Valentina Tomasini

Biographie

Doctorante en Anthropologie et Ethnologie Sociale à l’EHESS, sous la direction de Claude Fischler, Centre Edgar Morin (IIAC, UMR 8177 CNRS /EHESS). Sujet de thèse : « Tensions et suspicions dans l’espace commensal et l’échange de nourriture. Les rapports entre les sexes et le pouvoir au Maroc et chez les migrants d’origine marocaine en Ile-de-France ». Thèmes de recherche : Alimentation, Migration, Commensalité, Rapports des sexes, Corps, Pensée magique.

Résumé de l’intervention

Comment le genre se construit et se met en scène autour de la table ? Est-ce que la pratique ethnographique constitue un outil efficace pour observer le genre et les interactions sexuées autour de l’espace commensal ? À partir de mon étude de la table marocaine comme lieu de construction et d’expression des identités de genre et des rapports codifiés entre les sexes, l’objectif de cette communication sera de réfléchir sur les processus quotidiens qui construisent le genre et qui se manifestent dans la relation ethnographique.

Au cours de l’enquête, les appartenances sociales et de genre représentent un prisme à partir duquel le chercheur et les enquêtés se confrontent et façonnent leurs identités respectives sur la base de critères de similitude et d’opposition, d’affinité et d’incompatibilité, d’acceptation ou de rejet. Des processus au cours desquels l’ethnologue se retrouve pris et placé dans des contextes relationnels dont il ignore tout (Favret-Saada, 1997, 1990) et dans lesquels il peut être acteur, lorsqu’il/elle franchit volontairement ou pas les frontières du genre, ou simple spectateur. Ainsi, tout au long de mon travail de terrain, j’ai été amenée à me confronter à nombreuses dimensions relevant de la construction des genres en rapport avec l’alimentation. Mettre l’observation de la table au cœur de la compréhension de ces processus s’est révélé une démarche particulièrement heuristique : d’une part, en tant qu’étrangère, on m’a placé dans les rôles d’hôte, de touriste, d’enfant et, parfois, de fille d’adoption. D’autre part, en tant que femme, la plupart des tâches ou activités auxquelles l’on m’a demandait de participer faisaient partie d’un espace principalement domestique et féminin. En effet, dans un contexte qui sépare encore fortement les activités selon le genre, où l’espace domestique de la cuisine représente le royaume des sociabilités féminines, j’ai été projetée d’emblée dans un univers féminin auquel je suis « naturellement » censée appartenir en raison d’une équation très simple : je suis une femme, elles sont des femmes. Ce « placement », opéré par les enquêté.e.s sur des critères d’appartenance de sexe, a constitué un accès privilégié dans un univers féminin où la nourriture semble représenter le vecteur des relations sociales. Mais l’accès à cet univers a également présenté des éléments de contrainte, liés à une répartition sexuée des espaces rigidement codifiée.

Ce sentiment de contrainte a contribué à mettre en lumière les processus qui font le genre en me permettant de les expérimenter à la première personne. À l’intérieur des espaces féminins et alimentaires dans lesquels on m’a placé, les relations et les habitus de genre se sont manifestés en s’imposant par la répétition quotidienne de gestes, de mots et de comportements mécaniques qui sont transmis selon le sexe dès la plus petite enfance. Ainsi, ces relations ne se disent pas au cours de l’enquête mais elles se « font » ; elles sont vécues, parfois avec violence, sur le corps, elles structurent les affects et deviennent partie de l’expérience. A partir d’un corpus de notes de terrain reportant des émotions brutes, cette contribution essayera d’interroger les sentiments d’embarras, de malaise et de rejet du chercheur en tant que données ethnographiques à part entière. Ces dernières étant susceptibles d’apporter des éléments de réflexion pour appréhender, observer et décrire le genre dans la pratique de l’observation participante.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search