Résumés (atelier 10)

Je suis une femme, elles sont des femmes. Mais, quelle femme suis-je ? Le genre et la relation ethnographique sur un terrain marocain

par Valentina Tomasini (Centre Edgar Morin-IIAC, CNRS-EHESS)

Comment le genre se construit et se met en scène autour de la table ? Est-ce que la pratique ethnographique constitue un outil efficace pour observer le genre et les interactions sexuées autour de l’espace commensal ? À partir de mon étude de la table marocaine comme lieu de construction et d’expression des identités de genre et des rapports codifiés entre les sexes, l’objectif de cette communication sera de réfléchir sur les processus quotidiens qui construisent le genre et qui se manifestent dans la relation ethnographique.

Au cours de l’enquête, les appartenances sociales et de genre représentent un prisme à partir duquel le chercheur et les enquêtés se confrontent et façonnent leurs identités respectives sur la base de critères de similitude et d’opposition, d’affinité et d’incompatibilité, d’acceptation ou de rejet. Des processus au cours desquels l’ethnologue se retrouve pris et placé dans des contextes relationnels dont il ignore tout (Favret-Saada, 1997, 1990) et dans lesquels il peut être acteur, lorsqu’il/elle franchit volontairement ou pas les frontières du genre, ou simple spectateur. Ainsi, tout au long de mon travail de terrain, j’ai été amenée à me confronter à nombreuses dimensions relevant de la construction des genres en rapport avec l’alimentation. Mettre l’observation de la table au cœur de la compréhension de ces processus s’est révélé une démarche particulièrement heuristique : d’une part, en tant qu’étrangère, on m’a placé dans les rôles d’hôte, de touriste, d’enfant et, parfois, de fille d’adoption. D’autre part, en tant que femme, la plupart des tâches ou activités auxquelles l’on m’a demandait de participer faisaient partie d’un espace principalement domestique et féminin. En effet, dans un contexte qui sépare encore fortement les activités selon le genre, où l’espace domestique de la cuisine représente le royaume des sociabilités féminines, j’ai été projetée d’emblée dans un univers féminin auquel je suis « naturellement » censée appartenir en raison d’une équation très simple : je suis une femme, elles sont des femmes. Ce « placement », opéré par les enquêté.e.s sur des critères d’appartenance de sexe, a constitué un accès privilégié dans un univers féminin où la nourriture semble représenter le vecteur des relations sociales. Mais l’accès à cet univers a également présentés des éléments de contrainte, liés à une répartition sexuée des espaces rigidement codifiée.

Ce sentiment de contrainte a contribué à mettre en lumière les processus qui font le genre en me permettant de les expérimenter à la première personne. À l’intérieur des espaces féminins et alimentaires dans lesquels on m’a placé, les relations et les habitus de genre se sont manifestés en s’imposant par la répétition quotidienne de gestes, de mots et de comportements mécaniques qui sont transmis selon le sexe dès la plus petite enfance. Ainsi, ces relations ne se disent pas au cours de l’enquête mais elles se « font » ; elles sont vécues, parfois avec violence, sur le corps, elles structurent les affects et deviennent partie de l’expérience. A partir d’un corpus de notes de terrain reportant des émotions brutes, cette contribution essayera d’interroger les sentiments d’embarras, de malaise et de rejet du chercheur en tant que données ethnographiques à part entière. Ces dernières étant susceptibles d’apporter des éléments de réflexion pour appréhender, observer et décrire le genre dans la pratique de l’observation participante.

————————————————————————————-

Ethnographier le genre de la vulnérabilité corporelle dans la pratique du Krav Maga

par Aude Bernhard (Dynamiques européennes, Université de Strasbourg)

————————————————————————————-

Variations autour de l’organigramme. Ethnographier les rapports de genre des salariées du football féminin

par Camille Martin (Centre Maurice Halbwachs, Laboratoire de sociologie quantitative-CREST, CNRS-EHESS)

Les Conseillères d’Animation Techniques Régionales Féminines (CATRF) de la Fédération Française de Football sont depuis le milieu des années 2000 les responsables régionales du football féminin. Ces postes ont été créés dans le cadre d’une politique fédérale volontariste visant à favoriser la pratique du football féminin et ils sont depuis uniquement et explicitement occupés par des femmes. Les CATRF se distinguent notamment des autres salariés – masculins – de la FFF de par leur recrutement : elles ont été choisies sur la base de leur engagement dans le football féminin local (comme joueuse de haut niveau, éducatrice et/ou bénévole au sein des instances), plus qu’en raison d’éventuels diplômes. Leurs missions, explicitement tournées vers la pratique féminine, les éloignent également de leurs collègues masculins.

Ainsi, cherchant à rendre compte de l’effet du genre sur la souffrance au travail exprimée – parfois avec violence – par les CATRF rencontrées, la spécificité de ces postes m’a forcée à renoncer à toute tentative de comparaison avec d’éventuels homologues masculins.

C’est en réalité dans la diversité des statuts et des missions qui sont attribués aux CATRF par leurs différents interlocuteurs (collègues, supérieurs directs ou instances fédérales) qu’apparaît l’effet des rapports de genre sur leur quotidien professionnel. Une forme de comparaison interne au poste peut alors être réalisée : il s’agit alors de mettre en regard les missions et statuts qui sont attribués aux CATRF par les instances nationales volontaristes avec les tâches qui leur incombent effectivement. Cette comparaison, d’apparence triviale, implique néanmoins l’accès à différentes sphères, différentes situations, dans lesquelles s’expriment des conceptions différenciées du rôle et de la place des CATRF. Ainsi, l’organigramme formel – lequel exprime le statut officiel des CATRF –  se donne par exemple à voir lors de réunions décisionnelles à l’échelon national, tandis que sa version informelle s’observe au contraire dans les interactions professionnelles des CATRF avec leurs supérieurs, collègues et partenaires. Par ailleurs, une version espérée de cet organigramme est également exprimée par les CATRF elles-mêmes, dans des situations d’entre-soi ou d’entretien.

Il ressort de ces comparaisons que les femmes salariées du football (féminin) sont moins reconnues comme des expertes que comme des militantes. Il apparait que cette faible reconnaissance de leurs compétences, laquelle semble partiellement intériorisée, participe à a fois d’une moindre valorisation de leurs activités et d’un investissement professionnel intense, et ainsi, de leur malaise professionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search