Résumés (atelier 7)

Comment traduire les sensations corporelles du coréen au français dans un contexte médical ?

par Miwon Seo (CADIS et Centre Chine Corée Japon, EHESS)

La présente étude cherche à rendre compte des pratiques d’écriture et des dispositifs d’enquête en s’appuyant sur mon expérience de la traduction du coréen en français. Intéressée par les formes de subjectivité de femmes atteintes d’un cancer du sein, qui s’engagent ou non dans un mouvement associatif en Corée du Sud, je me focalise sur les sensations corporelles, notamment la douleur et les émotions qui s’expriment en même temps par les non-dits ou/et les gestuelles. Plus précisément, je démontrerai l’enjeu autour de la pratique ethnographique d’interprétation et de la méticulosité d’une langue, ainsi que les tensions qui apparaissent au croisement de la construction des connaissances en traductologie (traduction interlinguistique, intralinguistique et intersémiotique), de la construction identitaire de la chercheuse sur le terrain et dans le monde académique (afin de répondre à la question de « who translates ? »).

La plupart du temps, il s’agit de reprendre les mots tels qu’ils ont été dits par les enquêtées. Néanmoins, l’effort de rendre tangibles les émotions des enquêtées nécessite de recontextualiser leurs propos. Mais les sensations corporelles sont diverses : avec des accents, des intonations, ou des dialectes, qui ne peuvent jamais être traduits de façon complète. L’ethnographe doit alors mobiliser différentes ressources afin de pouvoir interpréter non seulement des textes – ici des paroles retranscrites – mais aussi, en réécoutant les entretiens à maintes reprises, des émotions qui ne sont perceptibles qu’à l’écoute (ou via des supports audiovisuels). L’objectif est, au final, de sélectionner dans la langue-cible la meilleure tonalité des paroles. Cet exercice est donc une épreuve puisqu’il restitue les variétés linguistiques de la langue d’origine et interroge les meilleures structures des traduction-textes.

Ce processus pose les questions suivantes : Est-ce que les sensations corporelles peuvent être traduites sans que les lecteurs soient familiers de la culture ? Dans quelle mesure un lecteur francophone peut-il comprendre les mots utilisés par les informateurs/mes enquêtées ? Faut-il ou non changer la structure des phrases pour mieux accompagner les lecteurs vers une meilleure compréhension, quitte à trahir l’ordre de l’énoncé dans la langue d’origine (du contenu) ? Ou bien est-ce la description complémentaire qui remplit une lacune dans des paroles retranscrites au plus près de l’énonciation originelle ?

Mon objectif est enfin de rendre compte des oscillations entre pratiques de gestion des complexités de double casquette de l’ethnographe-traductrice et la structuration de l’éthique sans règles ni supports de travail bien construits, afin de parvenir à une meilleure traduction des textes.

————————————————————————————-

Traduire, est-ce trahir ? De la traduction linguistique à la traduction culturelle

par Anne Monier (Centre Maurice Halbwachs, ENS-EHESS)

Cette communication vise à montrer l’importance de ne pas simplement traduire linguistiquement les mots mais de veiller également à les traduire culturellement. Travaillant sur les Etats-Unis, et donc en anglais, trois éléments nous ont semblé centraux dans le travail de traduction. Le premier est d’essayer à la fois de garder les termes en langue originale, tout en les traduisant en français avec la plus grande rigueur possible. Le deuxième élément est l’importance de composer une sorte de lexique du jargon indigène et de décrire le plus précisément possible l’univers de référence auquel il se rapporte. Enfin, troisièmement, il nous a semblé essentiel de recontextualiser les termes, afin de voir de quoi ils pourraient se rapprocher dans le contexte français.

Notre analyse se fonde sur une recherche qualitative menée depuis trois ans et demi, dans le cadre de notre travail de thèse qui porte sur « La philanthropie américaine à l’égard des institutions culturelles françaises, à travers l’exemple des associations d’American Friends ». Les associations d’American Friends sont des organisations américaines à but non lucratif, qui permettent aux Américains de faire des dons défiscalisés à des institutions étrangères. L’enquête, qui s’est déroulée en France et aux Etats-Unis, s’appuie sur des entretiens approfondis, des observations, un dépouillage systématique de la presse écrite et web, ainsi que l’analyse d’archives et de documents.

Notre communication tentera de s’intéresser à la manière dont nous allons traduire linguistiquement et culturellement la notion de « philanthropy » (en anglais). Elle se centrera ainsi sur trois points :

  • Dans un premier temps, nous nous intéresserons à la traduction linguistique du mot anglais « philanthropy »
  • Dans un second temps, nous nous intéresserons au langage indigène qui entoure la philanthropie et qui permet de comprendre la réalité concrète de ce qu’est la philanthropie (ses pratiques et ses représentations)
  • Dans un troisième temps, nous nous intéresserons en détail à l’importance de recontextualiser la philanthropie, car si celle-ci est un élément constituant de la société américaine, elle est assez récente sous sa forme actuelle en France.

————————————————————————————-

Private jokes. Traduire la plaisanterie dans les sciences sociales

par Ariane Mak (Centre d’études des mouvements sociaux et Centre de recherches historiques, CEMS et CRH, EHESS)

La communication entend explorer la traduction non pas comme simple recherche d’équivalence cantonnée au temps de l’écriture, mais comme espace clé de l’analyse qui agit en toile de fond de toute l’enquête du chercheur en sciences sociales. La question qui file la communication est la suivante : comment faire de la private joke une plaisanterie partagée ?

L’humour – plaisanteries, boutades et jeux de mots – apparaît en effet comme un excellent révélateur de la puissance épistémique de la traduction. D’abord parce que la plaisanterie est un marqueur de l’entre soi par excellence. En rendre compte, pour l’enquêteur, implique de saisir les catégories indigènes, et permet de mettre au jour des réseaux de références partagées et de compréhensions situées. Ensuite, parce que la question de la traduction d’une langue vers une autre se pose de façon particulièrement aigue dans le cas des jeux de mots : comment traduire, en effet, un exercice d’auto-référenciation du langage ? C’est donc sur ces deux niveaux que la question de la traduction sera posée : outre la traduction interlinguale, celle qui saisit le jargon propre à un groupe au sein d’une langue commune.

La communication s’appuiera principalement sur des enquêtes ethnographiques réalisées dans les années 1940 par le Mass Observation. Cette singulière organisation britannique de recherche en sciences sociales est créée en 1937 dans le but de transférer les méthodes de l’anthropologie britannique et de l’Ecole de Chicago à la société anglaise de son époque. Des activités multiples y sont menées : la collecte de réponses libres d’un panel national de 3000 volontaires à des questionnaires mensuels ; l’archivage de très nombreux journaux intimes qui constituent l’un des fonds les plus étendus de l’écrit de soi à l’échelle mondiale ; de nombreuses enquêtes ethnographiques. Alors que le Mass Observation est redécouvert aujourd’hui, ces dernières sont encore largement négligées. La communication s’attachera à montrer comment les documents du Mass Observation, lus comme des carnets de terrain, permettent au chercheur d’accéder à ce qui est souvent absent des sources historiques plus classiques – plaisanteries, argot, rumeurs – et les questions très particulières qui en découlent en terme de traduction.

Il s’agira donc d’interroger la compréhension – ou l’incompréhension – des plaisanteries par les enquêteurs des années 1940 sur le terrain ; aussi bien que la traduction de ces plaisanteries de l’anglais vers le français par l’historien d’aujourd’hui.

La communication reviendra en outre sur des découvertes de l’enquête émanant de trouvailles faites dans des lexiques de termes miniers et d’argot local réalisés ou collectés dans les années 1970 par l’historien Raphael Samuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search