le projet assez vain de peindre la façon dont nous la percevons subjectivement» (Quillot : 260). Jusque-là donc, le projet de l’artiste et de l’anthropologue semblaient compatibles, à la mesure près que l’anthropologue est du côté de la science alors que l’artiste reste du côté de la pensée mythique, du bricolage.

En 1975, l’artiste américain Joseph Kosuth écrit un article dans la revue The Fox, intitulé The Artist as anthropologist. L’art conceptuel américain, dont le nom est donné à peu près au moment où Levi-Strauss écrit la Pensée sauvage, mets l’accent sur le caractère linguistique, philosophique de l’art, et se construit en réaction contre l’art «formaliste». Cette forme d’art est grossomodo ce contre quoi Levi-Strauss s’indigne lui aussi. Mais il le fait depuis la position de celui qui a vu ce qui était fait avant (l’art classique), alors que Kosuth le fait depuis la position de celui qui vient après et qui cherche à réinventer les formes et les processus de fabrication de l’art.

Après un certain échec de l’art conceptuel, principalement parce qu’il se voulait une critique du monde de l’art et de son fonctionnement, marchand notamment, et parce que cette forme d’art est précisément entrée dans le marché, certaines figures, dont Kosuth, tentent de tirer parti des erreurs et de modifier leur perspective. De ce fait, ce dernier s’intéresse à l’anthropologie, à ses méthodes pour en tirer un nouveau paradigme pour l’art.

Il note: «artistic activity consist of cultural fluency. (…) the artist as anthropologist [is] acquiring the kind of tools [of] the anthropologist, insofar as [he] is concerned with trying to obtain fluency in another culture. But the artist attempts to obtain fluency in his own culture» (Kosuth : 120, souligné original).

Si pour Kosuth l’artiste s’empare des outils de l’anthropologue pour gagner une compréhension («fluency») de sa propre culture, peut être pourrait-on renverser la proposition au sujet de l’anthropologue : l’artiste est un anthropologue de sa propre culture, alors peut-être que l’anthropologue est l’artiste de la culture des autres.

Pour Kosuth, l’anthropologie souffre des mots de la Modernité qu’il appelle aussi «scientisme» (ibid). Il reproche à cette discipline d’avoir toujours été en dehors de la culture qu’elle étudie. Il note que le but de l’anthropologie a été de traduire les autres cultures en des termes compréhensibles pour la sienne d’origine. Il voit aussi une opportunité pour l’artiste de reprendre à son compte la possibilité d’une étude de l’intérieur. Mais cette étude reste pour Kosuth de l’ordre de l’art, c’est-à-dire avant tout une « praxis » (ibid).

On se trouve devant l’idée que la traduction des autres cultures en termes compréhensibles pour la culture d’origine de l’anthropologue constitue elle aussi une praxis. Loin du « scientisme » et donc d’une certaine transparence due au « regard éloigné », c’est avant tout l’action que la pratique de l’anthropologue effectue sur sa propre culture, comme en témoigne le parcours de Levi-Strauss, qui est déterminant. L’anthropologie avant d’être une science est une pratique.

C’est dans ce sens que la présente communication est formulée : envisager un croisement productif entre l’activité artistique (contemporaine) et l’activité anthropologique, un croisement qui ne viserait pas à un décrédibilisation de l’anthropologie comme science, mais qui chercherait à voir les « tableaux » que les anthropologues dressent, c’est-à-dire une invitation à assumer le caractère nécessairement subjectif de toute étude en recherche de sens. Artiste et anthropologue cherchent tous deux à acquérir un « voir » particulier, par des moyens qui leur sont propres, « voir » qui informe leur pratique au sein même de leur propre culture, qui leur permet de produire des images, au sens propre ou figuré, par des moyens iconographiques ou littéraire.

Mots-clés : art moderne, anthropologie, Levi-Strauss, Kosuth

Bibliographie

Kosuth, Joseph, 1975. « The artist as anthropologist », in Art after Philosophy andafter, Collected Writings, 1966-1990, Londres et Cambridge, MIT Press, pp. 107-125.

Levi-Strauss, Claude, 1962. « La Science du concret », in La Pensée sauvage, Paris, Plon, pp. 11-49. 1994, Saudade do Brasil, Paris, Plon.

Quillot, Roland, 2012. « Levi-Strauss et l’art moderne », Hermeneia: Journal of Hermeneutics, Art Theory and Criticism, XII, pp. 254-269.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.